Vendredi 29 avril 2022 à Navarrenx : Mise en place des deux premiers « bacs à crue » des Pyrénées sur le gave d’Oloron

5
(135)

Après la mise en place des bacs à marée sur la côte Atlantique, mer du Nord, Nord Bretagne, de Lille, Dunkerque à Saint Jean de Luz en passant par Roscoff, Saint Nazaire, Sables d’Olonne, Soustons… c’est maintenant en Béarn en amont que cela va se passer secondé par une association SCIC Charentaise.

Enfin… pourrions-nous dire !

Qu’est-ce qu’un bac à marée ?

A chaque marée son lot de déchets échoués sur nos rivages.

Les bacs à marée ne sont pas des poubelles. Ils sont des points de collecte de déchets marins ramassés et déposés par les promeneurs-ramasseurs occasionnels pour être des indicateurs de l’état écologique du littoral, ces déchets sont répertoriés et analysés. Une action citoyenne nécessaire, tout le monde est concerné.

Dans le Béarn, chaque tempête entraine une crue soudaine des gaves éventrant d’anciennes décharges, rinçant les chaussées. C’est à cette occasion que toutes les berges se retrouvent envahies d’immondices de toutes sortes des semelles de chaussures aux pneus, des plastiques et tissus terminent leurs courses folles dans les branchages. Il y en a partout comme cela a été rapporté dans un article du 25 mars 2022* sur le gave de Pau :  » Jurançon, pollution du gave de Paubelle : il y en a partout ».

L’association Tervid’hom est née en 2021 reprenant la suite de « Rives vives » très active entre 1993 et 2000.

Samedi 06 mars 2021, la première collecte de l’association réunissait pendant 3h30, 37 bénévoles dont 9 enfants avec un représentant de la Communauté de Communes du Béarn des Gaves, ramassaient 578,83kg de pneus, plastiques, câbles électriques, textiles, ferrailles, zinc… + 3,6m3 (500kg) de carcasse de véhicules : au total un chiffre consternant de plus d’une tonne sur un peu moins de 1km de berge de traitée.

En 2021, c’est 323 bénévoles dont 60 enfants qui ont effectués 56 heures de ramassages 36 heures de tris dans 17 chantiers, ramassés 4 347,83kg (13 357,1 litres) sur 10 608 ml de berges (7 000m2) soit 0,40kg/1,27ml ou 0,61kg/m2, le tout trié en 22 sortes de déchets.

Des contacts ont été noués avec la CCBG, CCHB,CCLO, Rafting 64, syndicat mixte Bil Ta Garbi, Associations APQV du Béarn des Gaves, les Gens du Gave, BioCasau, Le Mégaphone citoyen, Amassart, le centre social et la maison solidaire, Surfrider, les marcheurs cueilleurs de la vallée de l’Ossau et des scientifiques.

En 2022, à l’occasion de sa deuxième année d’existence, 27 chantiers sont programmés.

Depuis le 15 janvier 2022, 10 chantiers de ramassages, dont des groupes scolaires, ont été effectués, à Navarrenx, Ledeuix, Legugnon, Dognen, Jasses, Saucéde, Sauveterre, collectant déjà plus de 1,8 tonne de déchets.

Afin que tous les citoyens-admirateurs des gaves s’impliquent dans la préservation de nos précieux milieux naturels, l’association Tervid’hom ainsi que la Commune de Navarrenx vous convie :

le vendredi 29 avril 2022 à 14H à la sablière de Bérérenx et 15H sur l’île Charron sur la commune de NAVARRENX à l’inauguration et la mise en place des deux premiers « bacs à crue  » du Béarn et des Pyrénées.

A cette occasion, plusieurs intervenants (Patrick LAURENT de l’AAPPMA du Gave d’Oloron ; L’APQV Béarn des Gaves ; Un technicien de rivière, membre du bureau de Tervid’Hom ; Fabrice FAURRE de la SCIC T.É.O. (BAC A MAREE) ; Bruno GRASSL, professeur et chercheur à l’IPREM ; LA PAGAIE SAUVAGE (Observatoire des micros plastiques);  et  d’autres acteurs…) seront présents pour échanger et partager autour de la Vie du Gave d’Oloron (crues, pêche, biodiversité, macros et micros déchets, cycles de l’eau…) et plus précisément sur cette expérimentation scientifique du « BAC A CRUE » qui sera menée sur 6 mois.

Longue vie à cette remarquable initiative qui fera, je l’espère, des petits de l’Atlantique à la Méditerranée.

Et un grand bravo aux organisateurs bénévoles, qui arrivent encore à trouver le temps, la patience, les ressources morales, en ayant les mains dans la m … sans baisser la tête, secondés par leurs enfants et pour dire aussi plus tard à leurs petits enfants, droit dans les yeux, nous l’avons fait.

Toutes mes félicitations à ces infatigables ramasseurs qu’ils soient salariés, entrepreneurs chargés de familles et ces jeunes qui vont prendre le relais…

Espérons que cette initiative soit durable et qu’elle serve d’exemple pour tous les autres gaves Pyrénéens malades de la négligence humaine généralisée.

Il faut dire :  » ça suffit, assez » !

Le constat est effrayant. Il y en a pour des dizaines d’années de nettoyage.

Je pense que certains n’ont pas encore pris conscience de l’ampleur des dégâts.

Un ramasseur adhérent de l’association Tervid’hom

A Pau le 23 avril 2022

Pour info:

Dans notre volonté de logistique adaptée et responsable et pour mieux vous accueillir après l’inauguration avec une collation à la Mairie de NAVARRENX à 16H, nous vous remercions de nous confirmer votre présence par mail (asso-tervidhom@outlook.fr), ou par SMS (06 17 03 10 55), ou sur notre page Facebook (https://facebook.com/Tervidhom-102621532258458/ ).

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 5 / 5. Nombre de note : 135

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

Un commentaire

  • Pour avoir initié cette démarche, en tant qu’enseignant, il y a plus de quarante ans, j’apprécie la rigueur scientifique de cette activité conduite par Tervid’Hom. Elle s’accompagne d’un tri qui permet aux Municipalités d’évacuer correctement ces déchets et permettra au professeur Bruno Grassl de compléter, surtout dans le domaine des plastiques, le travail effectué par la goélette Tara, dans les océans.
    En effet, outre les polluants néfastes déversés dans les cours d’eau, ce sont les débris réduits à leur plus simple expression, nommés nanoparticules, qui présentent une dangerosité peu imaginable.
    Songez que ces particules traversent aisément les parois de toutes nos cellules. Jusqu’où auront-elles la possibilité d’aller se stocker? Récemment, un scientifique avançait qu’en Californie, c’est l’équivalent du poids d’une carte bleue que les citoyens absorbent, annuellement, par inhalation, boisson ou nourriture.

    À quand notre tour?

    Aisé de condamner les responsables …. mais, nous le sommes tous, tant que nous acceptons d’acheter des produits emballés dans du plastique. Voici donc un comportement civique facile à adopter. Il fera vite réfléchir les entreprises consommatrices de plastique, quand se généralisera le non-achat systématique de semblables produits.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *