Et maintenant, je fais comment ?

4.5
(50)

Il y a comme cela des sujets qui devraient faire consensus, et pourtant… L’article écrit sur cette publication (Alternatives Pyrénées, que l’on ne saurait trop recommander tant ses réflexions sont riches d’enseignement) le 30 mars 2022, sous la plume de Paul Larreya en est un. Il pose la question de savoir s’il est préférable d’investir dans le nucléaire plutôt que dans les industries renouvelables. Même si la réponse est comprise dans la question, il n’en a pas moins soulevé un débat de haute tenue.

La question est d’autant plus d’actualité que vient de paraître un rapport pour le moins alarmiste du GIEC (Groupe d’Expert Intergouvernemental sur l’évolution du climat). En effet, selon ce qu’il contient et en résumé, nous ne disposons que de trois ans pour diminuer suffisamment les gaz à effet de serre afin de permettre à la planète de ne pas sombrer dans un réchauffement climatique aussi destructeur qu’irréversible. Il y a donc urgence climatique.

Il est évident pour tout le monde que l’énergie nucléaire n’émet pas de gaz à effet de serre contrairement aux énergies fossiles que sont le gaz le pétrole et le charbon. Les centrales nucléaires produisent de l’électricité dont actuellement dans le monde, personne ne peut plus se passer. C’est un poncif que de le dire, je vous l’accorde, cependant certains pays utilisent l’énergie fossile pour produire de l’électricité. Il est établi que les éoliennes, les panneaux photovoltaïques, la biomasse par méthanisation et les barrages hydroélectriques ne suffisent pas pour répondre aux besoins actuels de consommation d’électricité.

Mais il n’est pas inutile de le rappeler, surtout quand on connaît la dépendance de certains états aux énergies fossiles. L’Allemagne qui a renoncé pour des raisons écologiques à la production d’électricité par le nucléaire se trouve maintenant dépendante de la Russie à laquelle elle achète du gaz. Ce faisant, comme la France d’ailleurs dans une moindre proportion, elle enrichit ce pays et lui donne indirectement sans doute, mais de manière réelle, les moyens de s’équiper d’armements qui lui servent actuellement à détruire l’Ukraine. Soulignons, toujours pour rester dans le lieu commun, que le gaz, lorsqu’il brûle, produit du gaz à effet de serre.

Alors cette indépendance énergétique obtenue par la production d’électricité grâce au nucléaire a donc deux avantages : l’un de ne pas polluer par l’émission de gaz à effets de serre et l’autre de ne pas dépendre d’un état belliqueux aux visées expansionnistes. Le GIEC dans sa démonstration ne parle que du réchauffement climatique, résultat de l’émission de gaz à effet de serre, il n’évoque pas le nucléaire. L’inconvénient majeur du nucléaire, il faut le dire, est de produire des déchets dangereux dont on ne sait pas encore, si tant est qu’on le saura un jour, se débarrasser.

Autre actualité qui occupe les esprits actuellement et pour peu de temps : l’élection présidentielle dans notre pays. A bien lire les professions de foi des candidats, récemment arrivées dans les boîtes aux lettres, le sujet de la pollution par les gaz à effet de serre ne fait qu’effleurer certains qui ne s’aventurent pas dans ce qui doit leur sembler être un sujet casse-gueule. Comme quoi ces conjonctions d’événements si divers en apparence, se retrouvent et se percutent sans qu’on puisse apporter une réponse définitive à toutes les questions qui se posent à nous à propos de la pollution de notre monde dans ses pluralités de formes.

Alors au bout de cet engrenage, il y a moi et pardonnez-moi d’ainsi me mettre en avant, mais il me semble important de raisonner au niveau individuel. Pour me mettre en conformité avec les prescriptions des écologistes, j’ai fait de nombreux travaux dans ma maison. Ainsi, j’ai fait refaire toutes le huisseries afin qu’elles soient aux normes d’isolation, j’ai fait isoler les combles au delà de ce qui est recommandé, et je viens de faire installer une pompe à chaleur en remplacement d’une chaudière au fioul. Ce sont des investissements coûteux qui s’ajoutent à certains comportements : température ambiante en dessous de celle qui est conseillée, utilisation accrue des transports en commun et limitation de la nourriture carnée. Je ne suis pas équipé en gaz domestique.

Je ne vois donc pas ce que je pourrais faire de plus sinon acheter une voiture électrique, mais là encore je devrais considérer que les piles sont fabriquées à l’aide de lithium contenu dans des terres rares importées de pays étrangers. Pourrais-je, devrai-je me passer d’électricité ? La solution réside dans l’économie que chacun est capable de faire et résulte des comportements individuels.

Pau, le 11 avril 2022

par Joël Braud

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 4.5 / 5. Nombre de note : 50

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

11 commentaires

  • « On ne règle pas les problèmes avec ceux qui les ont créés » Albert EINSTEIN

  • Oui vous avez raison. La réponse est dans le comportement de chacun.
    Allez faire un tour sur le site electrcity map pour avoir un aperçu des comparatifs de productions d’électricités dans le monde (pour les pays qui veulent donner leurs émissions) et surtout en Europe : https://app.electricitymap.org/zone/DE

    A cet instant de ce mardi 12 avril à 10h la France émet 72 gr de Co2 par kwh (dont 12, 58% en éolien et 0,08 en charbon) alors que l’Allemagne est à 360 (dont 28,18% en éolien et 32% en charbon).
    Si nous devions remplacer la production de la centrale de Braud Saint Louis du Blayais ( 4 générateurs de 900Mwh= 3600 Mwh) par un parc éolien il faudrait mettre 1800 éoliennes, c’est à dire une éolienne tous les 100 mètres sur les deux rives de la Gironde entre Royan et Blaye, à condition d’avoir du vent.

    Pour ce qui est des 4 centrales à charbon française, il n’en reste que 2 en activité : la centrale de Cordemais (Pays de la Loire), et celle de Saint-Avold (Moselle), limités à 1000 heures jusqu’au 28 février (rehaussée de 700 à 1000heures).
    La troisième centrale du Havre ( 600Mwh) a été arrêté en avril 2021.
    La quatrième celle de Gardanne en Provence était composé de 5 tranches fonctionnant au charbon. Il ne reste que la tranche 4 qui fonctionne en biomasse (150Mwh) et la tranche 5 (595Mwh) fonctionnant en lits fluidisé circulant.
    La moitié du parc nucléaire est à l’arrêt pour des raisons de sécurité et de révision.
    Qui a proposé de réduire les éclairages publiques une certaine partie de la nuit cet hiver dans les zones urbaines, alors que des fonderies d’aluminium ont été mise à l’arrêt de facto, car il n’y avait pas assez de production
    d’électricité ?

    Rappelons que la France a Importé en 2021 pour 60 milliards €de produits made in charbon venant de Chine battant tous les records (600 milliards€ pour l’Europe).
    Quelle contradiction des consommateurs français qui réclament à tout va la fin des centrales à charbon en France et en Europe !

  • Il y a les comportements individuels qui sont effectivement la principale solution dans l’objectif d’une réduction des consommations mais cela ne se fera pas tout seul avec la seule force de quelques milliers de citoyens munis d’une conscience éveillée et de quelques moyens matériels à investir. Les décideurs institutionnels doivent prendre des décisions d’inversion de leur logiciel issu de l’aprés guerre qui consiste à bâtir bâtir bâtir, « embellir » à coûts de pavages et bétons spéciaux, reconstruire , étendre, s’étendre toujours plus sur les terres agricoles au nom du sacro saint « développement économique » , invitant les populations depuis 50 ans à parcourir en long en large et en travers les artères périphériques de leurs agglomérations petites ou grandes, chaque soir venu, pour assouvir les besoins d’achats utiles ou compulsifs …
    Il suffit d’observer nos habitudes à l’échelle de l’agglomération Paloise autour des zones commerciales, ces milliers de voitures se déplaçant tous les jours pour quelques centaines de mètres venant s’agglutiner devant les écoles et collèges comme s’il était impensable qu’il en soit autrement par la marche, le bus ou les vélos .
    Les scores faibles de Jadot ne traduisent pas un soudain désintérêt des questions énergétiques et écologiques à mon avis , ils résultent de la mutation transitoire de la proposition électorale créé par le macronisme en 2017 et son fameux « en même temps » … cet appendice démocratique a eu pour effet d’assécher PS- EELV en 2017 et 2022 à l’exact même niveau ( Jadot + Hidalgo = Hamon .. ) .
    La seconde étape de cette mutation vient d’assécher LR et renforcer considérablement les extrêmes ( + 13 % ) . Une grosse part du vote écologiste et socialiste glissant vers un vote arithmétique contraint : Mélenchon .
    La troisième étape, fruit de l’appendice précédemment cité, aboutira à un choix entre extrêmes au 2ème tour de 2027 ou au mieux à une bipolarité entre les républicains émiettés et l’extrême droite .
    A moins que le fruit toxique issu de ces machiavéliques manœuvres de pouvoir n’éclose dès le 24 avril ?
    A entendre les premières déclarations d’hier, je ne l’exclu plus, malheureusement.

    • Michel LACANETTE.

      Il y a les comportements individuels qui sont effectivement la principale solution dans l’objectif d’une réduction des consommations mais cela ne se fera pas tout seul avec la seule force de quelques milliers de citoyens munis d’une conscience éveillée et de quelques moyens matériels à investir.

      Aujourd’ hui on veut culpabiliser le particulier en le désignant comme l’ empêcheur de tourner en rond.
      Cela n’ est rien de plus que la démonstration qu’ on ne veut pas s’ engager dans une véritable politique
      d’ économie d’ énergie. En effet faire porter le chapeau aux particuliers est facile, mais s’ attaquer aux gros consommateurs industriels et autres( fabricants d’ engrais chimiques) , est un problème d’ une autre dimension, qui remet notamment en cause la politique du toujours plus, dont tout le monde s’ accommode. N’ oublions pas que les particuliers pour aussi nombreux qu’ ils soient ne représentent en gros que 20% de la consommation d’ énergie, alors que les gros consommateur 20%, représentent 80% de la consommation. C’ est ce à quoi il faut absolument s’ attaquer en premier, mais pour cela il faudra sûrement remettre en cause des process de fabrication dépassés, ou des façons de travailler eux aussi dépassés. Là bien sûr du coté industriel s’ érige le mur des secrets de fabrication et du coté syndical s’ érige le mur des avantages sociaux, qui avec la remise en cause des façons de travailler risquent de diminuer ou de disparaître. Bien sûr que les particuliers doivent participer à faire un effort, puisque’ ils sont eux aussi un maillon dans la chaîne de consommation, mais cessons de les monter du doigt en les désignant comme des fautifs. Ils serait plus que temps que nos responsables politiques et administratifs se retroussent les manches et se préparent à affronter ce problème de consommation d’ énergie qui ne fera qu’ empirer du fait de trois causes, la rareté, les coûts d’ exploitation et l’ explosion de la consommation si l’ on ne fait rien pour la maîtriser. En Occident il y a bien longtemps que l’ on a oublié la richesse que l’ on a de pouvoir allumer une lampe, ou tourner un robinet de gaz ou d’ eau, sans avoir à se poser de question sur ce qui se passe derrière. Pendant des décennies, nos responsables politiques et administratifs, se sont employés à nous faire oublier cela et aujourd’ hui paradoxe, ils veulent nous culpabiliser !!!!!!

    • Pierre-Michel Vidal

      Mon cher André ne cherchez pas des excuses au score lamentable du PS. Il faut avoir le courage de l’autocritique. Le parti Socialiste a abandonné sa base populaire et son objectif naturel: améliorer le sort des plus faibles. C’est cela le but final de la Social-démocratie. Vous avez tourné le dos aux revendications populaires : plus de justice sociale et un meilleur pouvoir d’achat pour vous tourner vers des revendications portées par la partie la plus aisée des couches moyennes: la politique du genre par exemple. Résultat votre électorat s’est détourné de vous pour voter Le Pen ou Mélenchon.
      Il y a un problème de leadership au sein du PS. J’espère que vous reviendrez à des objectifs conformes à la mission historique assignée au socialisme français par Jean Jaurés. J’ai confiance car notre pays a besoin d’un grand parti de gauche de gouvernement comme de droite, d’ailleurs.
      En attendant si vous vous contentez de faire porter la responsabilité sur le « en même temps » de Macron vous faîtes fausse route. Il faut rebâtir sur des bases nouvelles. Le passé a prouvé que c’était possible.

      • Pierre Michel, je ne cherche aucune excuse et aucune recherche de cause dans mon propos, j’évoque des faits sur les évolutions de l’arithmétiques électorales des deux derniers scrutins en soulignant l’évolution inédite d’une offre qui se proposait de réunir les bonnes volontés de gauche et de droite autour du projet d’un homme et de sa petite équipe de départ.
        Le discours un peu éculé sur l’éloignement supposé des préoccupations populaires du PS, c’est un peu le discours des frondeurs qui l’ont fait sombrer, ceux là même qui se prétendaient parler au nom du peuple alors qu’eux mêmes n’en sont absolument pas plus proche sauf pour se noyer dans le fourre tout du vote « Mélenchon » aujourd’hui.
        CMU, RSA, contrat jeune Majeur, tiers payant généralisé, classes dédoublées en Zone d’éducation prioritaire, retour à la retraite à 60 ans pour les carrières longues après le couperet généralisé des 62 ans de Fillon – Sarkozy , retraite progressive pour les autres, 10 000 emplois de policiers rétablis, levée du bouclier fiscal et rétablissement de l’ISF, les Milliards de fraude fiscale récupérés comme jamais entre 2012 et 2017, la résorption du déficit de la sécu en 5 ans, c’était pas vraiment des lois de genre et au bénéfice des classes moyennes qui au contraire ont ELLES été mises à contribution fiscale pour rétablir le navire des dettes et des déficits du président précédent qui reste de tous les présidents de la 5 ème, celui qui a le plus creusé la dette publique par année passée à l’Élysée selon les données de l’INSEE .

        À mon avis, la mécanique électorale engagée depuis 2017 fait qu’il n’y aura pas de retour de la sociale démocratie au bénéfice des plus modestes quels que soient les programmes du PS. Le libéralisme des lobbys aura encore ses beaux jours dans l’attente d’un ruissellement …
        La proximité avec les milieux populaires ne se décrète pas avec des discours et des programmes, elle se vit dans les politiques locales et n’a l’exclusivité d’aucun parti d’ailleurs. Les 5 années qui s’écouleront permettront de juger si ma route est si fausse que cela … en attendant je vous propose de sourire un peu : https://fb.watch/cqduXB4mor/

        • Il me semble tout à l’honneur de la gauche de toujours porter les avancées sociétales.
          Et je ne suis pas sûr, par exemple, que les classes populaires aient perçu comme un réel progrès l’Instauration de l’école Laïque et obligatoire et même l’interdiction du travail des enfants dans les mines. Ces mesures ont d’abord constitué un manque à gagner.

          Je trouve le débat sur le « en même temps » pédant. La social-démocratie l’a pratiqué largement : Social, économie et sociétal ; tout en même temps, avec du bien et du moins bien. Les centristes et la droite modérée l’ont également pratiqué bien longtemps.

  • Michel LACANETTE.

    La solution réside dans l’économie que chacun est capable de faire et résulte des comportements individuels.

    Oui c’ est vrai pour partie. Cela serait encore plus efficace si cela se faisait dans le cadre d’ une politique globale
    d’ économie d’ énergie associant les consommateurs individuels, les industriels consommateurs, ainsi que les producteurs d’ électricité privés et publics. A ce moment là chacun comprendra pleinement le rôle qu’ il a à jouer par rapport aux autres partenaires
    Jusqu’ à preuve du contraire chacun actuellement y de sa petite guerre envers les uns et les autres, sans ce soucier de son impact sur l’ ensemble de la filière. Ce n’ est pas en claironnant sur tous les toits le prochain lancement de centrales nucléaires sans concertation qu’ on résoudra le problème. Rien de plus qu’ un effet
    d’ annonce politique avant l’ élection présidentielle . Le lancement de nouvelles centrales ne devraient se faire qu’ après concertation des différents partenaires en tout dernier ressort, s’ il n’ y a réellement pas d’ autres options en amont. Commençons par le début, mettons le problème sur la table et surtout ne mettons pas
    l’ ensemble des partenaires devant le fait accompli du maître.

    • Pierre-Michel Vidal

      Très surprenant, après ce premier tour des présidentielles, de voir que dans les commentaires d’après-match, la question de l’énergie n’a jamais été abordée et que personne n’ait évoqué le nucléaire. Par ailleurs aucun participant à ces débats n’a jamais parlé de la guerre en Ukraine. A croire qu’elle était finie.
      L’important pour la majorité des français ne serait donc pas là où nous le croyons ? mais plutôt dans l’âge de la retraite, le pouvoir d’achat, les institutions? Je suis perplexe…

  • 1°) »Même si la réponse est comprise dans la question, il n’en a pas moins soulevé un débat de haute tenue. »

    « Vous avez tout à fait raison d’évoquer cet article qui mène une réflexion sur le sujet, incomplètement naturellement, car terriblement complexe. »

    2°) » à la planète de ne pas sombrer dans un réchauffement climatique aussi destructeur qu’irréversible. Il y a donc urgence climatique. »

    « Sans aucun doute! »

    3°) » Il est évident pour tout le monde que l’énergie nucléaire n’émet pas de gaz à effet de serre . »

    « C’est complètement faux si l’on ne veut pas voir le problème dans son ensemble, c’est-à-dire planétaire. Le prélèvement du minerai à l’étranger, la désorganisation et les atteintes aux populations locales non protégées; le transport de ce minerai, le traitement de ce minerai, la fabrication des centrales, les entretiens, les pièces de rechange à fournir, les démantèlements en cours et à venir, les systèmes de protection, l’ensemble des dispositifs assurant une protection très modérée pour le stockage des déchets à court et moyen terme, le travail des contribuables qui doivent payer pour financer EDF et ses manques de surveillances de certains gestionnaires profiteurs (sous traitance) , Il y a aussi les dépenses pour soigner les malades contaminés… Tout cela, c’est bien avec des énergies fossiles donc des GES produits.

    Et tout le dégagement de GES produits par le personnel, de l’extraction, à la fin du démantèlement, soit biologiquement, soit dans sa vie privée et professionnelle, transport etc…!

    4° »ne suffisent pas pour répondre aux besoins actuels de consommation d’électricité. »
    « Ce n’est plus nucléaire, c’est politique; on pourrait très bien, sous un autre régime bien moins hyper constructeur et hyper-consommateur, plus sobre et possible, diminuer ces rejets.  »

    5°)Alors cette indépendance énergétique obtenue par la production d’électricité grâce au nucléaire a donc deux avantages :
    *l’un de ne pas polluer par l’émission de gaz à effets de serre »

    « J’ai répondu. »

    * »et l’autre de ne pas dépendre d’un état belliqueux aux visées expansionnistes
    Pas toujours le cas!
    Le groupe français extrait notamment de l’uranium au sein des mines d’Arlit au Niger et de Muyunkum et Tortkuduk au Kazakstan (via la co-entreprise Katco dont elle détient 51%, les parts restantes étant détenues par KazAtomProm

    « La dépendance énergétique de pays pas toujours très stables comme le Niger n’est pas à ignorer, et, c’est normal, soucieux de tirer profits d’une manne dont ils veulent trouver le maximum de profits.

    6°) » les boîtes aux lettres, le sujet de la pollution par les gaz à effet de serre ne fait qu’effleurer certains qui ne s’aventurent pas dans ce qui doit leur sembler être un sujet casse-gueule. »

    « La plupart des partis sont favorables au nucléaire car ils sont poussés par des lobbies qui font des profits colossaux sans aune considération humaniste. »

    7°) »Alors, au bout de cet engrenage, il y a moi »

    « Pour me mettre en conformité avec les prescriptions des écologistes, »

    « Ce n’est pas uniquement des écologistes mais aussi des directives politiques qui voient la nécessité de faire entreprendre des travaux bons pour le PIB. Pus de sobriété énergétique, plus d’énergies renouvelables acceptées moins de GES produits. C’est pour cette raison qu’on ne souhaite pas vraiment lutter efficacement contre le réchauffement car quand c’est cassé, il faut réparer!

    « sinon acheter une voiture électrique »

    « C’est vous qui voyez! Les GES produits pour sa fabrication, transport et assemblage des pièces, ses batteries et même son utilisation, sa destruction ne sont pas négligeables. Valable si elle utilise du courant issus des énergies renouvelables »

    *Pourrais-je, devrai-je me passer d’électricité ?
    « Bien sûr que non mais ,comme la viande, l’excès en tout est un défaut, ce n’est plus écologique mais du bon sens biologique tout simplement!

    • L’objet principal de mon article était de dire que, devant l’accumulation d’arguments qui dénoncent la pollution et l’émanation de gaz à effet de serre pour produire de électricité, la solution tenait à des comportements individuels. Il me semble que vous n’avez pas réellement perçu ce message.
      Sur l’indépendance. La France importe depuis la Russie du pétrole, du gaz et du charbon. Vous savez bien sûr que le charbon importé de Russie est utilisé pour alimenter quatre centrales électriques en France. Le gouvernement vient de décider de mettre un terme à cette importation. Par contre, nous continuons à importer du gaz et du pétrole. Ce faisant nous enrichissons un pays qui, avec les armes dont il peut s’équiper grâce à cette richesse, massacre un peuple. D’autre part en ce moment, être dépendant pour la fourniture d’énergie fossile d’un pays qui se livre à de telles horreurs, n’est pas particulièrement glorieux. Vous citez là également la fourniture de produits divers nécessaires à la production d’électricité qui proviennent d’autres pays en guerre. Sur ce sujet je fais hommage à votre grande culture.
      Vous dites que tous les moyens de production d’électricité ont un bilan carbone négatif. Et vous citez le nucléaire. Sans doute, mais il en va de même, selon votre raisonnement, de la construction des éoliennes, des panneaux photovoltaïques, de l’hydrogène qui consomme beaucoup d’électricité, de la construction des barrages hydrauliques etc.
      Alors quelle est la solution ? Nous ne pouvons nous passer d’électricité. Vous démontrez que quel soit son type de production, il y a pollution par gaz à effet de serre. Vous oubliez de dire que les moyens actuels de production d’électricité par l’énergie renouvelable est insuffisante pour répondre aux besoins. Faut-il maintenant, dans ces conditions, fermer les centrales nucléaires ?
      Le GIEC dans son rapport, je le dis, est alarmiste, mais en même temps, il préconise d’adopter des comportements individuels, oui individuels, pour enrayer ce réchauffement climatique.
      Et vous que préconisez-vous ? Je n’ai pas lu vos conseils. Pour ma part, je réponds au GIEC en disant, sans humilité d’ailleurs, ce que, de mon côté, j’ai entrepris pour suivre les conseils du GIEC. Ce faisant, je souligne que la réponse est dans les comportements de chacun.
      Il se trouve que ces discours très pessimistes sur la pollution de notre planète, sont perçus comme décourageants, comme compliqués à comprendre, comme inaudibles. A mon avis, ils atteignent le but opposé à celui recherché. Sinon comment expliquer le faible, très faible, trop faible sans doute, résultat obtenu à l’élection présidentielle par Jadot ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *