La force des petits

5
(46)

Aux premiers jours de l’invasion de l’Ukraine par les troupes russes, je pensais à ce poème de Paul Fort :

Si tous les gars du monde voulaient se donner la main…

J’imaginais que des volontaires de la paix venus de tous les pays bloqueraient l’avancée des chars en se tenant devant eux. C’était bien idéaliste face à un homme qui a choisi la posture historique d’un sauveur de la Grande Russie et qui s’est montré insensible à la souffrance des populations et à leurs aspirations.

Mais il n’est pas irréaliste de penser que dans un avenir pas si lointain les Russes considèreront que M. Poutine a conduit son pays à un isolement diplomatique inouï, à un encerclement du pays par les forces de l’OTAN et à une condamnation pour crimes de guerre. Tout à l’opposé de ses objectifs ! La population russe peut comprendre la situation qu’elle peut être amenée à endurer, pour peu qu’elle se dégage de la propagande. Elle peut percevoir que la situation peut devenir bien plus difficile qu’elle ne commence à l’être. Le paiement de dommages de guerre pour la reconstruction de l’Ukraine pourrait peser lourd sur l’économie du pays.

A la disproportion des forces en présence s’ajoute la disproportion des menaces. L’Europe ne doit pas devenir un va-t-en-guerre et il faut se louer de la retenue des dirigeants européens. Mais l’Europe ne peut pas se taire. La responsabilité des destructions est claire. La Russie devra en rendre compte et payer de justes réparations.

Le bombardement d’une partie de la plus grande centrale nucléaire de l’Europe est un acte d’une gravité inconnue jusqu’ici. La perspective de transformer les villes ukrainiennes en des scènes de guérilla est effrayante si l’on songe aux pertes humaines qui en résulteraient. Mais la Russie a dû quitter l’Afganistan, tout comme les Etats-Unis ; les Russes et leurs alliés le savent. Ils ne peuvent trembler à l’annonce de l’envoi de 50 chasseurs alpins en Roumanie, ni à l’expédition de 4 avions français. En revanche, ils peuvent être embarrassés par une transaction commerciale entre la Pologne et des pays neutres pour la livraison d’un stock de MIG. Des pays hors de l’OTAN, il y en a en Europe (la Suède, la Suisse, l’Irlande). Et loin de l’Europe , des pays comme l’Australie, la Nouvelle Zélande le Japon peuvent souhaiter que Taiwan ne devienne pas un nouveau théâtre d’opérations militaires. Plus encore que la livraison d’avions, la fourniture d’armes antichars s’impose. Les Ukrainien ont fabriqué de nombreux cocktails Molotov. Mais leur usage suppose que l’on se mette à découvert ou à proximité. La lutte sera donc sanglante.

Bien sûr, il serait préférable que l’ONU s’interpose, comme elle l’a fait dans plusieurs conflits. Tous ceux qui ont retenu le message d’Albert Einstein dans « Comment je vois le monde » ne peuvent que le souhaiter. En 1934 la paix mondiale n’était pas plus assurée qu’aujourd’hui et la Société des Nations était loin d’être le gendarme du monde dont Einstein préconisait la création. Mais si aujourd’hui l’ONU n’est pas prête à condamner un membre du Conseil de Sécurité, elle peut édicter des règles faisant barrage à des crimes contre l’humanité et la démocratie. De plus, mettre au ban des nations les pays qui accepteraient qu’un homme confisque le pouvoir pour une période prolongée, voire à vie, aiderait les peuples à vivre en paix et selon leurs choix.

M. Poutine et son clan militaro-industriel ne comprennent que la force. Ils s’appuient sur les ressources financières colossales procurées par le pétrole et le gaz. C’est sur cet appui qu’il faut peser. Développons les énergies renouvelables, brisons les freins qui s’y opposent. Nouons de nouvelles alliances. Développons une filière photovoltaïque en Afrique et dans les pays où le soleil est généreux. Acceptons que le pétrole coule moins, ou soit plus cher, mais que le sang ne coule pas.

Paul Itaulog

Aux sanctions, au ralentissement des échanges, à l’arrêt des exportations de gaz et de pétrole vers une partie de l’Europe occidentale s’est ajouté le paiement de dommages de guerre.

Cessons de rêver. Lorsqu’Albert Einstein a écrit « Comment je vois le monde » la Société des Nations était loin d’être le gendarme du monde dont Einstein préconisait la création. Même si aujourd’hui l’ONU n’est pas prête à condamner un membre du Conseil de Sécurité, il se pourrait que demain le dirigeant d’un pays qui confisque le pouvoir pendant plus de 10 ans soit considéré comme une personne qu’on ne peut fréquenter.

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 5 / 5. Nombre de note : 46

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

3 commentaires

  • Pierre-Michel Vidal

    M. Poutine a aussi ses hommes d’influence en France. Ce n’est pas un fou comme on voudrait nous le faire croire: c’est un homme déterminé prêt à tout pour arriver à ses fins. Il a la majorité de sa population russe derrière lui, les courageux protestataires ne sont qu’une infime minorité. Il a vu la démobilisation militaire de l’Europe et de la France en particulier qui a réduit les budgets de la défense depuis de nombreuses années. Il scrute la crise morale que traverse l’occident en pleine régression sur ses valeurs. Il sent la défiance à l’égard de la démocratie. Les dysfonctionnements européens. Il profite donc de cette faiblesse pour imposer sa loi avec une cruauté que nous nous contentons de dénoncer le bras croisés. L’esprit de Munich prévaut! Il atteindra son but: l’annexion pure et simple de l’Ukraine en cendres avant de poursuivre ses conquêtes. En politique il n’y a pas de miracles.

    • « M. Poutine a aussi ses hommes d’influence en France. »

      Il était intéressant de suivre l’émission de france.5 à 20h55 intitulée
      Paris,secrets d’espions.
      Depuis la fin du XIX siècle Paris serait la capitale mondiale de l’espionnage, abritant entre 10000 et 15000 agents secrets. Les espions russes, chinois, américains, israéliens, mais aussi turcs, s’y sentent à l’aise pour mener leurs opérations sans trop de risques d’être dérangés. Ils sont les acteurs offensifs de la guerre de l’ombre.
      Que fait la DGSE?

    • : » Ce n’est pas un fou comme on voudrait nous le faire croire:, c’est un homme déterminé prêt à tout pour arriver à ses fins.

      Il est atteint du syndrome de l’hubris.

      Vladimir Poutine atteint du syndrome d’hubris : quel est ce …
      https://www.public.fr › People › News People
      il y a 4 jours — Mais des psychologues se sont penchés sur un autre trouble qui pourrait affecter la santé mentale de Vladimir Poutine : le syndrome d’Hubris. Le ..
      A partir de quel moment commence la folie et finit la détermination?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *