Haro sur Total ?

4.1
(78)

Il faudrait être bien insensible pour rester indifférent au malheur qui s’est abattu sur l’Ukraine, et bien naïf pour penser que M. Poutine s’arrêtera de lui-même sans qu’une forte pression soit exercée sur lui. Ce qui semble le plus efficace et le plus nécessaire est de cesser les importations de ressources fossiles venant de Russie. Elles constituent une ressource de l’ordre de 700.000 euros par jour pour les finances russes, un pactole! Un coup de semonce immédiat doit donc être tiré pour éviter encore plus de destructions, de blessures et de morts. En puisant dans les réserves de l’Europe, en faisant appel à d’autres fournisseurs, en étant économe et solidaire, l’Europe peut s’abstenir d’importations russes pendant deux semaines renouvelables. Joe Biden vient d’ailleurs d’annoncer vouloir aider à fournir une alternative. Mais c’est maintenant qu’il faut agir et non à la fin de l’année lorsque l’Ukraine sera exsangue.

La mise en demeure des Russes vient à point nommé. Leur exigence d’être payés en roubles doit rencontrer une fin de non-recevoir. L’Europe ne peut entrer dans un jeu de soutien du rouble, tout au contraire. Et comme sa dépréciation est prévisible, les diplomates peuvent arguer du fait que ce serait payer le gaz à moitié prix et que les gouvernements occidentaux se doivent d’être sensibles à leur opinion publique, qui majoritairement, réprouve la guerre. M. Poutine aura du mal à expliquer cela à la population russe. Celle-ci doit être convaincue et il faut le faire en diffusant une autre information. En particulier sur le bilan humain de la guerre, y compris pour les troupes russes qui ont payé en un mois un tribut en vies humaines de 15 années en Afghanistan.

Les entreprises européennes installées en Russie ne peuvent contrer la désinformation des medias russes. Ce n’est pas leur rôle. Ce qu’elles peuvent tenter n’est pas simple et l’on ne saurait s’ériger en juges. Préserver leurs investissements et éviter des spoliations constitue déjà un objectif louable face à un dirigeant autoritaire, buté et prêt à tout. Arguer de la pression publique dans les pays occidentaux pour la cessation de leur activité. Il faut donc renforcer cette pression, par tous les moyens, y compris un boycott provisoire de certaines marques ou enseignes.

Après retournement de la situation, et au vu des efforts entrepris par ces entreprises, il faudra au contraire que les consommateurs-citoyens soutiennent activement les entreprises qui auront eu à coeur la défense de nos valeurs. Est-ce utopique que de penser qu’il reste un peu de l’esprit de Valmy et de l’ardeur des maquis dans ce pays?

La connivence du gouvernement de Pétain avec les nazis, l’appât du gain du marché noir, l’impuissance de la réaction après l’annexion de la Crimée, la destruction de villes de la Syrie laissent peu d’espoirs. Raison de plus pour se manifester et ne pas se taire, comme le font tant de candidats à l’élection présidentielle.

Total énergies peut justifier le pluriel de sa nouvelle appellation en investissant une partie de ses bénéfices dans une anticipation du passage aux énergies renouvelables de toutes natures. Toutes ses stations services (et toutes les grandes surfaces) pourraient produire de l’électricité sur leur couverture et proposer des bornes de recharge économiques à 2 euros les 100km en s’alliant à des constructeurs automobiles. Le pouvoir d’achat des utilisateurs y trouverait son compte! Ceux-ci pourraient se regrouper en mini-coopératives qui auraient des priorités pour ces aides. Car la majorité des conducteurs n’a pas les moyens d’investir à la fois dans des panneaux photovoltaïques et un véhicule électrique. Il faut les aider. Allier un objectif à moyen terme à un objectif à court terme clairement annoncé et ô combien désirable ! La paix et l’avenir de la planète ont un prix. Partageons-le avec nos voisins et ceux qui ont fait des profits substantiels! Alors, c’est bravo que nous dirons à Total, Renault, Leroy-Merlin , Auchan et d’autres.

Paul Itaulog

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 4.1 / 5. Nombre de note : 78

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

2 commentaires

  • A Pau, nous vivons sous une influence Totale et pétrolière évidente : quel est e plus gros financeur de la Section Paloise ? Quel est est le plus gros financeur du Grand Prix de Pau ? Il faut donc bien que Total puisse continuer à financer son image de « bienfaiteur » avec le pétrole russe.

  • Pierre-Michel Vidal

    Tout à fait d’accord. La priorité devrait être pour l’Europe de construire une politique énergétique commune qui passera nécessairement par un développement du nucléaire « pacifique » et accessoirement par des énergies renouvelables qui pourraient servir d’appoint. L’indépendance énergétique, la défense nationale, le maintien dans l’OTAN -et son amélioration- devraient être les piliers de nos futurs gouvernements. Le reste c’est du pipeau…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *