Alerte Rouge, Brest nid d’espions (nes) ?

4.9
(66)

Il pourrait s’agir d’une affaire d’espionnage, sortie tout droit d’un polar comme il en existe tant et tant… Cependant, à Brest, comme partout en France, en Europe et dans le monde, la réalité dépasse la fiction !

Une nouvelle affaire ? Certainement pas* … Seulement une continuité dans le temps long, entre autres, des « ingérences chinoises en Bretagne en dix anecdotes« **, caractéristique du Parti Communiste Chinois et de ses agences de renseignements installées dans l’île méridionale de Hainan.

L’article du Télégramme de Brest, le 2 juillet 2022, signé Hervé Charbonnière, nous laisse sans voix :  » A l’aéroport de Brest, l’opérateur chinois qui pose question ? »***

Pour information, Nuctech, entreprise contrôlée par l’Etat chinois se spécialise dans des domaines bien particuliers : « inspection de véhicules et cargos, inspection des bagages et colis, inspection du personnel, détection d’explosifs et de narcotiques, inspection liquide, substances radioactives, irradiation appliquée, solutions intégrées » ****.

Résumons : TOUT y est, TOUT en un et à prix cassé : -30% ! Quelle aubaine ! Oublions qu’il s’agit de la technologie avancée de l’Armée chinoise et de matériel fabriqué au coût carbone du kwh le plus élevé au monde ! 700gr de Co2/kwh, kwh produit à base de charbon !

Une façon pure et simple d’enterrer encore une fois les accords de Paris de la Cop 21/2015.

Une enquête sur ce dumping diligentée par l’Union Européenne s’imposerait d’URGENCE.

Rappelons les intrusions successives de Pékin en France des achats chinois d’aéroports comme par exemple celui de Toulouse, de terres à blé dans l’Indre à proximité du Centre de transmissions de la Marine nationale de Rosnay, des projets d’implantations d’entités, dites commerciales, à proximité de sites sensibles aussi bien qu’à Toulouse, Bordeaux, Rennes, Brest, Châteauroux… Rappelons aussi le désir caché d’implantation d’Alibaba à Belin-Beliet proche du centre d’essai militaire de Biscarosse-Cazeaux-Laser mégajoule de Le Barp dans les Landes, de l’installation de Huawei autour de Brumath en Alsace***** au centre d’un dispositif du renseignement militaire français et j’en passe …

Le nouvel acteur s’implante à l’aéroport de Brest.

Une manne intéressante en perspective : une manière de faire de la captation d’identités de tous les passagers : noms, prénoms, date de naissance, numéro de passeport, adresse postale et mail… numéro de téléphone, enfin toute la panoplie pour surveiller par géo localisation …les militaires entre autre. Ne serait-ce pas une forme d’arnaque légale.

Par téléphone actifs et inactifs, des déductions ne pourront-elles pas être faites et suivre ainsi les plannings des uns et des autres ?

Autant demander à l’Armée Populaire de Libération de Pékin de gérer les plannings de sorties des sous marins de la force de dissuasion nucléaire française ainsi que le porte avion Charles de Gaulle et toute sa flottille.

Serait-ce un nouveau coup de poignard dans le dos qui est infligé à nos militaires par une énième naïveté du pouvoir politique ?

N’est-ce pas une réédition des années 30 ?

Qu’avons-nous retenu de ces leçons qui nous ont valu la deuxième guerre mondiale dont la France et la Grande Bretagne sont étroitement responsables ?

La Chine peut occuper le 28ème siège du Parlement européen que la Grande Bretagne vient de quitter.

Il est nécessaire de rappeler l’article publié sur AP du 18 décembre 2020****** :

« Le Canard enchaîné, dans son dossier spécial n° 157 d’octobre 2020   » la Chine démasquée », nous rafraîchit la mémoire à ce sujet.

En effet, nous pouvons lire page 106 

La loi sur le Renseignement national  –guojia qingbao fa – adoptée en 2017 par l’Assemblée Populaire Nationale enjoint :

« toutes les entités et tous les citoyens chinois » de « soutenir » les agences de renseignement, telles que le Ministère de la Sécurité d’Etat ou le Renseignement militaire, chargés de l’espionnage et du contre-espionnage, de les « assister » et de « coopérer » avec elles.

Ces agences « peuvent exiger que les organes et entités concernés, ainsi que les citoyens, lui fournissent soutien, assistance et coopération. »

Il est surprenant qu’un tel mariage avec la société Nuctech n’ait pas été sanctionné, alors que 17 jeunes militaires installés à Brest, et d’autres encore, ont été immédiatement écartés, éloignés, voir sanctionnés, lorsqu’ils ont été approchés par les souris de l’APL.

Ces très hautes compétences, qui prennent des années à être formées, ont tout simplement démissionné ne trouvant plus « aucun intérêt à travailler » pour la défense de la nation.

L’art de la guerre de Sun Tzu n’est-il pas appliqué, avec brio, à Brest par l’APL ? :«  L’art de la guerre, c’est de soumettre l’ennemi sans combat », et  » Le bon général a gagné la bataille avant de l’engager ». Une guerre hybride 2.0, 3.0.

Et enfin, au moment où nous rédigeons cet article, le site OPEX 360 publie le 05 /08/2022 ******* :

 » Selon le secrétaire général de la Défense et de la Sécurité nationale, la Chine « espionne à tire-larigot » en France. »

La France est-elle gérée par des ineptocrates ?

Pau le 25 juillet 2022

Par MR-Pécé

Image publiée avec l’aimable autorisation de Madame Adelinaa KULMAKHANOVA

* https://www.lejdd.fr/Societe/espionnage-comment-la-chine-sest-infiltree-au-coeur-de-la-dgse-4092587

** https://www.letelegramme.fr/dossiers/espionnage-chinois-en-bretagne-mythe-ou-realite/quand-l-ile-longue-etait-filmee-sous-toutes-les-coutures-l-ingerence-chinoise-en-bretagne-en-dix-anecdotes-03-07-2022-13093147.php

*** https://www.letelegramme.fr/dossiers/espionnage-chinois-en-bretagne-mythe-ou-realite/a-l-aeroport-de-brest-l-operateur-chinois-qui-pose-question-02-07-2022-13092857.php#:~:text=La%20question%20est%20pos%C3%A9e%20alors,d’euros)%20pass%C3%A9%20inaper%C3%A7u.

**** http://www.nuctech.com/fr/sitepages/homepage.aspx?lang=fr

***** https://alternatives-pyrenees.com/2021/01/02/la-naivete-en-general-est-mortelle/

****** https://alternatives-pyrenees.com/2020/12/18/apres-le-covid-19-voici-le-wikileaks-2020-chinois-nouveau-comme-le-beaujolais/

******* http://www.opex360.com/2022/08/05/selon-le-secretaire-general-de-la-defense-et-de-la-securite-nationale-la-chine-espionne-a-tire-larigot-en-france/

https://fr.news.yahoo.com/chefs-mi5-fbi-mettent-garde-002744797.html

https://www.letelegramme.fr/dossiers/espionnage-chinois-en-bretagne-mythe-ou-realite/jusqu-en-bretagne-les-ouighours-sous-surveillance-le-recit-fou-d-un-etudiant-04-07-2022-13097143.php

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 4.9 / 5. Nombre de note : 66

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

7 commentaires

  • Reportage Journal du 20h FRANCE 2 à 20h20 du 21 septembre 2022 sur la société NUCTECH à visualiser sur You Tube 4′ 51 »:

    https://www.youtube.com/watch?v=13XxO6s-ibo

  • Notre relais associatif alsacien nous transmet un article paru le 19 août 2022 dans le quotidien « Les Dernières Nouvelles d’Alsace ». Article qui reparle de l’installation de Huawei à Brumath au centre du dispositif de renseignement militaire français.
    Bonne lecture

    https://www.dna.fr/economie/2022/08/19/l-ancien-prefet-d-alsace-et-le-labo-plus-ouvert-que-le-bistrot-du-coin

    L’ancien préfet d’Alsace et le prix Nobel de chimie « dont le laboratoire était plus ouvert que le bistrot du coin »
    Auditionné par la Commission de la défense nationale, le patron du secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale, Stéphane Bouillon, ancien préfet du Bas-Rhin, a beaucoup parlé espionnage. Et fait quelques allusions à l’Alsace.

    Le 13 juillet dernier, Stéphane Bouillon, secrétaire général de la défense et de la sécurité nationale, était auditionné à l’Assemblée nationale par la Commission de la défense nationale et des forces armées. Diplômé de l’ENA, Stéphane Bouillon n’est pas tout à fait un inconnu en Alsace. De 2013 à 2015, il fut en effet préfet de la région et du département du Bas-Rhin , avant d’exercer ces fonctions en région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

    Ce haut fonctionnaire occupe aujourd’hui (depuis août 2020) un poste des plus importants « au sein de l’architecture de l’organisation de défense et de sécurité globale de notre République », comme l’a souligné le président de la commission, le député Thomas Gassilloud (LaREM, 10e circonspection du Rhône)…

    « Tout le monde y trainait dont quelques stagiaires à l’origine indéterminée »

    Stéphane Bouillon se souvient de son passage en Alsace, il l’a prouvé lors de son audition. Interrogé par les députés sur l’espionnage économique et industriel, il a évoqué des « menaces hybrides ». « Cela va du stagiaire qui traîne après la fermeture des bureaux pour copier des dossiers, à la visite de la délégation étrangère qui oublie des petits objets sous la table ou prend des photos … », a-t-il expliqué.

    Précisant son propos plus loin, il a mis en garde contre le CV des stagiaires présents dans certains laboratoires sensibles. « Tous les jours je lis des notes m’informant qu’une université ou un laboratoire a accepté de prendre tel ou tel. Lorsque j’étais en poste à Strasbourg, j’avais connu un prix Nobel de chimie dont le laboratoire était plus ouvert que le bistrot du coin. Tout le monde y trainait, dont quelques stagiaires à l’origine indéterminée. Il m’avait dit :  » La science n’a pas de frontières ». Je lui avais répondu « qu’il s’était réjoui de voir son Nobel attribué à lui et non à un des ses collègues étrangers ».

    « Des Chinois espionnent à tire-l’arigot »
    Stéphane Bouillon a mis l’accent sur l’espionnage chinois et iranien.  » Des Chinois espionnent à tire-l’arigot et s’en donnent à cœur joie en matière d’entrisme, de pénétration et de tentatives de captations », dit-il aux députés. A chaque arrivée dans les universités de stagiaires ressortissants de certains pays – nous sommes attentifs à la Chine et à l’Iran qui s’intéressent à la physique et à la chimie, et à quelques autres Etats – nous faisons systématiquement réaliser une enquête par les services de renseignement et, le cas échéant, refusons un droit d’accueil de tel ou tel, voir mettons fin à son séjour. Nous surveillons aussi les centres de types Confucius ou Léo Lagrange et autres et leur système de fondation. » En Alsace, l’institut Confucius a déjà effectué plusieurs tentatives pour intégrer l’Université de Strasbourg.
    Député RN de Charente, Caroline Colombier a souligné devant Monsieur Bouillon « l’intérêt porté par les services de renseignement chinois à nos installations militaires et de défense », en Bretagne notamment. Elle a rappelé « l’étrange implantation d’un centre universitaire chinois » dans l’ancienne base de Châteauroux, dans l’Indre, non loin du centre de transmission de la marine à Rosnay. M Bouillon a notamment commenté :  » Nous faisons en sorte que certaines entreprises, en particulier chinoises, ne puissent pas accroitre leur importance en France. Nous leur avons interdit l’accès en matière de téléphonie à certaines zones considérées comme sensibles.
    Des observateurs y ont vu une référence au géant du téléphone Huawei, qui doit s’implanter à Brumath. Plusieurs régiments du renseignement militaire sont implantés à quelques kilomètres, à Mutzig et à Hagueneau, et cela pose question.
    DT Dernières Nouvelles d’Alsace

    Pour rappel :
    http://www.opex360.com/2022/08/05/selon-le-secretaire-general-de-la-defense-et-de-la-securite-nationale-la-chine-espionne-a-tire-larigot-en-france/

  • Rappelons que Monsieur Macron, alors aux Finances, sous Hollande, a cherché à dépecer Alstom au profit de deux pays étrangers:
    * les USA (General Electric) en favorisant le départ de brevets nucléaires stratégiques, relatifs notamment à nos sous marins nucléaires,
    * et les allemands de Siemens pour le ferroviaire.

    Heureusement la Commission Européenne a trouvé des failles juridiques et a stoppé Siemens, dont on sait aujourd’hui qu’il va moins bien qu’Alstom. Quant à Général Electric, devant le scandale, Macron a fait racheter les brevets mais à quel prix? On sait que la société US a exigé beaucoup d’argent. Elle a touché le jackpot dont le montant réel nous est inconnu.

    Si les élections présidentielles n’étaient pas tombées en 2022, Macron se serait-il battu pour effacer son énorme faute, que d’aucuns considéraient comme une forme de trahison de l’Indépendance et de la Sécurité Nationale?

    Alors comment s’étonner que Macron continue à dépecer notre patrimoine économique.
    A lire: « La France vendue à la découpe » de Laurent Izard (Editeur l’Artilleur) sur la vente de nos fleurons industriels et autres cibles économiques, depuis plusieurs années. Saviez-vous que les chinois rachètent de vastes terres agricoles en France, depuis des années, par exemple?

  • Alibaba à Belin Beliet ?
    C’est pas là que le deuxième incendie du secteur de Landiras à repris il y a 6 jours dans une zone de pinède verte non touchée par le premier incendie ?
    Je ne connais pas le dossier mais voilà une coïncidence… potentiellement fâcheuse en plus de la catastrophe écologique évidente de ces événements à répétition.

    • Non loin de Belin Béliet je ne connaissais pas le site du CEA de Saugnacq et Muret.
      Pour compléter votre commentaire sur l’incendie proche de Belin Béliet, ci joint un article publié dans rue89 le 12 août 2022 :
      « L’incendie menace-t-il un terrain pollué du Commissariat à l’énergie atomique à Saugnac-et-Muret ? »
      https://rue89bordeaux.com/2022/08/lincendie-menace-t-il-un-terrain-pollue-du-commissariat-a-lenergie-atomique-a-saugnacq-et-muret/

      Sur un autre site voilà la publication :
      L’incendie a-t-il ou va-t-il toucher le TEE (Terrain d’Expérimentations Extérieur) du Commissariat à l’énergie atomique situé à cheval sur les Landes et la Gironde, mettant en danger la santé des pompiers et de la population ?

      Pendant des dizaines d’années, à l’abri des regards, le Commissariat à l’énergie atomique (CEA) s’est livré à d’étranges expériences qui ont gravement contaminé le site dit TEE (Terrain d’Expérimentations Extérieur) situé à Saugnac-et-Muret, à cheval sur la frontière Landes/Gironde.

      Il s’agissait en particuliers de lâchers d’hexafluorure d’uranium (un gaz radioactif) et de « tirs froids », à savoir des explosions mêlant des matériaux conventionnels et des produits radioactifs comme de l’uranium 238 (dont la demi-vie est de… 4,5 milliards d’années !)

      Malgré les efforts d’associations comme Tchernoblaye depuis près de 20 ans (*) pour faire émerger la vérité, le CEA a toujours réussi à maintenir l’opacité sur les conséquences de ces expérimentations, mais il est certain que des contaminations importantes perdures.

      Si l’incendie qui ravage la région touche le site du TEE, il est évident que les fumées comporteront des produits extrêmement dangereux, à savoir des particules radioactives mais aussi des métaux lourds, mettant en danger la santé des pompiers mais aussi de la population.

      Cette situation illustre l’état général de la France, parsemée depuis des décennies de sites nucléaires civils ou militaires présentant des contaminations qui, au fil du temps, sont déplacées par les intempéries ou lors d’évènements dramatiques comme les incendies actuels.

  • Nous sommes une civilisation en cours de décadence. On ne veut plus faire (travailler c’est trop dur !), on fait faire et ça revient bien moins cher. Nous sommes coincés de partout, par les Chinois, les Russes, comme les Africains. Candides, nous gardons nos bras ouverts, puisque l’on ne veut que du (des) bien(s) de nous. Tout ça, nous le savons depuis longtemps, mais… difficile de se réveiller…

  • Aéroport de Toulouse vendu à une entreprise chinoise dont le PDG était en fuite pour escroquerie. Vente menée de main de maitre par le ministre de l’économie devenu Président de la République.
    À croire que nos politiques sont contre le pays qui les nourris.
    On peut penser également aux camions venus de l’Est pour espionner autour de nos bases militaires et que l’on a laissé repartir sans les arrêter sur ordre d’un autre Président (F.M.).
    Effectivement, il y a de quoi démissionner quand on fait bien son travail !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *