30 Instituts confucius britanniques sur la sellette. et Pau ?

4.8
(147)

Selon Le Figaro de ce lundi matin : « l’ex-ministre britannique des Finances, candidat à la succession de Boris Johnson, a notamment promis de fermer les 30 instituts Confucius implantés au Royaume-Uni, financés par la Chine. Rishi Sunak, candidat pour succéder au Premier ministre Boris Johnson, a livré dimanche une lourde charge contre la Chine, qu’il décrit comme «la plus grande menace à long terme» du Royaume-Uni. Accusant la Chine de «voler nos technologies et d’infiltrer nos universités».

Dans un communiqué, il estime que les Chinois «soutiennent l’invasion fasciste de l’Ukraine par Poutine en achetant son pétrole et tentent d’intimider leurs voisins, y compris Taïwan». «Ils accablent les pays en développement d’une dette insurmontable et s’en servent pour saisir leurs avoirs ou les menacer d’un pistolet diplomatique (…) Ils torturent, détiennent et endoctrinent leur propre peuple, notamment au Xinjiang et à Hong Kong, en violation des droits de l’Homme». «J’empêcherai la Chine de prendre le contrôle de nos universités, et apporterai aux entreprises et aux institutions publiques britanniques la cybersécurité dont elles ont besoin.

Rishi Sunak, veut créer une alliance internationale, à la manière de l’Otan, pour «se défendre» contre les attaques technologiques de la Chine, développer le soutien du MI5 – le renseignement intérieur britannique – aux entreprises et universités pour «contrer l’espionnage industriel chinois» ou encore empêcher les acquisitions par la Chine dans des secteurs clés.

Beaucoup de lucidité dans cette prise de position de celui qui sans doute sera le nouveau Chancelier de l’Echiquier d’ici quelques jours. Ainsi la politique britannique à l’égard de Xi changera et une fois de plus nos voisins insulaires nous auront donné une leçon de clairvoyance et de morale. Il est en effet immoral de laisser ces officines de propagande d’un régime d’oppression fonctionner en toute impunité sur notre territoire. A Pau en particulier cette « ville anglaise » avant d’être « capitale humaine ». Les silences du maire, homme politique qui se veut justement animé par la défense des valeurs humaines et démocratiques comme celui de son opposition qui s’est peu exprimée sur le sujet de cet Institut sont assourdissants. Il ne faut pas croire que les Palois soient indifférents à cette présence qui fait tâche au centre de la cité d’Henri IV, le « bon roi ».

La Chine est le meilleur allié de Poutine dans une guerre qui nous touche directement, menée sur le sol européen. Sans son aval, le successeur de Staline, n’aurait pas lancé ses troupes à l’assaut de Kiev et de ses territoires, narguant ainsi les européens. Faire commerce avec les dirigeants chinois, les traiter comme des amis, c’est donc soutenir non seulement une dictature impitoyable mais c’est aussi « servir la soupe » à nos ennemis directs, en tout cas à leurs principaux alliés. Poutine le sait : il trouvera dans l’Empire du Milieu un débouché pour toutes ses matières premières dont son sous-sol regorge et s’il en a besoin sur un soutien militaire direct. Pour lui, l’adage de Lénine reste une vérité inoxydable : « les capitalistes vendront la corde qui les pendra ». Il n’a donc pas de scrupules…

Il est temps, plus que temps que cesse le double langage sur une question hautement symbolique pour toutes les raisons qu’un élu conservateur anglais, Rishi Sunak, explique fort bien. Hélas, l’ancien chef travailliste Jérémy Corbin, antisémite avéré, a plus d’audience dans notre pays que ce Rishi Sunak, nouveau venu sur la scène internationale. Elus communistes et LFI ont proposé un texte qui s’inspire de ses positions, texte anti-Israël, évoquant la domination « d’un groupe racial » sur un autre. Il ne fait pas l’unanimité dans les rangs mêmes de la NUPES c’est vrai mais tout de même… On voit où portent les regards de ses rédacteurs.

Il faut donc maintenant pour les hommes politiques, quels qu’ils soient, de mettre leurs paroles en accords avec leurs actes. Il faut que « la tâche » sur la ville de Pau soit effacée et que ferme cette indigne officine qu’est l’Institut Confucius.

Pierre-Michel Vidal

https://www.lefigaro.fr/international/course-a-downing-street-lourde-charge-de-rishi-sunak-contre-la-menace-chinoise-20220724

Photo France bleue: le maire de Pau lors de l’inauguration de l’Institut Confucius palois.

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 4.8 / 5. Nombre de note : 147

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *