Rase campagne

4.4
(34)

Si vous avez compris campagne rasoir, c’est que vous allez au-delà de ma pensée. Certes les déclarations officielles sont répétitives. Mais elles ont l’avantage d’économiser le papier (je n’ai rien reçu dans ma boîte à lettres sur les programmes, et vous ?). Et elles ont présenté des nouveautés: la présence d’une femme voilée, certes légèrement, représentant un mouvement religieux, ce qui a dû surprendre celles et ceux qui pensent que la laïcité est une des valeurs fondamentales de notre république, les déclarations chantées de la liste MPR, la présence de listes dont les sigles ne sont pas si usuels : MPR, NUPES, POID (testez vos connaissances ci-dessous) ou dont les intitulés ou les mots d’ordre sont surprenants : les Pirates, les Ecologistes (que l’on situe en général ailleurs), les « ne votez pas pour nous! » Cela change du refrain habituel du genre « tous les autres candidats sont dangereux ».

Cela ne signifie pas que la nuance ou le respect des concurrents soient désormais bien établis. On se dit « patriotes », ou « républicains » , comme si les autres ne l’étaient pas. On disqualifie un secteur de l’opinion qui a une conscience aiguë des enjeux climatiques en les qualifiant « d’Amishs ». Le vocabulaire est galvaudé, les approximations et les anathèmes sont légions, mais on se dit désolé que bien des électeurs se détournent des urnes.

Car le fait marquant de cette campagne est l’abstention de 70% des jeunes, l’indifférence ou le désir de sanction chez beaucoup. C’est aussi la quasi absence dans le débat de questions de fond : les 2.800 milliards d’euros de dettes, la mainmise de grandes firmes internationales, la perspective de pénuries mondiales, le réchauffement climatique, l’accroissement vertigineux d’inégalités… Rappelez-moi combien de millions de citoyens il faut réunir pour obtenir la même somme de richesses que 5 grands détenteurs de capitaux.

Seules les questions de pouvoir d’achat et d’âge de la retraite ont surnagé. Mais pas grand chose a été fait pour que ces questions soient abordées sereinement et avec justice. Chacun peut se rendre compte qu’il n’est pas possible de continuer à retarder l’âge d’entrer dans la vie active et d’avancer l’âge de la retraite. Et qu’il n’est pas juste que la pénibilité et les perspectives de survie en bonne santé ne soient pas prises en compte selon les secteurs d’activité. Enfin, ne faudrait-il pas que des règles souples soient adoptées afin de laisser un minimum de liberté individuelle permettant de choisir en toute clarté entre une retraite complète et une retraite minorée mais plus précoce ?

Un moratoire permettant une réflexion calme et fondée n’aurait pas été inutile. Certes, certains médias, notamment du service public, ont fait leur possible. Mais M. Macron a choisi pendant de longues périodes de rester en retrait et d’escamoter un débat de fond. Certes, on ne saurait lui reprocher de se consacrer avec lucidité et détermination à des problèmes internationaux ô combien douloureux. Mais il aurait pu demander à décaler sa place au sein de l’Europe en raison des échéances électorales en France.

A la place de débats de fond en ce printemps, le pays risque d’avoir un automne chaud, très chaud.

Paul Itaulog

MPR Mouvement Pour la Ruralité

NUPES Nouvelle Union Populaire, Ecologique et Sociale

POID Parti Ouvrier Indépendant et Démocratique

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 4.4 / 5. Nombre de note : 34

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

2 commentaires

  • Pierre-Michel Vidal

    « Chacun peut se rendre compte qu’il n’est pas possible de continuer à retarder l’âge d’entrer dans la vie active et d’avancer l’âge de la retraite ». Et bien non! Les progrès des sciences et des techniques permettent des avancées nouvelles et par conséquent réduisent le « stock » disponible d’emplois -ce qui a toujours été le cas dans l’histoire de l’humanité. Le maintien des gens âgés coute cher aux entreprises et nuit à leur efficacité. Il entretient tout un secteur de la population dans une situation d’assistés dont elle s’accommode trop bien avec des conséquences sociales graves. C’est à cela qu’il faut s’attaquer en priorité. L’âge de la retraite n’est qu’une marotte politicienne de la droite et Macron paie cher le fait d’y avoir cédé.

  • Michel LACANETTE.

    Mais il aurait pu demander à décaler sa place au sein de l’Europe en raison des échéances électorales en France.

    Bien sûr, ce qu’ont fait tous les autres pays dans la même situation. Mais cela confirme que Emmanuel Macron n’ a pas changé d’ un iota, il est toujours dans sa vision du  » en même temps ». Il est homme capable à avoir deux fers au feu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *