Liberté, égalité, fraternité… des mots, rien que des mots !

4.8
(50)
On aimerait y croire mais le peut-on encore ? Il y a quelques jours, un éventuel candidat à la présidence de la république tenait un rassemblement à Lille et l’indéfinissable maire de cette commune, qui vit naître le général de Gaulle, a osé appeler à manifester contre la réunion.

Ce ne fut pas en vain car il a fallu une intervention des forces de l’ordre, agressées d’ailleurs comme souvent, pour qu’elle puisse se tenir et donc permettre à des citoyens, français, de s’informer et de s’exprimer. Plus récemment, une ministre devait dédicacer son dernier ouvrage, à Pau, dans un espace culturel. Malheureusement, elle en fut empêchée en raison d’informations laissant craindre à une manifestation d’hostilité susceptible d’attenter à sa sécurité. De même protestations contre une conférence à Sciences Politiques pas du goût de certains « démocrates » ! Selon le ministère de l’Intérieur, 1 186 élus ont été pris pour cible dans les onze premiers mois de 2021, dont 162 parlementaires et 605 maires ou adjoints victimes d’agressions physiques, soit une hausse de 47% par rapport à 2020. 419 outrages ont aussi été recensés (+ 30%).  La démocratie induit un apaisement. Mais elle n’est qu’apparente car la politique est devenue un patrimoine qu’il faut conserver ou acquérir par tout moyen. Ainsi a-t-on artificiellement créé l’extrémisme, notion destinée à faire peur. Et voilà qu’on se découvre extrémiste parce qu’on est patriote ou attaché à des traditions, même si l’on respecte celui qui ne l’est pas et que rien n’oblige à l’être. La peur, un excellent moyen pour soumettre ! Ne l’a-t-on pas vécue avec la gestion de la pandémie ? Tous les jours, pendant de longues minutes les chaînes de télévision nous ont abreuvés de chiffres de contaminés, de morts. Même moyen en politique ! La peur du changement ! Et pourtant, à écouter l’homme de la rue, beaucoup aspirent au changement, à des changements. Changer quoi ? Et comment ? Changer des modes de représentation, lutter contre l’abstention et en même temps en tenir compte et, pour mettre un terme à la professionnalisation de la politique source de toutes les turpitudes, limiter les mandats électoraux et leurs cumuls. Avec la peur, pas de vraie liberté ! Pour conserver le pouvoir, pas d’égalité ! Quant à la fraternité…un beau rêve.


Pierre ESPOSITO

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 4.8 / 5. Nombre de note : 50

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

5 commentaires

  • L’intolérance gagne du terrain, quoique elle existait déjà chez une partie de la classe politique qui aurait du montrer le bon exemple vue son origine.

  • Il y a une telle décadence dans notre sciété, une telle perte des valeurs communes et du sens de ces valeurs, que la violence est la seule réponse des êtres bornés. Il est à craindre que cette violence ne devienne exponentielle.

  • Quelles extraordinaires ambitions à se rapprocher : Liberté, Égalité, Fraternité !

  • Vous décrivez différents évènements qui reviennent tous à la même chose: »Puisque je ne peux trouver d’arguments à opposer à ceux de l’adversaire, empêchons-le d’exprimer ses idées ! »

  • La liberté, c’est le droit, l’égalité, c’est le fait, la fraternité, c’est le devoir. Victor Hugo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *