Les cavaliers de l’apocalypse existent, je les ai rencontrés.

4.7
(65)

Les grands projets, pour les Français, d’E. Macron, d’après son discours de campagne du mercredi 10 novembre 2021, est la marque d’une solide ambition de se faire réélire, mais ce qui est bien plus grave de porter atteinte à la sécurité des Français et des descendants. La transition écologique est entièrement ignorée, aussi bien d’ailleurs que dans les échanges et engagements sérieux de la plupart des candidats à la présidentielle.
Il y a politiquement

non assistance à personnes en danger.

Cette détermination libérale de revenir, en pire, «au monde d’avant», sans tenir compte des impératifs environnementaux, évoque le comportement des cavaliers de l’apocalypse.
Les cavaliers de l’Apocalypse sont quatre personnages mentionnés dans le Nouveau Testament qui sont des métaphores de fléaux pouvant s’abattre sur les hommes, tels que la famine, la maladie, la mort et la guerre.

En 2018, les nouveaux cavaliers de l’apocalypse s’appellent : la croissance des inégalités, le massacre écologique, la fragilisation de la démocratie, l’adoration des nouvelles idoles.

La pandémie ne serait, selon des chercheurs, qu’un exemple des catastrophes qui pourraient potentiellement frapper l’humanité en raison de la dynamique des quatre nouveaux cavaliers qui poussent la civilisation vers l’autodestruction.
Dans l’avenir, ces facteurs pourraient se propager à d’autres domaines vitaux, en déstabilisant davantage l’économie et la géopolitique, mais aussi en entraînant d’autres effets multiplicateurs de deuxième et troisième ordre, et provoquer une catastrophe sans précédent.
Des chercheurs singapouriens comparent même le mode de vie d’une majorité d’humains à celui de poulets dans les mégafermes d’élevage. Comme les poulets de l’industrie agroalimentaire, les humains sont entassés dans des cages climatisées (des tours d’habitation) et nourris avec des aliments transformés et des antibiotiques.

En plus des 4 anciens cavaliers, il est nécessaire d’en ajouter au moins un cinquième car la croissance des inégalités,  la fragilisation de la démocratie, l’adoration des nouvelles idoles en dépendent,

c’est  le massacre écologique.

Or, de ce côté là, c’est motus et bouche cousue ; par exemple, malgré les conséquences déjà exponentielles du changement climatique : les sécheresses, les famines, les crues torrentielles, l’exploitation des ressources naturelles, des minerais, métaux rares, crues torrentielles, montées des eaux et méga-feux, migrations de millions de réfugiés climatiques que les pays riches s’emploient à chasser, la COP26 a accouché, il fallait s’y attendre, d’un accord extrêmement décevant. Adopté ce samedi 13 novembre, dans la soirée, le texte oublie les pays les plus vulnérables et, s’il mentionne les énergies fossiles, la formulation a été édulcorée par rapport aux premières moutures.

Les lobbies font la loi.

Revenons aux fléaux évoqués par les anciens cavaliers.
Guerre :
*la fabrication des armes dont la vente est un revenu très important.
*La présence militaire active en AFN.
*Le refus de plus en plus impératif d’accueillir des êtres humains en détresse, par la droite qu’il représente, alors que, pour beaucoup, la guerre en est la cause.
*Le besoin de minerais, d’uranium, par exemple, est la source de conflits avec les pays qui en disposent.
*Les guerres de religions existent partout dans le monde ; la laïcité nous protège, jusqu’à un certain point ; le terrorisme est chez nous.
*La maîtrise des réserves d’eau est la cause d’une partie importante des conflits, au niveau du plateau de Golan, par exemple.
Durant la guerre israélo-arabe de 1948-1949, l’armée syrienne s’y était repliée et y lançait des attaques de positions israéliennes. … A lui seul, le Golan (avec divers cours d’eau et nappes phréatiques) fournit un peu plus de 250 millions de m3 d’eau douce par an à Israël.

La mort :
*La politique menée d’amplifier l’utilisation des énergies fossiles est la source de calamités agricoles et climatiques mortelles.
*La volonté de chercher à vendre, par des échanges quantitatifs et qualitatifs de plus en plus intenses, dans le monde entier, dynamise la répartition des virus, des pandémies et des morts qui en résultent.
*Vouloir amplifier l’économie libérale, source de la montée de la mer, c’est vouer des millions de gens soit à la mort, soit à la migration vers des pays qui n’en veulent pas ; ce qui entraîne finalement, le même résultat létal.
*Le développement de l’énergie nucléaire est la source, soit par accidents technologiques, soit par cyber attaques ou criminelles, soit par l’exposition aux irradiations des déchets, soit par le manque d’eau… d’un potentiel de mortalités pouvant être effrayantes, surtout que les plans de protection et d’évacuation ne sont pas élaborés.
* Multiplier les petites centrales entraîne la nécessité de les refroidir en permanence, non pas au bord de mer qui va être submergé, non pas à proximité des rivières dont beaucoup sont en étiage dramatique allant jusqu’à l’assèchement ; où alors ? Puisera-t-on l’eau profonde qui sera chaude ou, du fait des infiltrations de l’eau de mer en Aquitaine par exemple de plus en plus salées.
*Le traitement des terres agricoles par les produits dits «phytosanitaires» entraîne la mort de tout un milieu vivant.
*Les millions de morts d’animaux pour le plaisir de consommer de la viande alors que l’OMS classe les viandes transformées (type charcuterie) comme cancérogènes et la viande rouge probablement aussi. Ainsi, chaque portion de 50 g de viande transformée consommée quotidiennement augmenterait de 18 % le risque de cancer colorectal, risque accru de diabète de type 2, de maladies cardiovasculaires et de certains types de cancers.

Famine :
*Le réchauffement entraîne la désertification et la famine dans de nombreux pays.
* Faire miroiter, à des populations du sud, que de faire pousser notre maïs ou autre céréales, en fournissant les graines, est une source de revenus pour elles, est de l’exploitation qui nous rapporte ; en réalité, elle affame ces populations qui ont abandonné leurs cultures vivrières échelonnées tout au long de l’année.
*Pousser au développement en grand, de nombreuses monocultures locales, comme les bananes, le cacao… épuise les sources d’eau d’une part et provoque un gaspillage car les voies d’acheminement vers les ports, ne sont souvent pas construites. Il en résulte un appauvrissement et la famine.
*Le tourisme, Ô combien recherché, est un énorme consommateur de terres agricoles et d’eau. La France va être de plus en plus concernée, c’est le cas dans les pays du sud qui déshydratent leur populations locales pour alimenter les hôtels du bord de mer.

Pollution :
*La politique qui consiste à ignorer complètement les causes du réchauffement climatique favorise le plein emploi de toutes les retombées nocives sur la population.
*La pollution est partout, dans l’eau douce ou salée, la terre, l’atmosphère ; les pics d’ozone paralysent la circulation, elle est visible de l’espace, la banquise fond.
* Les terres cultivables sont polluées, les produits récoltés aussi, l’alimentation actuelle, industrialisée, est la source de cancers, l’obésité, le diabète…La mer est devenue une poubelle !
*Elle est à l’origine de troubles cardiopulmonaires, d’allergies…
*Le nuage de pollution comprenant du CO2, du méthane, de l’eau, ce qu’on appelle les GES, constituent un obstacle à la diffusion centrifuge de la chaleur et engendre cet effet de serre qui fait  monter la température à des hauteurs de plus en plus inégalées ; chaque année, on bat des records,


c’est le seul domaine où on est les meilleurs !

C’est dans cette atmosphère que Macron et bien des politiciens de droite, demandent le rallongement de la durée du travail, dans la journée et dans la durée alors que les jeunes sont en recherche d’emplois stables, proches de leur domicile avec un pouvoir d’achat décent et que les canicules vont devenir telles que tout travail à l’extérieur sera impossible ; le travail à l’intérieur se fera avec une climatisation qui amplifiera la hausse des températures dans les villes et la consommation d’énergie.
En fait, le but est de faire des économies car il y aura moins de retraite à payer du fait que nous serons morts avant !
Et pour préparer les jeunes à leur avenir radieux on leur rebat les oreilles dans les médias, et à l’école, que l’économie mondialisée est l’avenir du peuple !

signé Georges Vallet

crédits photos:TypePaddécembre 2019 – Test-Louis Nauges
Cavaliers de l’Apocalypse – Wikipédia

https://fr.wikipedia.org › wiki › Cavaliers_de_l’Apocaly…
Les nouveaux cavaliers de l’apocalypse | Coronavirus – Radio …
https://ici.radio-canada.ca › nouvelle › nouveaux-cavalier

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 4.7 / 5. Nombre de note : 65

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *