Lignes rouges

5
(94)

Dans ma précédente chronique (« Sonner les cloches? ») je m’étais efforcé de comprendre les arguments de celles et ceux qui ne pensent pas comme moi et de présenter des éléments qui pouvaient donner lieu à des consensus ou du moins des rapprochements. Un exercice pas facile. Et je me suis reproché ma mansuétude. Je me dois d’être plus clair et de marquer des lignes rouges à ne pas franchir.

Je suis un scientifique, pas un « politiciste ». Pour moi, la vérité a de la valeur. Aussi je ne peux me rattacher à un courant dont des membres nient la vérité. Prétendre que l’holocauste n’a été qu’un détail est inacceptable, comme dire que Pétain a sauvé les juifs de France. Cela s’apparente aux mensonges de M. Poutine qui affirme vouloir extirper le nazisme de l’Ukraine, alors que les Ukrainiens aspirent à la démocratie et à un mieux être et gardent sans doute en mémoire la famine imposée par Staline qui a tué plusieurs millions d’entre eux.

Je ne me reconnais pas dans la volonté de « bannir le dénigrement de l’histoire nationale ». Ce qui est en cause là est le souci d’objectivité d’historiens qui n’occultent pas les zones d’ombre de notre histoire. Je reviendrai peut-être sur cette question en la liant à notre situation locale.

Je trouve inadmissible le slogan : « M. Macron ou la France ». La France n’appartient pas à l’extrême droite, mais à tous les Français. Plus exactement, ils en ont hérité et devront la transmettre.

En sens inverse, j’ai des reproches à adresser à M. Macron. Il a été plus que maladroit en imposant une réforme des retraites qui révolte ou inquiète. Elle ne correspond même pas à celle qu’il avait envisagée et qui avait le soutien de la CFDT. Trop souvent il a gelé les rattrapages financiers qui s’imposaient pour les enseignants, soignants et plus largement tous les employés de l’État ainsi que la grande masse des retraités. Alors que les rétributions de certains dirigeants d’entreprises atteignent des sommets qui ne peuvent qu’alimenter la révolte de la France d’en bas. Il semble que pour lui et ceux qui l’entourent, seul compte le rapport de force. Donc on peut pressuriser les faibles et celles et ceux qui n’ont guère de moyen de pression ?

Cette démarche est bien autre chose que « l’arrogance » ou le mépris qu’on lui attribue. Il fréquente des gens puissants, chefs d’états ou d’entreprises. Il est donc naturel qu’il prenne de haut certains propos qui n’ont guère de sens. Comme celui qui consiste à dire qu’on va rester dans l’Europe tout en voulant abolir toutes les règles péniblement acquises. Avec quels partenaires Mme Le Pen voudrait-elle s’allier pour atteindre cet objectif ? Le Hongrois V. Orban ?

Qui ne ferait pas de maladresses ou d’erreur de jugement ?

Qui n’aimerait pas réduire des inégalités criantes ou des souffrances ? Mais pour autant faut-il envoyer au pouvoir des incompétents ou des personnes de mauvaise foi ? Faut-il laisser sur la touche nos meilleurs sportifs et présenter aux compétitions les plus médiocres ? Critiquer les élites a ses limites. Montrer son amour des chats ou des bambins n’a été que trop pratiqué par des dictateurs. Les grands sourires racoleurs ne remplacent pas une analyse lucide.

La haine de l’autre, la recherche de boucs émissaires ne constituent pas une politique saine et porteuse d’avenir. L’Histoire l’a montré, hélas.

Paul Itaulog

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 5 / 5. Nombre de note : 94

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

5 commentaires

  • réponse à R : comme disait Talleyrand : tout ce qui est excessif est vain et sans objet

  • La naïveté de vos commentaires ne cesse de m’étonner
    Depuis 2017, M. avait prévu de rejouer le duel avec le RN.
    Il lui suffit maintenant de mendier le front républicain et de racoler la gauche, en criant au loup de l’extrémisme pour gagner à chaque fois
    Evidemment, comme la France est républicaine, vous lui obéissez servilement
    Ce banquier a l’âme vile joue sans risque de perte, il est formé pour. Son rôle est d’entretenir cette dichotomie pour empocher la mise des autres in fine.
    Le plus triste dans l’histoire c’est qu’il méprise avec haine, arrogance et suffisance les français qui ont voté pour lui, forcés et contraints. Il n’a de cesse de leur cracher au visage . Il jouit de leur naiveté.
    Je n’ai pas le choix de voter pour un front républicain, mais je rappelle que M. et son parti ont mis en place l’État d’Urgence exorbitant de droit commun qui a été pérennisé sans réel contrôle.
    Tous, vous avez oublié les attestations (des ausweiss), les amendes, les confinements, la suppression des commerces essentiels, l’interdiction de boire dans les transports, et le pass sanitaire! Ce n’est pas le RN qui a ordonné cela mais un soi-disant républicain !
    J’estime que M est aussi extrémiste que sa rivale sinon pire. Ce qui est choquant est de choisir entre, expression commune, « la peste et le choléra ». Avec dessein, M. a entretenu ce duel et ce chaos, pour mendier et racoler le Front républicain.
    Evidemment personne n’a lu les arrêts du conseil d’État. Celui-ci a systématiquement rappelé à l’ordre M. : il a enfreint les droits et les libertés les plus élémentaires de la constitution.
    Quand on viole la constitution, on s’éloigne de la démocratie. J’insiste sur ces faits essentiels. M. l’a fait et le refera. Il est donc tout aussi dangereux, d’autant plus qu’il a l’indécence d’appeler au front républicain.
    Pour moi M. est aussi dangereux que sa rivale . Le pire c’est qu’il racole une gauche républicaine en les stigmatisant avec haine et en leur crachant au visage.
    Je me résous à choisir une illusion de République. Mais je compte sur les législatives pour réfréner l’extrémisme de M.

    • Pierre-Michel Vidal

      Pourquoi tant de haine et de violence verbale à l’égard d’un président qui n’est pire ni meilleur que ses prédécesseurs ? L’invective remplace l’argumentaire ainsi il n’y a pas de débats. S’il y a des reproches à faire faisons-les mais avec mesure, en tenant compte du contexte. Je suis perplexe devant cette amertume de nombre de mes concitoyens. Ils habitent pourtant dans un des pays les plus riches et les plus égalitaires de la planète.
      Enfin la réponse sans bavure de ce dimanche montre que la France reste le pays de la Raison plutôt que de l’aventure… c’est rassurant quoiqu’en dise la majorité des politiciens.

  • J’aurais aimé dire à celles et ceux qui pensent que l’on a tout essayé sauf l’extrême droite, et l’on a toujours été déçus. « Allons voir ensemble ce qu’ont fait les nationalistes et populistes dans la crise du covid. »
    Mais je ne sais pas si l’on peut trouver des données fiables sur le nombre des morts du covid dans ces pays; le seul que j’ai en tête concerne le Brésil: 670.000 morts à l’actif de la politique de M. Bolsonaro.
    Cela donne-t-il envie d’essayer sa politique? ou celle de M. Trump?

    • Rappel d’un de mes commentaires, commentaire publié le 11 avril 2022 pour répondre à votre commentaire qui est le reflet d’un affligeant constat… :

      Il y a beaucoup de personnes qui votent RN avec le raisonnement simplet suivant (entendu plusieurs fois et ce, même avant 2002…) :

      « On a essayé la droite puis la gauche, on a vu le résultat : pourquoi ne pas essayer le RN ? »

      Consternant et surtout plus que simplet comme raisonnement (…), mais c’est hélas pour certains, une des raisons du choix de voter pour les extrêmes (RN en particulier)…

      Requiem pour ceux qui ne sont pas les supporters d’EM (Consternant pour le second tour des présidentielles : le dirigeant de LFI qui n’appelle pas à voter ouvertement pour EM et certains dirigeants de LR, qui se contentent d’appeler ce jour, à ne pas voter pour MLP…).

      Consternation lorsque le niveau d’abstention risque fort d’être important pour le second tour de l’élection présidentielle 2022…

      LR et PS, des partis politiques qui ont longtemps départagé le destin de la France, et qui à ce jour, sont en voie d’éclatement ou d’implosion sinon de presque disparition du paysage politique au niveau national (?), 2 partis qui ont pourtant de fortes implantations locales : attendons le résultat des prochaines élections législatives…

      Consternation aussi, quand l’amuseur public Jean Lassalle ne donne pas de consigne de vote pour le second tour !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *