Le grand aveuglement.

4.5
(86)

«Nous sommes dans une modernité aveugle, dans le sens où l’on ne voit plus que le gain financier», Pierre Rabhi.

+Alors que :
*Se multiplient les records de chaleur, de sécheresse, d’incendies de forêts, d’inondations, de phénomènes météorologiques extrêmes, un peu partout à la surface de la terre, causés par le réchauffement climatique.
*La biodiversité s’effondre, donc notre mode de vie.

*La montée des eaux et l’acidification des océans sont en cours ; la fonte des calottes glaciaires et des glaciers de montagne s’accélèrent.
*La déforestation grignote partout les derniers espaces vierges de la nature et libère des virus qui ne nous veulent pas toujours du bien.
* La pollution par les produits chimiques et industriels envahit terre, mer, air, et nos organismes.
* la santé se dégrade : obésité, diabète, cancers, anomalies sexuelles…
* l’agroalimentaire nous fabrique de la malbouffe.
*les migrations deviennent de plus en plus importantes du fait des guerres, des famines, du manque d’eau, de la submersion des terres occupées depuis des siècles par des générations de populations.
*la délinquance, les comportements irresponsables, les stupéfiants prolifèrent.
*La pandémie du Covid et celles à venir, chez l’homme et les animaux, entraînent incertitudes, morts, bouleversements de la vie et de l’économie. Le prix à payer est considérable et les vaccins ne sont pas donnés ! Pour Martin Hirsch, « Le prix d’une journée de réanimation avoisine les 3000 euros. En multipliant la somme par le nombre de jours passés en réanimation, la facture est colossale ; 2400 sont en réanimation ce 8 décembre 2021 ! La facture de la Sécurité sociale liée au Covid-19 va exploser pour 2021. Le coût des tests, vaccins et autres dépenses de santé liées au Covid-19 est estimé pour 2021 « entre 9 et 10 milliards d’euros », bien au-delà des 4,3 milliards inscrits dans le budget, a indiqué mercredi le directeur de l’administration.

*l’augmentation de la grande précarité.

Ne perdons pas de vue que ce palmarès édifiant, et cette pandémie, sont causés par la politique mondiale que nos politiciens en poste actuellement partagent ! Certains veulent les remplacer, d’autres cherchent à rester ; le pire est donc à venir !


+ La politique française, européenne et mondiale est absolument aveugle sur les causes et on pourrait même dire, la seule cause de tous ces dérèglements.

Au lieu de s’attaquer aux racines, elle choisit les feuilles qui lui font de l’ombre. La pensée holistique ne résulte pas du fonctionnement de leurs neurones alors qu’elle est la seule efficace.


Ainsi, en restant dans le domaine des projets évoqués dernièrement, pas très différents de ceux d’E.Macron, d’ailleurs :
*Michel Barnier a choisi le Mont-Saint-Michel, « symbole du génie de la France », de nos racines chrétiennes, alors que c’est faux.
Il veut un «moratoire sur l’immigration» alors que la politique qu’il défend la favorise.
*Madame Pécresse souhaite repousser l’âge légal de départ à la retraite à 65 ans et supprimer 200 000 postes de fonctionnaires. Pour l’ancien rapporteur général de la Cour des comptes, François Ecalle, cette mesure sera très compliquée (voire impossible) à mettre en place. “Je ne vois pas où ils veulent supprimer ces 200 000 postes administratifs”, tempère d’emblée l’expert qui préside le site d’informations sur les finances publiques, Fipeco. Ainsi, d’après le dernier rapport annuel de la Direction générale de l’administration et de la fonction publique (DGAFP), sur les quelque 2,2 millions d’agents dans la fonction publique d’État, on en comptait 161 400 dans les services administratifs nationaux (hors armées et gendarmerie) en 2019. Parmi eux, seulement 65 000 agents travaillaient dans les administrations centrales des ministères.
En y ajoutant les rectorats, les préfectures ainsi que le reste de l’administration territoriale de l’État, les effectifs administratifs atteignent 310 000 environ. Supprimer 200 000 postes reviendrait donc à détruire près de 65% des emplois administratifs de la fonction publique d’État en 2019. Or «on a besoin d’emplois publics de réglementation, de surveillance des normes, par exemple pour lutter contre l’évasion fiscale, pour faire respecter les normes alimentaires industrielles. On a là des emplois totalement indispensables», estime Henri Sterdyniak, interrogé dans le débat Capital sur le programme de Valérie Pécresse.

*Au terme des trois premiers débats, le thème du climat a été abordé 9 minutes, sur 9 heures de débat, selon les calculs du Pacte du pouvoir de vivre, une alliance de 60 organisations dont la CFDT.

*L’arrêt du déploiement de l’éolien fait quasi consensus. Cela fait du bruit, c’est moche… N’est-ce pas le cas des grands bâtiments des hypermarchés, des lignes de chemin de fer, autoroutes, usines, centrales nucléaires,  pylônes EDF, etc. ? Les éoliennes attirent le regard car il s’agit de constructions récentes auxquelles nous ne sommes pas habitués. Les cinq prétendants se sont dit en faveur du déploiement de nouveaux EPR. Valérie Pécresse souhaite, ainsi, que six EPR soient construits en France, dont quatre d’ici 2035.
 Pas question d’envisager l’accumulation des déchets et la folie de prendre des risques de calamités déjà réalisées.


Est-ce vraiment défendre la sécurité des Français ?

*«Les chasseurs sont des écologistes de bon sens, écrivait X. Bertrand, en juin dernier. Je veux une écologie pragmatique.
Les chasseurs tuent 22 millions d’animaux par an en France selon l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). 26 espèces sur 91 chassables seraient menacées (13) ou quasi menacées(13) selon l’UICN.

Les aveugles (Charles Baudelaire)

Contemple-les, mon âme ;

ils sont vraiment affreux !

Pareils aux mannequins, vaguement ridicules ;

Terribles, singuliers comme les somnambules,

Dardant on ne sait où leurs globes ténébreux.


C’est le résultat de l’aveuglement d’une politique qui ne cherche que la rentabilité immédiate, celle de l’autruche en somme ! Les biais cognitifs en sont la cause ; ils affectent les capacités de raisonnement de nos politiques, de droite comme de gauche,


de vous comme de moi !

Un biais cognitif est une tendance naturelle de notre cerveau qui fausse notre jugement et nous empêche de prendre une décision rationnelle. La plupart du temps, nous ne sommes même pas conscients d’être sous l’influence de tels biais. Ils peuvent conduire à des erreurs de perception, de raisonnements, d’évaluation, d’interprétation logique, de jugement, d’attention etc., à des comportements ou à des décisions inadaptés.
Le dictionnaire nous dit que c’est un moyen détourné pour résoudre un problème, atteindre un but.
C’est une forme de pensée qui met en oeuvre de  manière systématique des distorsions dans le traitement de l’information. Il correspond à une sorte de court-circuit mental qui assure un traitement immédiat des informations internes (notre mémoire) ou externes (notre environnement) dont nous disposons à un moment donné pour faire le plus rapidement possible une analyse de la situation qui soit cohérente avec notre vision du monde. Notre cerveau interprète notre environnement en le simplifiant et forme des stéréotypes, des préjugés, des croyances, des catégorisations qui servent à ordonner le monde qui nous entoure. Qu’importe le programme, dans le fond, pour être élu, il faut être beau. François Hourmant, professeur de sciences politiques à l’université d’Angers, vient de publier ; »Pouvoir et beauté : le tabou du physique en politique » (PUF), un livre qui indique que le poids des normes physiques joue énormément, lorsque le citoyen glisse son bulletin dans l’urne. Les biais cognitifs sont donc largement exploités dans certaines activités humaines pour doper les ventes, séduire, voire tromper les clients ou ceux à qui elles s’adressent : 

*la publicité pour faire passer plus facilement les messages,
*les médias pour attirer l’attention et rendre important ce qui ne l’est pas nécessairement.
*la politique pour accroître l’efficacité des discours,…

Pour lutter contre ce biais, il faut un système de prise de décision qui est un système cognitif complexe. Les décisions que nous émettons au quotidien proviennent d’un raccourci que notre cerveau utilise. Il est donc nécessaire *d’être sûr de la validité de nos informations afin de mener à bien ce cheminement.

*de prendre le temps de murir  la réflexion qui permettra d’éviter de répéter les mêmes erreurs et de donner toutes les chances de prendre la décision utile qui s’impose.  

*de raisonner global, dans le temps et l’espace, refaire l’histoire, c’est-à-dire explorer les liens entre » toutes les ramifications des racines et non se contenter de cibler les quelques feuilles qui tomberont un jour »
Laisser du temps au temps comme affirmait F. Mitterrand.
Hélas, dans notre société du toujours plus vite, comme chantait Michel Fugain,

Plus vite que le vent

Plus vite que le temps

Même en volant

Je n’aurai pas le temps

Pas le temps.

Signé Georges Vallet


crédit photo :PinterestDatabase Error | Citation, Les beaux proverbes, Citations courtes
25 biais cognitifs qui nuisent à la pensée rationnelle http://www.psychomedia.qc.ca › psychologie › biais-co…
Biais cognitifs : comment notre cerveau nous manipule-t-il ?
https://www.sciencesetavenir.fr › Santé › Cerveau et psy
https://www.capital.fr › economie-politique › valerie-pe…

Comprendre le pacte du pouvoir de vivre en 5 points
https://sud.mutualite.fr › actualites › comprendre-le-pacte-…

Fonction publique : Valérie Pécresse veut supprimer 150.000 …
https://www.capital.fr › economie-politique › fonction-…

Biais cognitifs : comment les éviter pour prendre la bonne …
https://www.resolutionsante.com › comment-eviter-biais… La lourde facture pour les malades du coronavirus à l’hôpital

https://www.lesechos.fr › Économie France › Social
Présidentielle : le physique des candidats influence notre vote
https://www.sudouest.fr › … › Election Présidentielle 2022 

Cinq idées reçues sur la chasse passées au crible : « un loisir … https://www.lemonde.fr › Les Décodeurs › Vérification 16 nov. 2021 — Source : Office français de la biodiversité … Environ 22 millions d’animaux sont tués chaque année par les chasseurs en France

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 4.5 / 5. Nombre de note : 86

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

7 commentaires

  • je signale aux jeunes générations que le dernier budget en équilibre de la France était 1980. Aux commandes Giscard et Barre. Mais ça c’était avant

  • si j’ai bien compris M. Vallet votre maître à penser est F Mitterrand, il me semble qu’à partir de 1981 la France a laissé les déficits s’accroître et comme disait Louis XV après moi le déluge

    • Non, vous n’avez pas compris.
      Vous avez limité votre lecture à la fin sans doute, sans tenir compte des centaines de lignes qui l’ont précédée.
      Je ne vois pas le rapport entre mon texte et l’action de «F.Mitterrand qui aurait laissé les déficits s’accroître et comme disait Louis XV après moi le déluge».
      Tout à fait à part, depuis, ses successeurs n’ont pas fait mieux; que dire d’E.Macron, le dernier champion en date?

      J’ai cité des propos de Michel Barnier, de Valérie Pécresse, de Xavier Bertrand,…., seraient-ils aussi mes maîtres à penser?

      C’est donc un peu juste pour en déduire que Mitterrand est mon maître à penser!

      Mitterrand a dit qu’il fallait laisser du temps au temps; c’est une vérité, une réflexion qui ne concerne absolument pas les actions politiques qu’il a pu réaliser.

      D’ailleurs, Il n’est pas l’auteur de cette expression.
      * C’est le titre d’un recueil de citations de F.Mitterrand compilées par Michel Martin-Roland en 1995. Ce journaliste, qui a suivi de près l’ancien président quand il était accrédité à l’Élysée pour l’ AFP, place en exergue de cet ouvrage une citation plus longue qui date du début des années 1980: «Les idées mûrissent comme les fruits et les hommes. Il faut qu’on laisse du temps au temps. Personne ne passe du jour au lendemain des semailles aux récoltes, et l’échelle de l’Histoire n’est pas celle des gazettes»

      *C’est un emprunt à Miguel de Cervantes qui l’emploie à trois reprises dans Don Quichotte.
      Si je comprends bien Miguel de Cervantès devrait être mon maître à penser!

      *C’est aussi un single de Didier Barbelivien
      Il faut laisser le temps parler librement.
      Il faut laisser les heures couler doucement.
      Il faut laisser nos cœurs chanter différent.
      Il faut laisser le temps au temps.
      Il faut laisser passer les nuits, les jours, les années.
      Il faut laisser danser nos vies, nos rêves, nos idées.
      Il faut laisser tomber la pluie, les matins d’été,
      Et renaître au soleil levant.

      Votre remarque montre votre affinité très limitée pour l’homme et vous souhaitez le faire savoir, car j’ai évoqué son nom. Maintenant c’est fait, passez au sujet de mon texte. Lisez-le intégralement , et expliquez les passages qui ne vous conviennent pas.

  • jean-françois de Lagausie

    Bonjour,
    Je voudrais défendre Michel Barnier et Valery Pécresse.
    « Michel Barnier a choisi le Mont saint Michel, « symbole du génie de la France »…
    alors que c’est faux »
    Eh bien ce n’est ni vrai ni faux. Il a une appréciation qui n’est pas la votre, c’est tout.
    « Madame Pécresse souhaite repousser l’âge légal de départ à la retraite à 65 ans »
    Mais bien sur puisque il y a un travailleur pour (un jeune+ un retraité).
    « et supprimer 200 000 postes de fonctionnaires »
    Je vous accorde que dans le régalien il y, sans doute, peu d’économies à faire.Mais dans le grand régional et le départemental il y a du travail à faire.

    • Bonjour,
      En ce qui concerne Michel Barnier

      La France n’a pas toujours été la France. Ses limites ont fluctué, son nom a évolué.
      La France, ce pays à l’extrême ouest de l’Europe, a vu s’arrêter de nombreux migrants, des peuples et des civilisations aux croyances différentes.
      Qu’elle fut gauloise, viking, française ou autre, tous ceux qui l’ont foulée y ont laissé leurs traces,

      Les peuples n’ont pas de racines, ils ont une histoire, qui les constitue .

      La France a une histoire d’une incroyable richesse et d’une inestimable influence sur le monde, faite de paganisme, de beaucoup de Grèce, de Rome, de chrétienté puis de catholicisme, de judaïsme, d’islam, d’énormément de pensée des Lumières, de Révolution universaliste et de laïcité.
      Il faut sans cesse combattre cette tentative de réduire la République française du XXIe siècle à un passé univoque.

      Retraite: « Mais bien sur puisque il y a un travailleur pour (un jeune+ un retraité). »

      On peut le voir sous cet angle pour faire des économies sur le dos d’un personnel qui sera en mauvaise santé pour de multiples raisons , dont les difficultés de travailler avec le réchauffement climatique, la malbouffe, la pollution… et n’arrivera pas jusqu’au bout.
      Le pouvoir d’achat des retraités diminuant , les jeunes sans emplois ne pourront pas être aidés par les parents et bien des entreprises seront en difficulté du fait d’une baisse de la consommation des séniors.
      De plus,
      *Le taux de chômage reste stable en France, à 8,1 % au 3e trimestre, selon l’Insee
      *Sur le trimestre, le taux de chômage augmente pour les 15-24 ans et se stabilise pour les 25-49 ans et les 50 ans et plus, détaille l’Institut national de la statistique.(Le Monde),

      ce n’est pas le moyen idéal pour résorber le chômage qui coûte au contribuable.
      La solution est de faire une politique créatrice d’emplois, alors que les employeurs ne pensent qu’à une chose, supprimer des emplois et les remplacer par l’automatisation et le numérique qui coûtera un argent fou à la descendance en augmentant la dette environnementale qu’ils auront à payer de nombreuses façons.

      Une fois de plus, on veut traiter les problèmes séparément alors que c’est globalement qu’il convient de les aborder; les économies dans un domaine engendrent des dépenses supérieures dans d’autres domaines.

  • / Ne perdons pas de vue que ce palmarès édifiant, et cette pandémie, sont causés par la politique mondiale que nos politiciens en poste actuellement partagent ! Certains veulent les remplacer, d’autres cherchent à rester ; le pire est donc à venir !

    En période de pandémie et à la lecture de votre article (Nota : et de certains de vos articles qui ne fleurent pas bon l’optimisme ;-( ;-( ;-( ), j’ai cru que j’allais déprimer avec pour humble consolation, une besace remplie d’antidépresseurs : heureusement, bientôt, du foie gras frais poêlé aux raisins, coquillages et crustacés, carré d’agneau aux herbes avec ses petits fagots de légumes, chariot de fromages et farandole de desserts, illustreront bientôt ma table, l’ensemble avec un peu de boisson pétillante et quelques grands crus (Bordeaux et Bourgogne…) 😉 😉 😉
    P’tite précision : le tout, sans excès bien évidemment !!! 😉 😉 😉

    Je n’ai pas votre talent pour philosopher aussi longuement que vous…

    Je me contente de voir le monde tel qu’il est : brutal et sans pitié… mais… « l’Histoire n’est pas finie ! (Francis Fukuyama, chercheur en sciences politiques américain).

    Je n’épiloguerai pas plus, mais éventuellement, n’hésitez pas à consulter l’article « L’Histoire n’est pas finie » (Opinion – Idées) : par Jean-François Caron (Professeur de science politique), publié le 16 septembre 2020.
    Source : site web Le Devoir (Média d’information indépendant : Montréal, Québec . Canada)
    URL : https://www.ledevoir.com/opinion/idees/586022/coronavirus-l-histoire-n-est-pas-finie

    • «Je n’ai pas votre talent pour philosopher aussi longuement que vous…»

      Les biais que j’évoque sont du ressort de la psychologie et non de la philosophie.

      *La philosophie questionne et interroge le monde et l’existence humaine. Elle brasse des idées générales. L’objectif est intellectuel. Elle ne soigne aucun trouble ni traumatisme. Elle est plutôt utiles à une personne qui se pose de grandes questions sur l’existence.
      Ce n’est absolument pas l’objectif recherché dan mon texte.

      * La psychologie au contraire est une discipline à vocation matérialiste, utilitaire qui permet de comprendre les idées, sentiments, la manière d’agir et de penser d’un individu.
      Par exemple , elle aspire à savoir comment les individus reçoivent et interprètent l’information qui leur provient à travers les sens.
      C’est tout à fait l’objectif fixé dans mon texte.

      «Rien ne nous trompe autant que notre jugement» disait Léonard de Vinci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *