Y aurait-il de l’eau dans le gaz ?

4.9
(127)

Le 1er février 2022, sur FR3 Nouvelle Aquitaine, au journal de 19 h 00 (* à 11 ‘ 35  »), le journaliste, Nicolas Morin, s’est penché sur le rôle du Haut commissaire au plan. Faisant référence à l’article paru dans le journal Le Monde du 27 janvier 2022, intitulé : « Un si discret commissaire au plan », il a dressé un bilan plutôt critique. Comme on le sait, François Bayrou exerce cette fonction depuis septembre 2020.

Le temps passé par le haut commissaire au plan ressemble étrangement à un mi-temps. En seize mois seulement dix notes ont été produites. C’est peu, surtout que le contenu de ces publications n’ a pas véritablement été porté à la connaissance du grand public. Une discrétion inhabituelle en effet, chez celui à qui il a été demandé de réfléchir à l’avenir du Pays.

Questionné sur cet article, Bayrou évoque les aléas de la campagne électorale pour l’élection du président de la République. Une pirouette en quelque sorte. On peut s’interroger en effet sur les raisons de cette parution du journal Le Monde, en ce moment. Le maire de Pau, par ailleurs président du MoDem, entend peser sur la campagne électorale. C’est l’occasion de se faire entendre. Actuellement une loi relative au vote par correspondance a été déposée par le MoDem. Il s’agit du cheval de bataille de François Bayrou, tout comme d’ailleurs la mise en place de la proportionnelle pour les élections législatives.

Sur ces deux points, il n’a pas été entendu par la majorité et, visiblement, Emmanuel Macron, le pas encore candidat, ne veut pas en entendre parler. Alors règne entre eux comme une sorte de tension. Bien sûr, celle-ci n’est pas affichée, cependant on n’entend plus ces propos dithyrambiques sur cette formidable entente qui était supposée unir les deux hommes.

Il faut dire que de telles propositions émanant de celui qui est à la fois Haut commissaire au plan et président d’un parti politique a comme un air de mélange des genres.

Un autre point pourrait avoir une signification dans cette évolution des relations entre les deux hommes. A ce jour, dans le Béarn, seuls trois parrainages ont été signés en faveur du président sortant : Josy Poueyto, députée MoDem, Francis Escalé, maire de Baudreix et Jean-Simon Leblanc, maire de Labastide-Monréjaux (La République des Pyrénées du 2 février 2022, page 5). François Bayrou n’apparaît pas dans la liste publiée par le Conseil constitutionnel. Alors attendons…

Il est une constante en politique : l’amitié n’existe pas, tout au plus des alliances qui, le plus souvent, sont éphémères, ce qui est bien différent.

Pau, le 7 février 2022

par Joël Braud

Voir journal FR3 Nouvel Aquitaine 1er février à 11 ‘ 35 »

https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/emissions/jt-1920-aquitaine

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 4.9 / 5. Nombre de note : 127

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

7 commentaires

  • Peut être que notre baron local avec son SHIFT PROJET n’est qu’ un sous-traitant de la maison mère Elysée, afin de diluer les responsabilités face au problème que pose la puissance des cabinets de conseils.
    Espérons que quand viendra le temps de son bilan quinquennal de la mandature, nôtre Président n’ oubliera pas d’ ajouter la rubrique « J’ ai vendu la France » à son bilan actif, en dessus de la rubrique » Quoi qu’ il en coûte »
    car les deux sont intimement liées.

    SUD-OUEST du 19/02/2022
    QUI EST LE MYSTÉRIEUX CABINET MCKINSEY, QUI ACCOMPAGNE EMMANUEL MACRON DE LA CRÉATION D’ EN MARCHE A LA VACCINATION CONTRE LE COVID-19?

    Le puissant cabinet de conseil américain McKinsey accompagne Emmanuel Macron depuis sa campagne électorale pour l’élection présidentielle jusqu’à la mise en place de la vaccination contre le Covid-19. Le Monde détaille ce partenariat dans une longue enquête.
    C’est une société qui n’aime pas la lumière des projecteurs. Installé sur les Champs-Elysées au-dessus d’une galerie commerciale, avec une vue imprenable sur Paris, le cabinet de conseil américain McKinsey est surnommé « la Firme ». Une société qui cultive le secret, 100 ans après sa création aux Etats-Unis. Son métier : du conseil en stratégie pour les patrons du Cac 40, les chefs d’Etat ou les ministres. Sur son site internet, la société se dit « engagée dans les transformations décisives de ses clients ».

    Dernière mission en date du cabinet McKinsey : la logistique de la vaccination contre le Covid-19 en France. Le rôle de la société a été révélé cet hiver par Le Canard Enchaîné et le site Politico. Pourquoi donc l’Etat fait-il appel à un cabinet de conseil pour cette mission alors qu’il dispose de nombreuses administrations dans le domaine de la santé ? Pressé de questions devant la commission des Affaires sociales de l’Assemblée le 12 janvier 2021, le ministre de la Santé Olivier Véran se contentera de répondre : « Il est tout à fait classique et cohérent de s’appuyer sur l’expertise du secteur privé ». Sans intervenir dans les choix médicaux ou politiques.

    Selon le long article publié par Le Monde, enquêter sur le cabinet McKinsey s’est fait non sans difficultés car les portes et les bouches se ferment quand il s’agit d’évoquer « la Firme ». Être consultant, c’est un métier de l’ombre.

    Première rencontre Emmanuel Macron-McKinsey en 2007

    Les liens entre Emmanuel Macron et le cabinet McKinsey remontent à 2007. Emmanuel Macron, alors inspecteur des finances, a 29 ans. Il devient rapporteur général adjoint de la commission Attali, dont le rôle était de proposer des réformes économiques au président Nicolas Sarkozy. Emmanuel Macron impressionne l’assistance. Parmi les membres présents : Eric Labaye, alors dirigeant de McKinsey en France.

    « On se réunissait le soir jusqu’à minuit dans une salle du Sénat avec Attali et Macron, raconte un ancien membre de la commission au Monde. Dans les sièges du public, il y avait trois ou quatre jeunes de McKinsey. Ils faisaient des simulations sur Excel. Leur chef était si brillant qu’on l’écoutait comme s’il était membre à part entière ». Ce chef s’appelle Karim Tadjeddine. Il est passé par les prestigieuses écoles d’ingénieur françaises Polytechnique et les Ponts et Chaussées. Le cabinet McKinsey intervient gratuitement. Une mission appelée « pro bono » dans le milieu (« pour le bien public ») ou « reputation building » (« construction de réputation ») au sein du cabinet.

    Été 2016 : Emmanuel Macron prépare sa candidature

    Alors ministre de l’Economie de François Hollande, Emmanuel Macron ambitionne de devenir président de la République. En avril 2016, il crée En marche. Au cours de l’été, des groupes de travail sont déjà sur pied. Une dizaine de salariés de McKinsey réfléchissent à des propositions sur l’économie ou les grands dossiers régaliens, raconte Le Monde. Dans le même temps, Emmanuel Macron organise une « grande marche » en France pour recueillir les doléances des Français. Un ex de McKinsey, Guillaume Liegey, est chargé de collecter et de traiter les data. McKinsey a ensuite mis en forme le rapport. La candidature officielle d’Emmanuel Macron à la présidentielle sera annoncée le 16 novembre 2016.

    Les salariés de McKinsey sont-ils intervenus sur le temps libre ou à titre bénévole ? La société n’a pas répondu au Monde. Aucune trace ne figure, en tout cas, dans les factures du candidat Macron déposées à la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques.

    De McKinsey aux ministères

    Une fois Emmanuel Macron élu en 2017, de jeunes consultants de McKinsey rejoignent le pouvoir : directeur adjoint du cabinet du secrétaire d’Etat au Numérique, chef du « pôle projets » de la République en Marche, directeur général de la République en Marche. Éric Labaye, le dirigeant de McKinsey qu’Emmanuel Macron avait rencontré en 2007, a été nommé président de Polytechnique par Emmanuel Macron en août 2018. De son côté, l’ancien patron des Jeunes avec Macron, Martin Bohmert, a rejoint le cabinet McKinsey en 2020.

    Les appels d’offres centralisés

    Avant l’élection d’Emmanuel Macron, chaque ministère passait ses appels d’offres de son côté. Les règles ont changé depuis 2017. Emmanuel Macron lance sa réforme de l’Etat et créé une direction interministérielle à la transformation publique (DITP). Son rôle : superviser toutes les missions commandées par l’Etat aux cabinets privés afin d’empêcher toute position dominante d’un cabinet de conseil. C’est dans ce cadre que le marché de la logistique du plan de vaccination a été attribué. L’interlocuteur de la DITP chez McKinsey ? Karim Tadjeddine, le chef qui avait impressionné à la commission Attali.

    Combien coûtent ces prestations ? Impossible à savoir révèle l’enquête du Monde. Un accord-cadre dispense l’Etat de publier les détails de chaque commande, ministère par ministère. La DITP dispose d’un budget de 100 millions d’euros sur le quinquennat. 30,2 millions ont déjà été dépensés au profit des consultants privés. Selon le Point, McKinsey facturerait ses prestations à l’Etat sur la conduite du plan de vaccination 2 millions d’euros par mois

    Le siège social français … aux Etats-Unis

    Les comptes de McKinsey peuvent-ils permettre d’en savoir plus ? Impossible. La filiale française ne dépose pas ses comptes au tribunal de commerce. Le chiffre d’affaires est néanmoins estimé à 300 millions d’euros en 2019, selon le Guide des cabinets de conseil en management. D’ailleurs, le siège social de McKinsey & Company France Inc. n’est pas à Paris mais … aux Etats-Unis.

    Il mène à une boîte aux lettres implantée dans un immeuble le long d’une route en pleine campagne à Wilmington dans l’Etat du Deleware, l’Etat de Joe Biden, le nouveau président des Etats-Unis, révèle Le Monde. Là-bas, McKinsey doit régler un forfait fiscal symbolique de 175 dollars. L’autorité de tutelle de la DITP a pourtant assuré que McKinsey est en règle avec l’administration fiscale française.

    Le siège social de McKinsey à Wilmington aux Etats-Unis. Capture Google street view

    L’État et McKinsey, une longue histoire

    Aujourd’hui, selon Le Monde, le cabinet McKinsey « rend quelques services à la présidence de la République » gratuitement. En 2018, il était intervenu au sommet de la tech dans lequel Emmanuel Macron avait invité les patrons de Facebook, Google ou Uber. Le cabinet était chargé de préparer les débats et suivre le respect des engagements. Une mission « pro bono » (« pour le bien public »). McKinsey intervient aussi auprès du ministère des Armées, qui échappe au contrôle de la DITP. Il apporte ses conseils pour la transformation du ministère.

    McKinsey n’a pas attendu Emmanuel Macron pour intervenir aux côtés de l’Etat. Sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy, il avait conseillé le ministère de l’Identité Nationale sur une « optimisation du processus de naturalisation ». En Allemagne, il a conseillé le gouvernement d’Angela Merkel sur l’accueil des migrants.

    Créé en 1920 aux Etats-Unis, le cabinet McKinsey cultive le secret tout en étant devenu incontournable.

  • Notre commissaire au plan revendique le bénévolat pour cette fonction.
    On aurait préféré avoir un professionnel pour définir le plan de transformation de l’économie française (PTEF),
    heureusement, le Shift Project l’a réalisé à sa place!

    • ….. heureusement, le Shift Project l’a réalisé à sa place!
      Donc il faut double source, alors que les compétences administratives sont là inutilisées !!!!!. Cela démontre que nôtre Haut Commissaire au Plan, soit n’ a pas les compétences requise pour faire ce genre de travail, soit sous le manteau il fait travailler ses  » amis ». Au-delà de ça personne ne dit le coût que cela a eu sur les finances publiques. Peut être que le Haut Commissaire au Plan n’ est que la courroie de transmission entre les différentes devantures à verre sans tain qui ont de plus en plus pignon sur rue et le monde Jupitérien.?
      Je pense que l’ on est en droit de se poser la question sur la justesse de cette façon de procéder en cette période difficile pour de nombreux citoyens .

    • @Dudule / « heureusement, le Shift Project l’a réalisé à sa place ! »

      Entre nous, c’est mieux lorsqu’on donne une définition ou des informations sur le « Shift Project… » 😉 😉 😉
      URL : https://theshiftproject.org/

      Par ailleurs et dans un autre registre, v’là ce qu’écrivait un journal bête et… méchant, il y a maintenant… un an !!!

      Lire l’article « Bayrou, phare de la pensée économique française » : par Jacques Littauer, publié le 26 février 2021
      Source : site web du journal satirique Charlie Hebdo (Section « Économie »)
      Editeur du site web : SAS Les Editions Rotatives

      URL : https://charliehebdo.fr/2021/02/economie/bayrou-phare-de-la-pensee-economique-francaise/

      Extrait (sévère sinon… caricatural ?) de la fin de l’article :
      « Il ferait mieux d’apprendre ce qu’est une dette publique, une Banque centrale, et comment se fixent les taux d’intérêt. Mais François le prétentieux est bien au-dessus de ces trivialités pour y pencher son génial cerveau. »

      • Entre nous, c’est mieux lorsqu’on donne une définition ou des informations sur le « Shift Project… »
        le « Shift Project…? Une bande de play-boys bobos, du monde de Jaques Dutronc…..

        PAROLES DE LA CHANSON LES PLAYBOYS PARJACQUES DUTRONC
        Auteurs: Lanzmann
        Compositeurs: Dutronc
        Editeurs: Beuscher Arpege
        Paroles de la chanson Les Playboys par Jacques Dutronc

        Il y a les playboys de profession
        Habillés par Cardin et chaussés par Carvil
        Qui roulent en Ferrari à la plage comme en ville
        Qui vont chez Cartier comme ils vont chez Fauchon

        Croyez-vous que je sois jaloux ? Pas du tout, pas du tout !
        Moi j’ai un piège à fille, un piège tabou
        Un joujou extra qui fait crac boum hu
        Les filles en tombent à mes genoux

        J’ai pas peur des petits minets
        Qui mangent leur ronron au drugstore
        Ils travaillent tout comme les castors
        Ni avec leurs mains, ni avec leurs pieds
        Croyez-vous que je sois jaloux ? Pas du tout, pas du tout !
        Moi j’ai un piège à fille, un piège tabou
        Un joujou extra qui fait crac boum hu
        Les filles en tombent à mes g’noux

        Je ne crains pas les costauds, les Superman
        Les bébés aux carrures d’athlètes
        Aux yeux d’acier, aux sourires coquets
        En Harley Davidson ils se promènent

        Croyez-vous que je sois jaloux ? Pas du tout, pas du tout !
        Moi j’ai un piège à fille, un piège tabou
        Un joujou extra qui fait crac boum hu
        Les filles en tombent à mes g’noux

        Il y a les drogués, les fous du Zen
        Ceux qui lisent et ceux qui savent parler
        Aux mannequins de chez Catherine Harle
        Ceux qui se marient à la Madeleine

        Croyez-vous que je sois jaloux ? Pas du tout, pas du tout !
        Moi j’ai un piège à fille, un piège tabou
        Un joujou extra qui fait crac boum hu
        Les filles en tombent à mes g’noux

        • / « Le Shift Project… ? Une bande de play-boys bobos… »

          Entre nous, un peu sentencieux comme appréciation… 😉 😉 😉

          Quelques synonymes de sentencieux : déclamatoire, doctoral, dogmatique, emphatique…

  • Mais à quoi est il payé le F.B ? Lui et ses collaborateurs,….. à quoi sert cette depense ? On a tant besoin d’argent ….pour des choses utiles.
    Est il trop occupé par sa Mairie, ou bien par son poste parisien, ou de chef de Parti ? A quoi sert tout celà ? Peut on multiplier les emplois, les compétences (éventuelles), les heures de travail, ou simplement faire grossir l’égo ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *