C’est plus compliqué !

4.6
(60)

Avec cette guerre, les alertes rouges climatiques se trouvent masquées et ne semblent vraiment pas prioritaires pour la plupart des candidats ainsi que pour beaucoup de Français ; les dernières révélations du Giec et autres chercheurs, sur la situation actuelle vient pourtant en  renforcer l’importance.
Les changements climatiques induits par l’humain et la guerre en Ukraine ont les mêmes racines, les carburants fossiles, les ressources minières et notre dépendance à leur égard.

Pourquoi le changement climatique et la guerre en Ukraine … https://www.novethic.fr › actualite › climat › isr-rse › p…

  Remarques écologistes sur la guerre en Ukraine

https://reporterre.net › Remarques-ecologistes-sur-la-gu…


+ Depuis le lundi 28 février, seulement trois minutes de temps d’antenne ont été consacrés au rapport du Giec dans les JT de TF1, France 2, France 3 et M6 cumulé.  En pleine guerre en Ukraine, il semble difficile pour les médias de faire de la place à l’actualité climatique. Elles sont pourtant liées. C’est en tout cas ce que soutient Svitlana Krakoska, météorologue ukrainienne et membre du Giec. Dans une réunion vidéo du groupe d’experts internationaux, la spécialiste a déclaré : « L’argent qui finance cette agression (russe en Ukraine, NDR) est directement lié au changement climatique puisque cet argent vient des énergies fossiles, pétrole et gaz.(dont la Russie regorge). Si nous ne dépendions pas de ces énergies, la Russie n’aurait pas les moyens d’entreprendre cette guerre »


+L’Ukraine est un important grenier, c’est sans doute un des enjeux de l’invasion russe, avec les ressources houillères et minières du Donbass. Le célèbre gisement de manganèse de Nikopol est convoité,  Les pays de l’Union européenne, dont les ressources énergétiques sont limitées, n’ont pas su mettre en œuvre des politiques réduisant leur dépendance. Ces politiques portent un nom : économie d’énergie et de matières.

 +Les précédents de la part des russes  (guerres en Tchétchénie, guerre russo-géorgienne, Crimée, intervention en Syrie..), l’instabilité en Europe, et la guerre actuelle,  laissent craindre une extension, du fait de la folie conquérante et aveugle de Poutine. Il y a là  une consommation d’énergies fossiles galopante, des blessés à soigner, des reconstructions à opérer, une augmentation des fabrications d’armes en France et ailleurs ; bon pour le PIB mais tout cela va faire l’objet d’un rejet massif de GES.

Il n’existe pas encore de chars électriques !

+ L’autocrate Poutine a brandi la menace nucléaire dans le cadre de la guerre qui l’oppose à l’Ukraine. C’est, espérons le, de la provocation, mais, si le conflit s’étendait, il pourrait  envoyer des drones ou des fusées téléguidées, ou de la  cyber attaque sur des centrales européennes. Aux dernières nouvelles l’armée russe vient  d’incendier partiellement la centrale nucléaire de Zaporijjia, la plus grande centrale nucléaire d’Europe. Aucun réacteur n’a été touché, et il n’y a pas de fuite de radiations (dit-ton !). Le site est désormais contrôlé par l’armée russe ; une prise de guerre programmée et bien rentable !

On construit des centrales en France alors que leur sécurité est de moins en moins garantie !

+Alerte générale dans les pays Baltes ! Ces États du nord de l’Europe, autrefois, eux aussi, dans le giron de Moscou, regardent la situation d’un œil plus qu’inquiet. L’attaque russe en Ukraine ravive de douloureux souvenirs en Lettonie, Lituanie et Estonie ! La Suède subit aussi des provocations.

Vous avez dit nucléaire !

*La plupart des candidats et une partie importante de la population française sont contre les éoliennes, certains veulent même les détruire. Ils approuvent la conservation et la construction programmée de nouveaux réacteurs nucléaires, moins dangereux et plus jolis  sans doute, à leurs  yeux.

Comme tout se tient, c’est vraiment une bonne idée !  

*les sécheresses vont faire baisser le niveau des fleuves, faire monter la température des eaux de refroidissement. Afin de refroidir leurs installations, les centrales nucléaires prélèvent de l’eau provenant de la mer ou de cours d’eau. Cette eau est  ensuite rejetée plus chaude qu’elle n’a été prélevée sous forme liquide ou gazeuse.  Elles produisent également des effluents chimiques et radioactifs. Ces derniers sont évacués en mer ou dans le cours d’eau.

*Lors d’une période prolongée de sécheresse ou de canicule, à laquelle il faudra s’habituer, le niveau des cours d’eau est plus bas et leur température plus élevée. Les centrales nucléaires doivent alors « adapter » leur fonctionnement à cette contrainte afin de ne pas perturber les écosystèmes. 

Dans ce cas, s’adapter, c’est s’arrêter !

Le changement climatique touchera les centrales nucléaires plus tôt et plus fort que ce que les industriels, les gouvernements ou les régulateurs peuvent prévoir » . Paul Dorfman, spécialiste au University College London, vient de publier un rapport critique sur les risques associés au changement climatique pour le nucléaire au Royaume-Uni. Son constat est sans appel : « Le nucléaire est, littéralement, sur la ligne de front du changement climatique ».

Sécheresse, canicule, montée des eaux : les centrales …https://www.lavoixdunord.fr › article › comment-les-centr…


Combien de temps dans l’année les nouvelles centrales vont-elles fonctionner ?

Fragilisé par la sécheresse et le Covid, le nucléaire a besoin …

https://reporterre.net › Fragilise-par-la-secheresse-et-le-…

* Multiplier les centrales alors que, déjà, on ne sait pas quoi faire des déchets redoutables et que la protection contre les attaques, garantie par nos défenseurs du nucléaire, est absolument illusoire.

C’est une mise en péril de la vie d’autrui !


La volonté de conquête en passant outre tous les traités internationaux, les échanges diplomatiques ; la responsabilité dans les destructions et les morts, les conditions dramatiques vécues par des milliers d’hommes et de femmes…, est condamnée par presque toutes les  juridictions mondiales.

Heureusement !

Cependant, une fois de plus, ce sont des conséquences qui sont jugées ; il serait bon de réfléchir sur la totalité des causes pour comprendre et orienter plus judicieusement la diplomatie et la politique à suivre. Pour cela il ne faut pas s’en tenir à une présentation partielle, les occidentaux ne sont pas tout blanc ;  il faut faire une analyse globale incluant  en particulier l’histoire.

N’oublions pas aussi que rechercher à conquérir un territoire c’est vouloir s’approprier le produit d’un sol et d’un sous-sol.


Les torts de Poutine et ceux des Occidentaux – Libération

https://www.liberation.fr › International

                                                                                                                                              signé : Georges Vallet


crédits photos :
Sciences et Avenirhttps://www.sciencesetavenir.fr/assets/img/2022/03/04/cover-r4x3w1000-6221fc025755e-067-247354.jpg

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 4.6 / 5. Nombre de note : 60

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

7 commentaires

  • Michel LACANETTE.

    Cela montre qu’ils ( les Allemands) sont aussi revenus du rêve européen.
    Le rêve européen l’ a été pour l’ ensemble des pays concernés, tant que tout le monde à profité de la période des droits et des vaches grasses, maintenant l’ époque ayant changé, nous allons devoir passer à l’ époque des devoirs. C’ est maintenant que l’ on va voir qui est profondément européen et qui ne l’ est pas. Ce n’ est pas en essayant de sauver sa part de gâteau, comme semble le faire les Allemands, que l’ on apportera de la crédibilité à l’ Europe.

    Quand au « frugalisme » c’est une utopie parmi d’autres et comme toutes les utopies elle est périlleuse. Imaginons-nous un retour en arrière?
    Je ne pense pas qu’ il soit utile de revenir en arrière pour prendre des mesures, mais de prendre conscience que nos comportements risqués d’ hyper consommation, nous amènent à des situations périlleuses toutes aussi dangereuses que des limitations. Il va falloir accepter que le monde à des limites, sans quoi ça sera à nos risques et périls.

  • Pierre-Michel Vidal

    Ce qui se passe en Ukraine montre que nous nous sommes trompés sur les priorités à venir. Elles sont d’abord le respect du droit international et la protection de nos libertés dans un monde aux équilibres fragiles. Il faut repenser d’urgence les questions de Défense Nationale et celle de notre indépendance énergétique et améliorer -sans illusions- le fonctionnement de l’Europe. Cela demandera beaucoup d’efforts à la Nation.
    L’heure n’est pas à la division mais on est en droit de se demander comment le lobby anti-nucléaire a eu autant de moyens et qui lui a octroyé tant de subsides? Quand on connaît les méthodes du KGB, comment il a utilisé le PCF durant de nombreuses année, on est en droit de se poser la question; cf. Fillon, Schroeder, etc.

    • Michel LACANETTE.

      D’ accord avec la première partie de votre commentaire. Quand à la seconde partie je pense qu’ il faudra revoir totalement notre démarche à l’ égard du nucléaire, quand on voit ce qui se passe actuellement en Ukraine.
      Ce ne sont pas les ogives nucléaires de Poutine qui sont ne définitive les plus dangereuses, mais bel et bien les centrales nucléaires qu’ ont laissé les Soviétiques en héritage à l’ Ukraine. Ils savaient bien pourquoi. Cela va peut être leur permettre de faire une  » guerre sale » à peu de frais en les détruisant. Alors quand je pense que chez nous les  » nucléocrates » veulent des petites centrales éparpillées sur tout le territoire, c’ est tendre la joue pour se faire battre ou abattre. Plus sérieusement, plus vite nous quitterons l’ énergie nucléaire moins vite nous courons le risque de se retrouver pieds et mains liées face à un ennemi. La seule arme efficace contre le risque nucléaire est la sobriété énergétique électrique. Par contre la dissuasion nucléaire doit être maintenue non plus au niveau national, mais au niveau européen, car si nous voulons l’ augmenter nous ne pourrons pas faire face tout seul aux coûts, donc il nous faudra la partager. On en serait presque à remercier Monsieur Poutine de nous avoir fait prendre conscience de nos faiblesses, qu’ il nous faudra palier  » quoi qu’ il en coûte », si nous ne voulons pas disparaître.

      • Pierre-Michel Vidal

        Les allemands qui avaient opté pour le pétrole russe changent leur fusil d’épaule. On voit pourquoi. Demain, Poutine peut dans sa tentative de reconstruction de l’Empire Russe s’en prendre à l’Allemagne de l’Est. Ils ont ainsi opté pour un gros effort d’armement (+20 milliards). Cela montre qu’ils sont aussi revenus du rêve européen. C’est un peuple pragmatique et ils font confiance d’abord à eux-mêmes. C’est par les temps qui courent la voie la plus sage.
        Ne nous laissons pas intoxiquer par le discours médiatique qui annonce des temps meilleurs pour l’Europe. Ils sont peut-être à venir -il faut le souhaiter-, pour le moment les sanctions prises par l’Union n’ont fait trembler qu’elle même. Elles n’ont en rien changé la position de Poutine. Comptons sur nos forces dans ce monde terriblement dangereux. L’effort que nous avons à faire nous ne pouvons pas le déléguer à Bruxelles.
        Quand au « frugalisme » c’est une utopie parmi d’autres et comme toutes les utopies elle est périlleuse. Imaginons-nous un retour en arrière? Le peuple français n’a pas les qualités de stoïcisme du peuple russe qui a une expérience beaucoup plus grande de la souffrance et des privations.
        Il n’y a qu’à voir la faible mobilisation autour des rassemblements de solidarité avec l’Ukraine, pour constater que nos concitoyens répugnent à l’effort et à la solidarité internationale. Nous souhaitons voir les Russes manifester au péril de leurs vies mais nous ne sommes pas capables de le faire, nous qui vivons dans un pays de liberté.

        • « Il n’y a qu’à voir la faible mobilisation autour des rassemblements de solidarité avec l’Ukraine,  »
          1°) Je n’ai pas cette impression d’après ce que disent les médias.
          2°) Croyez-vous que les manifestations, les slogans anti Poutine, les émissions où on ne fait que choisir des passages déchirants….
          aient une action sur les décisions de Poutine?
          3°) Croyez-vous que les citoyens français, exsangues financièrement, soient à même de faire des dons personnels pour aider les réfugiés? Ils participent déjà au téléton, aux restos du cœur, à la lutte contre le cancer…
          C’est à partir des fonds de la Banque centrale européenne et des divers pays concernés, des entreprises du Cac 40 qui ont fait des bénéfices en commerçant avec la Russie ou en publiant dans la presse française des articles juteux très prisés par un lectorat avide d’informations.

          « À qui appartient la presse française ?
          Le secteur de la presse en France est un grand Monopoly. Tout s’achète, tout se vend, les journaux, les télés, les radios. Quelques milliardaires se partagent le gâteau. Résultat : 90 % des quotidiens nationaux vendus chaque jour appartiennent à 10 oligarques ! D’après les calculs de Basta!, les mêmes possèdent des télévisions et radios qui totalisent respectivement 55% et 40% des parts d’audience [1]. Vous avez donc une grande probabilité de lire, regarder ou écouter chaque jour des médias qui appartiennent à ce petit cercle de milliardaires.

          Plusieurs pistes peuvent faire évoluer les choses;
          +Loger, nourrir, faire le nécessaire, dans l’immédiat, pour sauver les réfugiés, en se posant d’ailleurs la question de la sélection qui est faite de trier les ukrainiens et les syriens. Israël a demandé à Poutine de permettre
          le départ des civils.. israéliens seulement!
          + Que l’Europe, au moins, n’achète plus de pétrole, de gaz , de matières premières à la Russie afin de couper ses sources de financement qui lui permettent de continuer la guerre.
          +Trouver d’autres sources d’approvisionnement et faire une politique d’indépendance, donc de relocalisation en particulier, donc en favorisant l’emploi en France.
          +Je me répète, c’est vrai, mais interrompre la pulvérisation des centrales nucléaires destructibles facilement de l’extérieur ou même de l’intérieur.
          +Investir massivement dans d’autres formes d’énergie tout en réduisant surconsommation..
          +Livrer des armes, y compris des avions et des drones manipulables à partir de la frontière

          • Certains ont peut-être regardé l’émission « vert de rage » sur France 5 hier soir.
            On veut nous faire croire que le nucléaire, c’est l’avenir!!!

            Extraction du minerai:
            Il faut prendre conscience de la pollution nucléaire des populations autochtones, même à distance (le vent). Au niveau de ce qui est devenu un immense désert, creusé sur des km , par Areva au Niger. Les maisons, construites ou réparées à partir de poutres récupérées sur les installations font vivre les populations en contact permanent avec le rayonnement, tous sont malades ou morts prématurément.
            Tout cela, bien sûr, ne consomme pas d’énergies non renouvelables, le nucléaire est la source qui ne dégage pas de CO2!!!!
            Les populations locales? Ce n’est pas un problème, elles n’ont qu’à aller ailleurs!

            Mais ce n’est pas tout

            L’émission n’a pas parlé des contaminations pendant le transport jusqu’à Narbonne mais a évoqué le traitement du minerai à quelques km de Narbonne, ces grands bassins où sont enfouis les déchets non traitables qui vont s’étendre de plus en plus; les mesures de radioactivité à distance du complexe de traitement sont largement supérieures aux normes tolérées. Les jours de grand vent, dans cette région, il n’en manque pas, les narbonnais respirent un air contaminé.
            Les alignements de ces milliers de bidons contaminant est vraiment réjouissant!
            L’avantage du nucléaire c’est aussi que cela permet une électricité moins chère car Flamanville est une centrale peu coûteuse!

            Peu importe les retombées annexes, il faut pouvoir surconsommer toujours plus d’énergie électrique car c’est nécessaire pour continuer à faire fonctionner les centrales.
            L’émission s’est limitée au prélèvement du minerai au Niger et au traitement à Narbonne.

            La politique développée par nos gouvernants, les dangers de plus en plus actuels avec la guerre d’Ukraine prennent le relais du bienfait du nucléaire!

    • « on est en droit de se demander comment le lobby anti-nucléaire a eu autant de moyens et qui lui a octroyé tant de subsides? »

      Et les lobbies des pronucléaires????

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *