La grande illusion du 6 juillet 2022.

3.6
(67)

Nous avons entendu, en bien  plus précis, le discours d’E. Macron lors de sa déclaration pour être élu Président de la République. L’art du compromis n’est pas envisagé malgré les dires. Tout ce que Macron a prévu doit se réaliser, sans concession, sans discussion visant à accepter des propositions trop divergentes des orientations prévues. C’est à prendre ou à laisser. Y a-t-il une majorité pour le laisser ?

Tout ce qui a avait été promis et n’a jamais été réalisé y figurait ; des promesses, des promesses, encore des promesses ! On a déjà entendu cela de nombreuses fois. Aucune raison de le croire une nouvelle fois d’autant plus qu’Elisabeth Borne ne nous a pas promis des jours heureux ! Politique néolibérale jusqu’au bout des ongles pour les réformes : baisse des impôts, suppression de la redevance audiovisuelle, ce qui revient à une privatisation, retraite, durée du travail ( travailler plus pour gagner moins telle est la devise pour faire des économies), programme irréalisable pour le nucléaire…Plein de promesses trompent l’oeil pour des objectifs fixés aux calendes grecques, promesses toujours ridicules pour lutter contre le réchauffement  repoussées à l’automne quand l’important à leurs yeux aura été voté.


 La renationalisation d’EDF a été annoncée par la Première ministre lors de son discours de politique générale devant le Parlement mercredi 6 juillet. Les finances de l’électricien sont dans le rouge vif et 27 réacteurs sur 56 sont actuellement à l’arrêt, dont 12 pour des problèmes de corrosion. 18 autres sont menacés d’un arrêt si une sécheresse, fort probable, devait survenir cet été.

Cette nouvelle n’a pas forcément été bien accueilli par les syndicats. « Les problèmes d’EDF sont avant tout la sous-capitalisation et la sous-rémunération. » Ce n’est pas parce qu’on renationalise qu’on renforce la structure en fonds propres d’EDF, cela ne résout pas son problème financier structurel « , a ainsi affirmé Alexandre Grillat, de la Fédération CFE Energies, à la suite de l’annonce :

Combien coûterait à l’Etat le renationalisation d’EDF ?

L’Etat détient déjà 84% du capital de l’entreprise, rappelons-le. Par conséquent, selon Europe 1, sa nationalisation complète ne lui coûterait qu’entre cinq et six milliards d’euros. La somme précise dépendra de la prime accordée aux actionnaires minoritaires. En revanche, EDF connait actuellement des difficultés économiques et s’est beaucoup endettée. A moyen terme, l’Etat devrait donc beaucoup investir dans l’entreprise. D’autant que l’utopique et illusoire projet du gouvernement de construire six centrales EPR dans les prochaines années est estimé à 60 milliards d’euros par Agnès Pannier-Runacher.

L’Europe sera-t-elle d’accord ?

Des discussions vont s’ouvrir avec la Commission européenne qui est intransigeante sur le respect des règles de concurrence et la régulation du nucléaire. Le projet Hercule, abandonné, pourrait être remis sur le tapis. Il prévoyait de séparer les activités de production et de vente d’électricité au sein d’EDF : EDF bleu 100 % public pour les activités nucléaires, EDF vert pour le réseau de distribution Enedis et EDF azur pour l’hydroélectricité.

EDF : la nationalisation à 100% va-t-elle faire baisser le prix

https://www.ladepeche.fr › … › Vie pratique – conso  

Cette nationalisation est une question de survie pour EDF. L’entreprise est très endettée, à hauteur de 65 milliards d’euros à la fin de cette année 2022, et avec des investissements colossaux en vue. Dans ces conditions, aucun investisseur privé n’accepterait de recapitaliser l’entreprise. Selon Nicolas Goldberg, spécialiste Énergie pour Colombus Consulting, la renationalisation d’EDF était inévitable, « au vu des pertes qui vont être enregistrées cette année en raison de la faible production nucléaire, mais aussi en raison du bouclier tarifaire – qui est une décision politique ».


Si la nationalisation peut avoir la vertu de protéger les clients français d’EDF, ce sont eux également, comme contribuables cette fois, qui sauveront les comptes du géant de l’énergie, et financeront l’avenir de l’énergie électrique en France. 


Nationalisation d’EDF : pourquoi faire ?

https://www.tf1info.fr › Économie

« Une personne qui ne voit pas ses propres erreurs ne changera jamais »

Brahim Benaghimi

signé Georges Vallet

Crédits photos:
Citations et proverbes – Le ParisienCitation Brahim Benaghmi erreurs : Une personne qui ne voit pas ses propres erreurs ne…

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 3.6 / 5. Nombre de note : 67

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

8 commentaires

  • « promesses toujours ridicules pour lutter contre le réchauffement repoussées à l’automne quand l’important à leurs yeux aura été voté. »

    Des morts par la canicule, feux de forêts, sécheresse, fonte des glaciers, recrudescence du Covid, contamination même vacciné..les moustiques de plus en plus agressifs car il n’y a plus d’oiseaux ni de chauves-souris:tout cela le gouvernement Macron s’en moque ou tout au moins repousse à plus tard les mesures indispensables pour prévoir, et organiser les mesures de protection ; l’économie avant tout, on va augmenter le pouvoir d’achat car il faut que les gens aillent en vacances, roulent, dépensent, achètent des climatiseurs. Peu importe les algues vertes, il faut bien que les agriculteurs vivent;
    Un rapport confirme le lien entre nitrites dans les charcuteries et cancer, tant pis il faut bien que les charcutiers vivent; et puis il y a des hôpitaux pour les soigner!
    Les enseignants attrapent le Covid et le transmettent; ce n’est pas grave, les vacances sont là, on n‘a plus besoin d’eux!

    • Ajoutons à votre énumération que jamais le nombre de demandes de construction de piscines individuelles n’avait été aussi élevé. Il y a là la démonstration de l’individualisme forcené de nos concitoyens.

  • la réforme des Régions initiée par F Hollande a été menée sans concertation ni avis de la population. Les médias devraient se pencher sur le coût et l’efficacité de cette réforme. Mais motus, la presse a d’autres chats à fouetter.

  • Le Discours sur le Méthode, c’est bien. Mais que pensez-vous du chantier de la place de la Monnaie, à Pau, parti pour abattre des arbres et en replanter de nouveaux qui feront un peu d’ombre dans 20 ans ?

    • Faut pas pousser notre Maire dans la… garbure ou la soupe d’orties ! 😉 😉 😉

      Le bons sens et la méthode que n’apprécie pas le collectif des riverains de la place de la Monnaie et la Sepanso 64 (association de défense de l’environnement déboutée récemment par le tribunal administraif de Pau, suite au référé déposé…), ne semble pas être le fort du maire de Pau…

      De plus, après tout et… de plus :

      1) tout le monde, n’a pas naturellement cette capacité…

      2) l’élaboration de cette méthode n’est pas liée étroitement à la vie du « Grand timonier » de Pau…

      C’est Descartes qui en aurait avalé un béret… béarnais !, devant ce que beaucoup de riverains de cette place, constatent, et ce, outre d’avoir déploré une absence de concertation préalable à ce projet d’aménagement (Nota : presque sinon un simulacre de concertation !) : l’abattage des 11 maronniers pour remplacer ces arbres, équivaut pour les proches riverains, à devoir observer avec moins d’ombre « pendant 20 ans« , une forme de minéralisation de cette place…
      Aboutir à un accord consensuel sur ce dossier, aurait pu être à la portée de toutes les parties, sauf de… 😉 😉 😉

      Faudrait pas faire de… l’ombre à qui vous savez !

      Dans la cas que vous évoquez, « Le bon sens n’est pas forcément la chose la mieux partagée… 😉 😉 😉

  • Pour écouter Claude Malhuret c’est mieux par youtube ça plante par daily, effectivement beaucoup d’humour… mais tellement réaliste.
    https://www.youtube.com/watch?v=NcFma947z1A

  • @ Georges Vallet : je suis déçu car j’attends toujours vos articles en bande dessinée afin que je puisse en comprendre le contenu : Des difficultés ? 😉 😉 😉

    Trêve de sérieux : je ne puis m’empêcher de vous signaler l’intervention toute en ironie (comme il le fait régulièrement), du Sénateur Claude Malhuret (Sénateur centriste groupe « Agir », Sénateur de l’Allier), intervention effectuée peu après le discours de politique générale de notre Première ministre Élisabeth Borne, au Sénat où elle a été beaucoup moins chahutée qu’à l’Assemblée nationale en cette journée du 6 juillet 2022… 😉 😉 😉

    Tout le monde en prends pour son grade, même les médias = à visionner sans modération !!! = choisir « Continuer sans accepter » (en haut à droite de l’écran), même si le discours est entrecoupé d’une p’tite pub.

    Source : Public Sénat (via Dailymotion).
    URL : https://www.dailymotion.com/fr/topic/x8c9h

    « Entre nous » : rien que pour bien commencer la journée, j’ai visionné 2 fois, l’intervention de Claude Malhuret, de l’humour comme… j’aime ! 😉 😉

    • J’ai écouté et il me paraît tellement caricatural. Il faut surtout se placer dans la tête des gens confrontés aux fins de mois, qui sont de plus en plus nombreux, inquiets des allures que prend le climat et qui entendent comment un ministre des finances fait des lois pour protéger des entreprises étrangères ! Or, dans ce discours, LREM fait partie de la raison. Je crains que nous soyons à un carrefour et il ne faut pas se tromper de direction. Où sont les voyous ? Cela ne semble pas si clair ! La vérité, pour moi, est que le pouvoir doit se réinventer.
      On peut regarder, plus haut, l’article sur l’Elan Béarnais… Même problème ! Je trouve ces messieurs bien péremptoires.
      Y aurait il quelques solutions dans les démocraties du Nord ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *