« être heureux » ?

4.4
(61)

  « Nous, tout ce qu’on veut c’est être heureux

 être heureux avant qu’d’être vieux»

Daniel Balavoine et son soutien sur le site déclarent vouloir être heureux ; on les comprend ; cependant   les exemples cités dans les textes ne correspondent pas du tout à cette notion de bonheur.  

En  fait, ce qu’ils nous vendent c’est la recherche du plaisir instantané, ce qui est bien différent.

« Et ce qui nous importe c’est de savoir si les fêtes Bayonne, de Dax ou de Mont-de-Marsan auront toujours ce grain de folie ; ce côté borderline qu’elles avaient avant… (… le covid). Si aux fêtes de mon village on se retrouvera comme avant pour jouer au « croque’vache ». S’il y aura de la castagne après le bal et si on pourra emballer la jolie Magali. Se laissera-t-elle aller pour un baiser sur la bouche ? (Comme avant le covid ?) Et les frais matins, le visage rouge de tant d’excitations, y aura-t-il ces œufs au jambon sur la place communale, ou, comme dans les villages landais, ces tripes « aux pompiers » ou à la mairie après la nuit blanche au rythme des fanfares ? Va-t-on perdre ces traditions qui font le sel de notre terre ? 


Le plaisir est quelque chose que l’on ressent immédiatement et sur le court terme. C’est un comportement individualiste très actuel. Il est souvent lié à un bien matériel ou à une interaction et répond à un besoin ou à un désir. Acheter un objet que l’on souhaite posséder, manger une glace ou recevoir un massage de quelqu’un… Tout cela libère de la dopamine, un neurotransmetteur, dans nos synapses et nous procure du plaisir sur une courte durée. L’abus de la recherche du plaisir, donc l’excès de dopamine, intervient dans les schizophrénie et dans les processus de dépendance à la consommation maladive et aux drogues.

 Etre heureux est au contraire un état durable de bien-être, de plénitude et de satisfaction, agréable et équilibré de l’esprit et du corps. On le construit sur le long terme.

L’hormone qui rend heureux est la sérotonine. Sur l’arrière du mésencéphale se trouve la glande pinéale qui sécrète le tryptophane. Or, la sérotonine est produite par notre cerveau à partir du tryptophane, un acide aminé.

En résumé, le plaisir est une  impression de bien-être qui ne dure qu’un instant, une source de compétition, de conflits, de violence…., tandis que l’individu heureux est en paix avec lui-même et les autres.

Pour une autre vie sociétale, apaisée cette fois, le bonheur devrait être le but de chacun et non la consommation effrénée du plaisir qui nous tue.

  « J’ai décidé d’être heureux car c’est bon pour la santé » Voltaire.

signé Georges Vallet

Crédits photos :
La Super FormeDopamine contre Sérotonine : pourquoi le plaisir est l’ennemi du bonheur ? – La Super Form

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 4.4 / 5. Nombre de note : 61

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

2 commentaires

  • « Quand je pense à tous les livres qu’il me reste à lire, j’ai la certitude d’être encore heureux » 😉 😉 😉
    (Jules Renard : 1864 – 1910)

  • « Il faut rire avant d’être heureux, de peur de mourir sans avoir ri » 😉 😉 😉

    (Citation de Jean de La Bruyère : 1645 – 1696 / « Les Caractères » ou « Les Mœurs de ce siècle », œuvre publiée pour la première fois en 1688 à Paris)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *