Parkings palois, variable d’ajustement

4.9
(361)

Définition de variable d’ajustement : « ressource utilisée par un agent économique pour réduire un déséquilibre passager entre les moyens dont il dispose et les engagements qu’il a contractés. » La décision d’augmenter dans des proportions jamais connues le prix des parkings à Pau correspond à cette définition. Parce que dans la « capitale humaine » on se soucie bien peu, voire pas du tout, de la préoccupation quasi obsessionnelle des citoyens.

Tous les sondages sont unanimes à ce propos pour dire que l’obsession actuelle des citoyens français est le pouvoir d’achat. Eh bien dans une logique bien mystérieuse, à Pau, l’exécutif augmente les prix. Cela a été décidé en conseil municipal le 7 février. Allez comprendre et surtout il faut en connaître les véritables raisons et pas celles qui sont affichées.

En premier lieu chiffrer les augmentations :

  • Verdun : + 50% et + 100% pour les abonnés ;
  • Clémenceau : + 25 % et + 66% l’heure de nuit et + 33,5 % la nuit ;
  • Halles-République, Aragon et Bosquet : + 50% le jour et + 20% la nuit ;
  • Beaumont : pas d’augmentation la journée et baisse de 20% la nuit.

Ces augmentations sont qualifiées de raisonnables. Mais raisonnables pour qui ?

Ensuite se souvenir qu’avant l’arrivée de l’équipe actuelle, le parking Verdun était gratuit. On nous a alors abreuvé d’explications pour justifier cette décision. Un euro la demi journée, ce n’est pas cher. Il faut inciter à utiliser les transports en commun etc. Résultat aujourd’hui le maire nous dit que les automobilistes préfèrent Verdun aux parking relais, c’est à dire aux transports en commun. Allez comprendre.

Avant l’arrivée de l’équipe en place les personnes âgées de 65 ans et plus pouvaient souscrire un abonnement à l’année pour la somme de 55 €. Ainsi le soixante cinquième trajet devenait gratuit. Exit cette possibilité trop humaine sans doute pour la capitale du même nom. Puis le prix du trajet a augmenté dans des proportions importantes. Et maintenant on nous dit qu’il faut inciter les Palois à prendre les transports en commun. Mais qui les en a dissuadés ?

L’arrivée de l’équipe en place a fait augmenter d’environ 1 500 le nombre des places de stationnement payants. Cela n’a visiblement pas eu d’effet sur la fréquentation des transports en commun puisque le constat, fait aujourd’hui, est leur sous-utilisation.

On aurait pu penser qu’avant de prendre sa décision d’augmenter les tarifs des parkings, notre grand humaniste aie consulté les instances représentatives des commerçants du centre ville ou des usagers des transports en commun. Il n’en a rien été. Un oubli sans doute. Comme c’est ballot !

La vérité est que l’endettement de la ville est en forte progression. Plus 45% (+ 60% selon l’IFRAP). La crise de la Covid a entraîné une baisse des ressources des parkings de 1,3 millions d’euros argumente-ton. Alors il faut compenser, nous dit le maire. C’est un peu comme si l’on disait aux Palois : « vous en avez bavé pendant la crise sanitaire, eh bien afin de vous apporter mon soutien, j’augmente les prix, non seulement des parkings mais encore de la taxe d’habitation ». Et tant pis pour votre pouvoir d’achat !

Le fait que les parkings relais deviennent gratuits ne sera pas de nature à inciter les Palois à utiliser davantage les transports en commun. Parce que l’expérience a déjà été tentée. Pendant plus d’un an, ils ont été gratuits et pas davantage fréquentés que pendant la période payante qui a suivi. La réalité est que cela ne correspond pas à un besoin.

Comme d’ailleurs la majorité des investissements de la ville, ils ne correspondent pas à un besoin et sont toujours surdimensionnés.

Mais rassurez-vous Palois, je suis en mesure de vous confier un secret à la condition expresse qu’il reste entre nous. Il existe à Pau, en plein centre de la ville, une place de stationnement qui est gratuite. Elle se trouve rue Saint Louis et peut être utilisée à trois conditions :

  • Disposer d’un Peugeot 5 008 payé par les contribuables ;
  • N’avoir aucun respect pour le code de la route qui interdit le stationnement réservé ;
  • Et surtout être présomptueux au point de se sentir inattaquable.

Ne le dites à personne !

Pau, le 14 février 2022

par Joël Braud

1)  « Pour la gratuité des transports en commun » (3 septembre 2018) + Commentaires.. 

URL :  https://alternatives-pyrenees.com/2018/09/03/pau-pour-la-gratuite-des-transports-en-commun/

2) « Les parkings-relais de Pau sont payants » (19 juillet 2021)

URL : https://alternatives-pyrenees.com/2021/07/19/les-parkings-relais-de-pau-sont-payants/

3) « Pau, parkings-relais » (8 février 2017)

URL :  https://alternatives-pyrenees.com/2017/02/08/pau-parkings-relais/

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 4.9 / 5. Nombre de note : 361

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

7 commentaires

  • Saga des parkings-relais à Pau (suite mais pas fin…) :

    Lire l’article « Malgré la gratuité, les parkings relais de Pau restent vides » : par Flore Catala, publié le 14 mars 2022 où quand la gratuité ne change rien…
    Source : site web de France Bleu Béarn Bigorre (Transports) : radio 102.5 FM

    Chapeau de l’article : « Depuis le 1er mars, les trois parkings relais de Pau sont totalement gratuits pour tous les utilisateurs, une mesure qui n’aura pas provoqué un engouement supplémentaire pour le stationnement relais, puisque ces parkings restent désertés par les automobilistes »
    URL : https://www.francebleu.fr/infos/societe/malgre-la-gratuite-les-parkings-relais-palois-restent-vides-1647022003

    Bis, ter repetita : ce que l’on a toujours constaté dans la réalité, avec l’exemple du parking relais situé à l’angle des allées Catherine de Bourbon et du boulevard de la Paix, c’est qu’apparemment, les usagers pour éviter de faire en voiture, 3 kms de ce parking au centre ville et retour vers ce parking (Total : environ 5 à 6 kms maximum aller-retour), ne se sont pas empressés d’utiliser le « Fébus », même avec la gratuité dans le passé, de ce parking…

    Et ce, malgré la communication de la ville de Pau « Parkings relais : garez vous, le bus vous attend et vous amène au centre-ville en toute liberté » : publié le 02 mars 2022
    Source : site web Pau.fr

    Communication : « Il existe autant de modes de déplacement que de besoins et parfois, le trajet idéal se fait en combinant deux solutions. Sur la ville de Pau, 3 parkings relais favorisent l’intermodalité voiture/bus. »
    URL : https://www.pau.fr/article/garez-vous-le-bus-vous-attend-et-vous-amene-en-centreville-en-toute-liberte

    Rappel / période où la gratuité existait déjà…
    Article « Parkings relais à Pau : pratiques, gratuits, mais toujours vides » : par Flore Catala, publié le 22 septembre 2021
    Source : site web de France Bleu Béarn Bigorre (Transports) : radio 102.5 FM

    Chapeau de l’article : « Les trois nouveaux parkings relais de la ville de Pau sont toujours quasiment vides. Pourtant, entre la gratuité pour ceux qui ont un ticket ou un abonnement de bus et la proximité des transports en commun, les quelques utilisateurs rencontrés sont satisfaits. »
    URL : https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/parkings-relais-a-pau-pratique-gratuit-mais-sans-personne-1632302721

    Humble avis : même si dans le futur, je pense que les parkings-relais risquent de ne pas attirer beaucoup d’automobilistes, attendons encore 3 à 6 mois (ou… guère plus !), pour tirer des conclusions sur cette mesure de gratuité, sinon, il faudrait peut-être déjà penser à une reconversion ou autre utilisation de ces parkings-relais comme des aires de jeux (Ex : un 2ème skatepark mais au Nord de Pau, un mini-golf… 😉 😉 😉 )

  • Robert Contrucci

    P’tit rappel et constat… :

    Ce que l’on a toujours constaté dans la réalité, avec l’exemple du parking relais situé à l’angle des allées Catherine de Bourbon et du boulevard de la Paix, c’est qu’apparemment, les usagers pour éviter de faire en voiture, 3 kms de ce parking au centre ville et retour vers ce parking (Total : environ 5 à 6 kms maximum aller-retour), ne se sont pas empressés d’utiliser le « Fébus », même avec la gratuité dans le passé, de ce parking…

    Extrait de l’article « Pau : même gratuits, les parkings relais ne font pas le plein » : par Rémi Laxague, publié le 01/03/2022
    Nota : intégralité de l’article en page 16 « Pau et Agglo » du journal Sud-Ouest (Pau et agglo)

    Chapeau de l’article : « Hier (Mardi 1er mars), les parkings relais levaient pour la première fois leurs barrières, au moment où les tarifs des autres parkings augmentaient en centre-ville. Pourtant, ils peinent à attirer du monde. »

    Humble avis : je pense qu’il est encore trop tôt pour faire un tel constat quant à l’échec de cette mesure de gratuité décidée par le conseil municipal de Pau. Il faut laisser du temps au temps car on ne change pas les habitudes des automobilistes en si peu de temps…
    Peu importe l’utilisation gratuite du Fébus pour ces automobilistes, la gratuité ne va pas forcément favoriser l’utilisation de ce parking-relais, malgré l’augmentation du tarif de stationnement pour les parkings en centre-ville ainsi que celui de la place de Verdun…

    Avant de dire, que l’on navigue éventuellement en « Absurdistan », ce que je n’espère pas, il me semble donc prématuré de tirer de telles observations… hâtives, telles qu’exposées dans ledit article.

    Même si je pense que cela risque de ne guère attirer beaucoup d’automobilistes, attendons encore 3 à 6 mois, pour tirer des conclusions sur cette mesure de gratuité pour les parkings-relais…

    • La véritable question est de savoir si ces parkings relais répondent à un véritable besoin. Ils sont ouverts depuis presque deux ans et qu’ils soient payants ou gratuits, leur fréquentation ne décolle pas. Dépenser l’argent du contribuable inutilement est le signe d’une incompétence.

      • Robert Contrucci

        Pour la bonne forme, rappelons que l’idée de créer des parkings-relais, idée qui à l’époque ne semblait pas saugrenue, a été décidée sous une précédente mandature, celle de… MLC ! 😉 😉 😉

  • L’écologie, doctrine des nantis. L’augmentation des stationnements, la décision sans fondement. Bayrou fera des palois le premier régiment des « Sans-le-sou ».

    J’arête là avec mes formulations faciles, mais avouez que si on n’a pas les moyens de se payer Zoe, même d’occasion, si on n’a pas le temps de prendre Fébus, et si on n’est pas un copain du haut-mis en cause, on n’a vraiment pas de bol.

    Mon assistant (personnel, pas parlementaire) me signale que je ne devrais pas écrire ceci. Pourtant, le François a fait exploser le prix du stationnement dans la ville, e sus d’avoir généraliser les horodateurs et acheté la maudite « Sulfateuse » (la voiture qui dégomme les étourdis qui n’ont pas encore payé le prix « normal » et paieront le lourd prix de leur légèreté).

    Marche ou crève, disent certains, mais le François espère que ça marchera 5 ans de plus. Sinon, sa petite entreprise (son Haut Commissariat) connaîtra la crise. D’ailleurs, serait-ce pour financer la campagne de Manu qu’il a augmenté les prix des parkings, ou pour payer les maires à qui il a demandé d’accorder leur « soutien » à la candidature de quelques déshérités de la politique nationale ?

    Et puis, à l’heure où le monde risque de s’effondrer entre Donestk et Kiev, que vaut la recherche de financements de « François le fat ». A quoi lui servent des ressources supplémentaires lui qui fait déjà ce que préconise Valérie Pécresse : « Dépenser moins et faire mieux ». Il fera des cadeaux aux palois, sans doute, à Noël.

    Croyez et vivez heureux.

  • La voiture en ville a été un enjeu fort de l’élection municipale de 2014. L’automobiliste se classait parmi les victimes de l’écologie punitive.

    8 ans ont passé. Le supplément de part donné à l’automobile après les élections de 2014 ne semble plus, ni probant ni raisonnable.

    On revient donc vers une trajectoire de limitation de la voiture en ville et d’accroissement de l’utilisation des transports en commun.

    La route n’est pas droite mais la pente est certainement raide. Les contraintes du changement climatique peuvent-elles autres que punitives ? Généralement on peine dans les montées.

    D’ailleurs les slogans « économie punitive » comme « « fin du mois, fin du monde » me laissent dubitatif.
    Sur ce sujet, je viens de lire dans un article de presse, que la fin du monde n’avait pas de sens pour un asiatique. C’est pour moi une information brute.

  • Pierre-Michel Vidal

    C’est une décision municipale qui va toucher durement les plus démunis encore une fois. On reste sans voix quand on examine le vote du conseil et que l’on s’aperçoit qu’il y a eu une partie de l’opposition qui a voté en faveur de cette augmentation drastique: les écolos qui se prétendent de gauche pourtant. Voilà une illustration concrète de ce que l’on appelle l’écologie punitive qui sanctionne les faibles et qui épargne les puissants qui eux se font conduire par leurs chauffeurs. Pourquoi se gêner puisque c’est au nom du bien public ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *