Justice, hôpitaux, éducation, prisons…

5
(34)

Le début de chaque année judiciaire est l’occasion pour les magistrats des tribunaux et cours d’appel de faire le point, lors d’audiences solennelles, sur leur activité. Façon d’informer le citoyen sur leur fonctionnement et aussi de justifier la lenteur récurrente de l’œuvre de justice.

Pour les habitués de ces audiences, le manque de magistrats et de personnels de greffe en est le thème central.

Ces derniers jours les cours d’appel d’Aix, Lyon, Rennes, Grenoble entre autres n’ont pas failli à la tradition.

La grogne des magistrats s’accompagne de celle des personnels hospitaliers, plus particulièrement touchés depuis l’apparition du Covid 19, ainsi que des forces de l’ordre dont le président de la République vient d’annoncer une augmentation sensible de leurs effectifs d’ici à 2030, au demeurant trois ans après la fin de son éventuelle réélection.

S’y ajoutent celles de l’éducation nationale et de l’administration pénitentiaire sans que la liste en soit exhaustive.

Alors, question : Pourquoi, alors que selon nos gouvernants actuels et anciens la France fait partie des grandes puissances mondiales ?

Plusieurs réponses !

D’abord, parce que nos budgets régulièrement en déficit depuis des années ne permettent pas de faire face aux fonctions régaliennes de l’Etat. Ça c’est le fait indiscutable.

Ensuite, par une hypocrisie, aveugle ou non, qui permet de dissimuler aux citoyens la réalité de la situation de la France face aux géants chinois, indien, américain, russe même et de leur faire admettre la nécessité d’interventions militaires ou d’une politique de migration bien onéreuses.

Mais peut-être ce reproche est-il injustifié. La France fut certes une grande puissance non seulement coloniale mais aussi grâce à tout ce que ses savants, ses écrivains, ses philosophes, ses peintres, ses compositeurs ont apporté à la marche civilisatrice de l’humanité. L’est-elle encore quand, de l’extérieur, divers traités l’ampute de sa souveraineté ou quand, à l’intérieur, elle est incapable d’imposer par la force l’autorité de la loi sur des territoires de plus en plus nombreux ?

En résumé, quand un état n’a ni les finances nécessaires à l’accomplissement de ses obligations régaliennes, ni la capacité à assurer un vivre ensemble sociétal , il lui est difficile de prétendre à être un « grand » du monde. 

Pierre Esposito 

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 5 / 5. Nombre de note : 34

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

Un commentaire

Répondre à Jean-François de Lagausie Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *