L’Ukraine, l’OTAN et l’UE

4.5
(132)

1- Pourquoi l’Ukraine veut-elle intégrer l’OTAN et l’Union Européenne ?

Anastasia Hatsenko

Tout simplement parce que la Russie et nous ne formons pas un seul et même peuple et que l’Ukraine appartient à la civilisation occidentale.

Par sa civilisation, en effet, c’est à dire par ses pratiques religieuses, son attitude envers la nature et l’environnement, par le statut des femmes dans sa société, l’Ukraine n’est pas un pays asiatique. Elle est clairement un pays européen et occidental. S’ajoute, signe certain d’attachement à la démocratie de type européen, que la participation à la vie publique est beaucoup plus active en Ukraine qu’en Russie où le gros de la population est relativement passif dans la gestion de la chose publique. La volonté de participation politique est un bon indicateur de la différence entre Ukrainiens et Russes, tel qu’ont pu le constater des universitaires, philologues et sociologues ukrainiens qui se sont penchés sur le comportement des deux peuples. Nous pouvions d’ailleurs le réaliser nous-mêmes quand, avant la guerre, il était possible de voyager d’un pays à l’autre.

Ceci, sans mépris pour les Russes qui n’ont pas la chance d’avoir le régime politique que mérite un peuple civilisé. Or, les organisations internationales des pays occidentaux, qu’il s’agisse de l’OTAN, organisme militaire défensif, et surtout de l’Union Européenne fondée sur la souveraineté populaire émanant d’élections libres, sont démocratiques et donc participatives. Comparez l’OTAN à l’ancien Pacte de Varsovie de l’URSS dissout en juillet 1991. Ce dernier était strictement hiérarchisé sous l’autorité de Moscou. Dans l’OTAN, certes, les États-Unis exercent le leadership du fait de leur poids industriel et démographique, mais les décisions sont prises collectivement et les pays européens peuvent contrebalancer la puissance américaine. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle l’Ukraine n’est pas encore membre de l’OTAN puisque – erreur fatale – deux pays européens, l’Allemagne et la France, s’étaient opposées à son adhésion ainsi qu’à celle de la Géorgie contre la volonté des États-Unis lors du sommet de Bucarest en 2008. C‘est aussi en raison du droit de veto de chacun des États-membres que la Finlande et la Suède ont failli ne pas pouvoir adhérer à l’OTAN en raison d’objections de la Turquie qui n’avaient du reste rien à voir avec les missions et objectifs de l’OTAN.

Des organismes respectueux de la liberté des États

L’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord ou Alliance euro-atlantique comme on l’appelle aussi, compte vingt-huit pays européens et deux pays nord-américains, le Canada et les États-Unis, rassemblés dans un système de défense collective, de missions et d’objectifs communs (civils et militaires) et d’adaptation des armées aux normes communes. En outre, l’OTAN comme l’Union Européenne qui compte vingt-sept États membres, sont basés sur des valeurs communes de respect des libertés individuelles et collectives et de protection des citoyens contre l’arbitraire d’État et contre le terrorisme d’État. Dans l’Union Européenne comme dans l’OTAN, chaque adhérent peut s’opposer pareillement à l’adhésion d’un nouveau membre. Ce droit de veto est assorti du droit de quitter l’UE comme l’a fait la Grande-Bretagne tout en restant membre de l’OTAN. Le droit de quitter l’OTAN existe de même.

Comparez l’Union Européenne à l’Union Eurasienne d’obédience russe. Dans l’UE, tous les États sont souverains et égaux indépendamment de leur poids économique et démographique. Chacun peut nouer des liens commerciaux ou culturels avec d’autres puissances de la planète, encore que des tendances à une intégration plus poussée dans l’UE, notamment dans la zone euro, se manifestent de plus en plus pour des raisons économiques, sanitaires et stratégiques. Ce renforcement de l’intégration des États membres de l’UE a progressé au cours des derniers mois suite à la guerre de Poutine contre l’Ukraine. Les pays d’Europe ont compris qu’il est de leur intérêt de s’unir davantage contre l’adversaire commun, la Russie, qui veut attenter à leur autodétermination et indépendance. Néanmoins, les pays membres de l’UE restent souverains dans de nombreux domaines, ce qui n’est pas le cas dans l’Union Eurasienne régentée par le Kremlin. L’Union Eurasienne ne ressemble que trop à la communauté économique du Bloc soviétique appelée Comecon, dissoute, quant à elle, fin juin 1991.

Les adhésions à l’OTAN

La majorité des anciens pays satellites de l’URSS captifs au 20ème siècle de ces deux institutions soviétiques, Pacte de Varsovie et Comecon, ont pu au 21ème siècle intégrer l’OTAN et l’Union Européenne. Après la réunification allemande en octobre 1990, le territoire de l’ex-Allemagne de l’Est était devenu partie intégrante de l’Alliance. Après l’effondrement de l’URSS en 1991, sous l’effet de ses contradictions, de ses déficits et carences internes la République tchèque, la Hongrie et la Pologne sont devenues membres de l’OTAN en 1999, puis ce fut le tour de la Bulgarie, Estonie, Lettonie, Lituanie, Roumanie, Slovaquie et Slovénie 1 en 2004 et enfin de l’Albanie et de la Croatie en 2009. La Moldavie dont la neutralité est inscrite dans sa constitution cherche à se rapprocher de l’OTAN. Faute d’oser accueillir l’Ukraine et la Géorgie les pays de l’OTAN avaient convenu au sommet de Madrid en 1997 d’ouvrir un «  dialogue intensifié » avec celles-ci, sort de partenariat avancé sur la voie de l’adhésion. Il a été mis en œuvre pour la première fois en avril 2005 lors d’une réunion informelle des ministres des Affaires étrangères à Vilnius en réponse aux aspirations ukrainiennes à l’adhésion et aux réformes connexes menées par le président Viktor Ioutchenko. En septembre 2006, la Géorgie s’est vue offrir à son tour ce statut sous le président Mikhaïl Saacachvili. Le Monténégro, la Bosnie-Herzégovine et la Serbie ont également reçu un statut similaire lors du sommet d’avril 2008 à Bucarest. 2

Mais pourquoi l’Ukraine pays le plus vaste d’Europe hors Russie, pays le plus peuplé d’Europe centrale et puissance industrielle et agricole avérée, n’a-t-elle pas eu le droit d’adhérer ? Pourquoi fait-elle exception ? Parce que la propagande et les menaces russes ont fait pression sur les Occidentaux en essayant notamment de prouver que les Ukrainiens et les Russes sont un seul et même peuple et que l’Ukraine, selon Moscou, n’est pas conçue pour devenir membre de l’Union Européenne et de l’OTAN. La guerre actuelle montre que la Russie ne se contenterait pas d’un statut de neutralité pour l’Ukraine, mais qu’elle veut l’intégrer dans ses propres frontières. Il en va de même de la Moldavie et de la Géorgie. A la limite, les États baltes sont également visés. Le discours russe est depuis plus d’une dizaine d’années assorti de menaces et d’actions militaires que diffuse la propagande russe portée par des médias en langue étrangère. Ces médias, RT, Spoutnik, dépendent directement du Kremlin. S’ajoutent à eux de nombreux influenceurs rémunérés ou aidés dans les pays occidentaux.

L’argumentation du Kremlin est relayée dans ces pays par des partis extrémistes de droite et de gauche, Les Insoumis et le Rassemblement national en France, l’AfD en Allemagne. Elle a contaminé ainsi de nombreux milieux en Europe occidentale, en particulier parmi les intellectuels, y compris chez les étudiants qui ne connaissent pas l’histoire de la Russie soviétique et ne savent pas quelles pressions dévastatrices et parfois meurtrières elle a exercées depuis 1917 sur l’Europe centrale et orientale ainsi que sur des États d’Asie centrale.

(à suivre)

Par Anastasiia Hatsenko

(Anasasiia Hatsenko est spécialiste des questions euro-atlantiques. Elle est membre du cercle de recherche européen « Ad Astra » à Kyiv)

1 -La Slovénie n’était pas un pays satellite de l’URSS.

2- Les deux premiers ont entamé un « plan d’action pour l’adhésion », l’offre de la Serbie a été présentée pour garantir la possibilité de futurs liens avec l’Alliance de ce pays traditionnellement proche de la Russie.

3- Les Ukrainiens refusent d’écrire Kiev comme les Russes.

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 4.5 / 5. Nombre de note : 132

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

10 commentaires

  • Je pense que Monsieur Contrucci est victime de la propagande russe qui consiste à nous terroriser pour nous paralyser. Il faut cesser d’avoir peur ou de nous faire peur.
    Rassurez-vous Monsieur Contrucci, la Russie de Poutine n’est pas aussi puissante que vous le pensez et Poutine accumule les erreurs. Il n’a vraiment pas le niveau intellectuel requis pour son poste. Poutine n’est pas aussi « intelligent » que le prétendent ses influenceurs.
    Naturellement, ce sublime pont, bien décrit par « Pécé », doit être détruit. L’Ukraine a récupéré l’Ile au serpent et ce serait une nouvelle victoire stratégique et politique pour l’accès du pays à la Mer noire. Il peut être détruit par une bombe ou un missile ou par des nageurs de combat posant une charge.
    Les Ukrainiens ont bien détruit deux très importants navires de guerre russes et cela n’a pas eu de conséquences particulières malgré les menaces des aboyeurs poutiniens qui criaient à la guerre totale.
    Les conséquences de la destruction du pont seraient nulles, en tout cas pas pires que ce que subit jusqu’à présent l’Ukraine. Hormis l’emploi de l’arme nucléaire (et la CIA très bien renseignée par une source proche du pouvoir à Moscou estime depuis la mi-avril que cette fixation nucléaire du forcené Poutine est bloquée par son entourage), la Russie donne actuellement son maximum dans cette guerre. Une escalade est donc exclue.
    Je ne suis pas du tout d’accord non plus avec Monsieur Vidal. Que de pessimisme, que de défaitisme ! Bien entendu, l’Ukraine peut gagner cette guerre et elle la gagnera parce que l’Europe et les Etats-Unis ont enfin compris ce qui était en jeu, c’est à dire à plus ou moins long terme leur propre existence. L’Union soviétique avait bien dû se retirer d’Afghanistan et d’Europe de l’Est en 1989-94. (oui 94 quand les derniers blindés soviétiques ont quitté la RDA)
    Xi Jinping a montré qu’il ne s’identifie pas totalement à la méthode Poutine. Il est chinois avant tout. Erdogan et le Mollah Raïssi sont assis sur des sièges éjectables. Je ne pense pas que, si Bolsonaro ou Lula vont embrasser l’ours russe, celalui sera d’une grande utilité.
    Quant à l’Afrique où se promène actuellement le triste sire Lavrov, sous la protection du Groupe Wagner sans doute, nous souhaitons bien du plaisir aux Russes (et aux Chinois) sur ce continent avec les pandémies et catastrophes climatiques qui se profilent.
    Cyprien Cazamayou

    • @ Cyprien Cazamayou :

      / « Je pense que Monsieur Contrucci est victime de la propagande russe qui consiste à nous terroriser pour nous paralyser. Il faut cesser d’avoir peur ou de nous faire peur.
      Rassurez-vous Monsieur Contrucci, la Russie de Poutine n’est pas aussi puissante que vous le pensez et Poutine accumule les erreurs.
       »

      Rassurez-vous Monsieur Cazamayou, je.ne suis pas victime de la propagande russe et même chinoise…

      Rappel (extrait de mon commentaire du 17 juillet 2022, à la suite de l’article « Anniversaire du massacre de la place Tian’anmen, 4 juin 2022 » : par Pécé, publié le 13 juillet 2022 :
      URL : https://alternatives-pyrenees.com/2022/07/13/anniversaire-du-massacre-de-la-place-tiananmen-4-juin-2022/#comment-21473

      commentaire, d’où j’en extrait ce qui suit :

      Chine et Russie : le mensonge et la manipulation est depuis longtemps une réalité dans ces pays et… quelques autres (Je n’ose évoquer ici, entre autres pays, le régime nord-coréen…).

      Ces 2 pays (Chine et Russie) ont depuis longtemps, une triste et solide réputation en matière de manipulation et de désinformation !

      Russie : désinformation + mensonges et outrances sur le conflit actuel en Ukraine…
      Il y a même en France, des comptes français qui relaient la propagande du Kremlin (Diabolisation de l’Ukraine et glorification du dictateur corrompu de la Russie…).

      La fabrique du mensonge a toujours été une réalité dans les dictatures mais parfois aussi, dans les pays dits « démocratiques », et ce, tout au long de l’histoire…

      Les campagnes de désinformation de ce genre de pays (Mode de gouvernance politique des dictatures) sont permanentes : leurs objections bien évidemment contestables et… contestées, étant de créer de la confusion, en utilisant entre autres moyens, leurs réseaux sociaux…

      Mensonges, outrances et parfois silences (…) sur l’histoire, ont TOUJOURS été une réalité en politique internationale ou non… 😉 😉 😉

      Le monde est violent et nous ne vivons pas dans un monde de « Bisounours » ! 😉 😉 😉

      Par ailleurs et m’intéressant à la géopolitique depuis des décennies, outre la lecture sur les sinistres conflits et les dictatures au 20éme siècle, il y a longtemps que je me suis aussi intéressé au régime dictatorial et mafieux de Poutine : « j’ai du biscuit » sur le sujet… dont et entre autres beaucoup de livres (et au-delà des documentaires diffusés à la télévision et radio…), la première édition du livre « Dans la tête de Poutine » (Livre réédité depuis le début du conflit Ukraine/ Russie avec une 2ème édition) :
      URL : https://livre.fnac.com/a9601573/Michel-Eltchaninoff-Dans-la-tete-de-Vladimir-Poutine

      Pour être parti au siècle dernier, en déplacements professionnels en Afrique, je ne m’étendrai pas ici sur… la Chinafrique et le jeu auquel se livrent entre autres pays, la Russie et l’Inde…

      Je n’ai absolument pas peur ET n’essaie pas de faire peur, PAR CONTRE…, je pense qu’il est préférable d’éviter ou de se méprendre sur le contenu de commentaires et en tirer… de trop hâtives conclusions ! 😉 😉 😉

  • Le jour où le pont de Crimée dit Pont Poutine sera détruit par les ukrainiens, ça sera un grand jour, un très GRAND JOUR, signant probablement le début de la fin de la guerre, et une gifle remarquable au maître du Kremlin. Le monde dira bravo…
    En effet ce pont long de 18km est le cordon ombilical militaire et économique de la Russie des troupes russes au sud de l’Ukraine.
    Ce pont inauguré le 15 mai 2018 pour la partie routière et le 23 décembre 2019 pour le ferroviaire, a, en raison de sa hauteur limitée de 33 mètres de tirant d’air, réduit les exportations de céréales et sidérurgiques ukrainiennes des ports de Berdiansk et Marioupol. Ainsi les types de navires Panamax ne pouvant plus passer, les exportations ukrainiennes ont diminués de presque 30%, débutant une asphyxie économique.
    J’attends ce jour avec impatience…

    • Oh là, Monsieur « Encore plus »… et « Va-t-en-guerre » ?!?

      Pensez-vous aux conséquences d’une telle action (?!?) et ce, malgré l’article « Le porte-parole du Pentagone refuse d’ « exclure » une attaque ukrainienne contre le pont de Crimée en Russie »
      Source : World Socialist Web Site (WSWS) : par André Damon, publié le 11 juillet 2022 (article paru en anglais le 9 juillet 2022)
      URL : https://www.wsws.org/fr/articles/2022/07/11/pent-j11.html

      Rappel : début de la construction en février 2016 et inauguré le 15 mai 2018 par… Vladimir Poutine.

      Symbole de l’annexion de la péninsule Ukrainienne ET même si la construction de ce pont reste illégale au regard du droit international, sa destruction peut avoir et aura certainement des conséquences désastreuses pour la suite de ce conflit = risque d’engrenage sans fin de plus en plus violent…

      Gare aux représailles de la Russie… : il y a eu déjà trop de bombardements sur l’Ukraine avec et surtout, leurs conséquences en pertes civiles !!!

      Avant la destruction de ce pont, ne faut-il pas réfléchir… un peu et aussi anticiper les conséquences économiques encore plus importantes qu’elles ne le sont actuellement, ainsi que les conséquences politiques et les pertes civiles et militaires déjà trop importantes pour… l’Ukraine ?!?

      • Poutine la petite frappe, ne connaît que les rapports de force. Angela a bien essayé d’adoucir les mœurs de son ami Vladimir, mais voilà le résultat.
        Anna Politkovskaïa écrivait sur Poutine : « Poutine n’aime pas les êtres humains. Il nous considère comme un simple moyen », comme staline. Pour rappel Anna a été assassinée le 7 octobre 2006 l’anniversaire de Poutine.
        https://www.lemonde.fr/international/article/2022/05/08/poutine-n-aime-pas-les-etres-humains-ce-qu-anna-politkovskaia-ecrivait-en-2004_6125248_3210.html

        La destruction de ce pont n’aura aucune surenchère. C’est un pont comme un autre. Mais au moins ça ralentira le transport d’armement qui alimente l’armée russe stationnée au sud de l’Ukraine.
        Au point où en sont les destructions, une de plus ou une de moins quelle différence !

        • Préalable : commentaire écrit, juste après avoir revu l’excellent film d’Henri-Georges Clouzot « Le Corbeau » (1943)… 😉 😉 😉

          1) / « La destruction de ce pont n’aura aucune surenchère. C’est un pont comme un autre. »
          Beaucoup de personnes civiles et militaires Ukrainiens, souhaiteraient certainement, qu’il n’y ait pas de surenchère, mais… humble avis, je pense qu’il risque fort d’en être autrement et que les conséquences de la destruction de ce pont, soient d’une ampleur dramatique pour la suite de ce sinistre conflit…

          2) / « Au point où en sont les destructions, une de plus ou une de moins, quelle différence ! »
          Vous auriez pu oser rajouter ce qui suit :

          « Au point où en est le nombre de victimes de cette guerre, une de plus ou une de moins, quelle différence ! »

          Ce complément de commentaire, m’aurait paru plus complet et donc plus logique… : insensibilité à la douleur des victimes collatérales ?!?

  • Une des sources d’informations sur le conflit en cours Ukraine / Russie et sous toutes réserves… :

    [Ukraine/ Russie]
    Pénuries de munitions, contre-offensives, Donbass : LE PLUS DUR EST À VENIR

    Source : Xavier Tytelman (Directeur conseil aéronautique) via YouTube

    « Un point exhaustif, beaucoup d’informations pertinentes »

    URL : https://youtu.be/HjUEE59fk1U

  • Pour info bonne lecture no comment :
    Russie: des saboteurs de trains tentent d’empêcher le transfert de matériel militaire vers l’Ukraine
    https://fr.news.yahoo.com/russie-saboteurs-trains-tentent-d-134120121.html

    En Lituanie, la gare de Vilnius met les passagers russes face aux horreurs de la guerre : https://www.europe1.fr/international/en-lituanie-la-gare-de-vilnius-met-les-vacanciers-russes-face-aux-horreurs-de-la-guerre-4120493

    La Lituanie impose davantage de restrictions de circulation à Kaliningrad malgré les doutes : https://www.railfreight.com/policy/2022/07/11/lithuania-imposes-more-traffic-restrictions-on-kaliningrad-despite-second-thoughts/

    Le Kazakhstan propose l’interdiction de marchandises sanctionnées à la Russie et à la Bièlorussie :
    https://www.railfreight.com/beltandroad/2022/07/08/kazakhstan-proposes-ban-of-sanctioned-goods-to-russia-and-belarus/

  • Pierre-Michel Vidal

    Il me semble en effet que sans un engagement plus soutenu des européens et des Etats Unis, l’Ukraine ait peu de chance de gagner la guerre et de quitter le giron russe. La détermination des russes, leurs moyens militaires et leurs alliances avec des pays comme la Chine, le Brésil ou l’Inde, leurs donnent un avantage indiscutable. La fable d’une victoire ukrainienne s’envole chaque jour un peu plus. La limite de la guerre par correspondance est patente et le réalisme poutinien triomphe. Il ne s’arrêtera pas là et ses alliés chinois non plus. L’expansionnisme est dans l’ADN de ces pays post-staliniens qui ont leurs féaux en France comme il est bien dit dans cet article. J’ajouterai: pas toujours où on croit (cf. L’institut Confucius palois). Tout cela devrait être notre sujet de préoccupation essentiel. Hélas!!!

  • Mettre en avant, en premier, « les pratiques religieuses » comme point commun avec l’Europe, et non pas la laïcité, est plutôt genant pour un citoyen français républicain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *