Un mauvais livre

3.9
(64)

Mauvaise couverture, mauvais livre, mais nous sommes en campagne présidentielle et ce livre concerne le président-candidat, alors, allons y.

La couverture, le terme « foutriquet »

Elle est infra-languagière car le titre : « foutriquet » n’est compréhensible que grâce à la photo qui est en dessous : c’est donc de Macron qu’il s’agit . Le nom de l’auteur : Onfray, par contre, fait 2 cm de haut, j’y vois le symbole de son ego gonflé à l’hélium. Le Larousse note le terme « foutriquet » comme « très familier », en ce qui me concerne je le considère comme non respectueux. Or si nous ne respectons pas notre président nous ne nous respectons pas nous-même. On peux le critiquer, bien sûr. Que ce terme ait été utilisé politiquement pour la dernière fois lors de la commune, dans les années 1870, contre M. Thiers n’est pas une excuse, ce n’est pas notre intérêt de revenir au degré de violence de cette époque.

Le texte

Onfray rejette la Gauche (acephale) et la Droite (pro-nazie). Le Centre n’est pas mieux loti : » Enfin ce diable avait également en tête les libéraux, les centristes, les démocrates-chrétiens, autrement-dit des bigots et des cul-bénis ». Par chance, un éclair de lucidité illumine sa conscience page 254 : »C’est bien beau, me direz-vous, que proposez vous ? ». Ce qu’il nous propose c’est : « non pas un homme providentiel mais un peuple providentiel » J’en conclus qu’il propose d’élire 60 Millions de français au poste de Président, c’est simple !

Quant aux personnalités vivantes ou disparues, qu’il met plus bas que terre, il faudrait une page entière pour les citer toutes. Seul E. Zemmour trouve une demi-grâce à ses yeux : il est pour son analyse de la situation de la France, il est contre les solutions qu’il propose. Seul le Général de Gaulle, paix à son âme, aurait toujours fait mieux, en toutes circonstances, que tous les Présidents, de G. Pompidou à E. Macron.

Qu’est ce que Onfray reproche au Président actuel ?

Pratiquement seule la gestion de la pandémie. Il y consacre 11 pages (comparées aux 357 pages du livre). Il reproche la cafouillage sur les masques, au début, affaire déjà dénoncée cent fois. Dans l’ensemble les français trouvent la pandémie n’a pas été si mal gérée (c’est pas fini, d’ailleurs). Onfray impute aussi au Président l’existence d’un courant « antivax » en France, est-ce aussi au même Président qu’il faudrait imputer les « antivax » allemands et américains ?

Il règle quelques comptes page 71 dans sa « lettre ouverte au président Manu » avec des plaisanteries de collégien je cite : » Votre Altesse, Votre Excellence, Votre Sérénité, Mon cher Manu, Mon Roy. « Il est tellement content de sa plaisanterie qu’il la répète cinq fois.

Il nous donne son opinion (très sévère) sur trois autres candidats à l’élection présidentielle : J.L. Mélenchon, M. le Pen, E. Zemmour. Dommage que ma candidate préférée : V. Pécresse n’y ait pas droit, cela m’aurait peut-être intéressé !

L’Europe

L’Europe telle qu’elle est aujourd’hui, ne lui convient pas, il prétend que c’est un empire : « L’Europe est un produit de ces nations fédérées en un nouvel empire, l’Empire maestrichtien ». Mais enfin ! Tous les empires depuis l’empire romain, et même avant, ont été fondés par la force des armes. L’Europe politique s’est fondée par la libre adhésion des gouvernements qui ont demandé l’avis à leurs peuples. Il est vrai que les Français ont approuvé le traité de Maestrichte en 1992 ,avec seulement 51,04 % des voix. Et quel empire a un Parlement élu ? Donc, considérer la Communauté Européenne comme un Empire est une erreur grossière.

Ce livre nous vient d’un homme qui a une immense culture philosophique et historique. La seule considération qui m’a intéressé un tout petit peu vient de son approche de tout événement dramatique, je le cite, page 132 : « Pendant que je persiste dans la GENEALOGIE, les médiats dominants continuent dans la « MORALINE » qui est la morale des gens sans morale, la toxine issue de la morale.... ». Effectivement, en oubliant le stupide néologisme de « moraline », on peut admettre une double approche d’un fait dramatique, comme le meurtre, aux USA, de G. Ployd, page 94, par un policier :

_ une explication généalogique (toute arrestation est dangereuse aux USA)

_ un jugement moral

Une approche n’empêche pas l’autre. L’explication généalogique, qui a la préférence de l’auteur, soulève plusieurs difficultés : d’abord la plupart des effets sont multifactoriels et puis, comme les faits s’enchaînent les uns aux autres depuis le commencement de l’humanité, jusqu’où remonter dans le passé ?

Pour finir

Ce livre ne dit pas un mot de l’événement qui nous intéresse tous en ce moment : la guerre en Ukraine. Ce livre a été édité en Février 2022, donc, vraisemblablement avant le 24, date de l’invasion par les chars russes. Je ne doute pas que l’auteur nous livre prochainement son approche généalogique et son jugement moral sur cet événement. En attendant, gardez vos 20 Euros, il y en a besoin pour faire le plein.

Pau, le 23 Mars 2022

Jean-François de Lagausie

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 3.9 / 5. Nombre de note : 64

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

Un commentaire

  • Robert Contrucci

    Humble avis : un tel article avec pour illustration la couverture de ce livre polémique et irrespectueux envers notre Président, c’est lui faire indirectement un peu ou… trop de publicité.

    Par respect pour ma table, je n’oserai même pas, me servir de ce livre comme sous-plat !!!

    Autant (re)lire, un des romans, nouvelles et essais de Stefan ZWEIG et puis, il me reste tant de livres en attente de lecture dans ma bibliothèque…

    «  Quand je pense à tous les livres qu’il me reste à lire, j’ai la certitude d’être encore heureux  » (Jules RENARD : 1864 – 1910)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *