Chauffage urbain

5
(642)

Il ne s’agit pas ici d’aborder le grave problème de la canicule mais de ce qui pourrait s’apparenter à une sorte de scandale palois. Selon un article, très bien fait d’ailleurs, paru dans le journal «La République des Pyrénées » – le 2 août 2022, page 6 – il est fait état de hausses du prix du chauffage imposées aux habitants du quartier Saragosse. Les augmentations atteignent des niveaux record et soulèvent bien évidemment la colère des résidents des habitations à loyer modérés.

Souvenons-nous, le 8 janvier 2020, le site de la ville de Pau titrait : « Le réseau de chaleur urbain a ses premiers abonnés ». Il était prévu que de 2020 à 2023, 9000 foyers pourront être alimentés pour leur chauffage et leur eau chaude grâce à cette énergie issue des déchets et renouvelables à 75%. Il y était dit que la chaleur serait moins chère et plus écologique. Devait être utilisée la vapeur créée par l’incinérateur d’ordures ménagères de Lescar pour faire chauffer de l’eau à environ 100 degrés dans des canalisations.

Dans les avantages évoqués on pouvait lire :

  • L’Agglomération va ainsi redonner du pouvoir d’achat aux locataires HLM à hauteur de 4 millions d’euros ;
  • 61 bâtiments raccordés sur les 169 envisagés ;
  • Plus de contrat d’approvisionnement de combustible ;
  • Un prix de la chaleur maîtrisé dans le temps.

Et le maire de Pau d’insister : « Ce n’est pas un projet secondaire. Il va nous permettre de faire le saut d’une agglomération en retard à une agglomération à l’avance en matière d’énergies renouvelables ».

La construction et l’exploitation du RCU (Réseau de chauffage urbain) ont été confiées à Pau Béarn Pyrénées Énergie Services qui est une filiale d’ENGIE. Le coût de l’investissement était chiffré à 51 millions d’euros.

Et à ce jour, comme ces belles paroles et ces louables engagements paraissent lointains et peu crédibles. Selon le journal La République, les locataires des HLM doivent faire face à des augmentations des charges de l’ordre de 150 à 450 euros. Après étude, ces augmentations sont la conséquence de l’installation du chauffage collectif et plus précisément du contrat qui y est rattaché. Ce poste, à Arbizon par exemple a progressé de 391,18 %. Une paille ! Une locataire témoigne que la partie qu’elle doit en chauffage est passée de 375 € à 607 € soit 62 % de plus à payer. Moins cher qu’ils disaient et c’est ainsi que l’on redonne du pouvoir d’achat aux locataires des HLM.

Devant cette situation et l’inquiétude légitime, les locataires se sont organisés et ont adressé une lettre au maire. Pas de réponse à ce jour. Il semble que la patate chaude ait été refilée au directeur de Pau Béarn Habitat, lequel, en vue de temporiser, annonce que ses services planchent sur les données du problème et seront en mesure de fournir des chiffres… à la rentrée.

Alors voilà une réalisation dont l’agglomération pourra se vanter. Non seulement les travaux doivent durer trois ans (2020 à 2023) et empoisonner la vie des usagers des rues de Pau, mais encore les résultats promis ne sont pas au rendez-vous. Brillantissime !!! Pau, une capitale qui n’a d’humaine que le nom.

Pau, le 8 août 2022

par Joël Braud

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 5 / 5. Nombre de note : 642

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

55 commentaires

  • Mr Cabrera, il y a eu effectivement une très forte augmentation des prix du gaz en 2021 mais si l’on regarde le prix ENGIE tarif régulé réservé aux usagers 100% gaz ( la référence comparative que vous préconisez dans un de vos messages ) elle est de l’ordre de 90 % et non de 500% comme l’analyse au Mgwh le laisse supposer en creux ..
    Mes factures ENGIE posées sous mes yeux en font foi !

    Par ailleurs, en affirmant que le bus hydrogène est un test industriel, vous pensez pouvoir en déduire que le parallèle entre le réseau de chaleur et le choix hydrogène n’a pas lieu d’être. C’est une erreur mais peut être êtes vous victime du discours politique bien pensant sur les vertus de l’hydrogène vert ? Vous seul pourrez en juger et je m’explique :
    Les phases expérimentales des motorisations hydrogène de bus urbains ont eu lieu au début des années 2010 sous la dénomination du programme Européen « CHIC » . Cette phase a démontré que le système fonctionnait, que les bus étaient de conduite confortable mais la réalité des coûts de fonctionnement ont été largement minorés, masqués, occultés et tus, le lobbying H2 promettant monts et merveilles aux commissaires Européens et aux États sur la réductions de ces coûts y compris ceux de l’investissement par le miraculeux effet de masse de la production, moyennant un soutien durable des subventions qu’ils obtinrent malheureusement en dehors de toute phase expérimentale mais bien en distorsion de concurrence avec les autres modes de motorisation validées par les lois de transition énergétique transnationales. Malgré tous les efforts pour taire cette réalité des coûts, en 2017, il était parfaitement possible d’en connaître les méfaits et encore plus aujourd’hui en 2021 où le syndicat de transport enfonce le pieu en commandant 30 bus hydrogène et une station H2 supplémentaire.
    En 2017 donc, le choix hydrogène a été fait dans le cadre d’un marché public classique à dialogue compétitif sur des bases tronquées par la présence de subventions Européennes réservés aux seuls candidats proposant des solutions hydrogène alors que 6 mois auparavant, les suisses de carpostal ( flotte de 2400 bus et autocars ) avaient fait le test industriel durant 5 ans et rendaient leur bus H2 en disant très peu mais suffisamment pour comprendre que les coûts de fonctionnement étaient inadaptés à la gestion de leurs réseaux de transports . Par ailleurs les analyses existantes de Ineris, Ademe ou France stratégie permettaient d’y voir clair sur les conséquences financières à prévoir avec une telle motorisation . J’avais d’ailleurs joué mon rôle au sein du syndicat de transport pour avertir de ce qu’il se passerait mais nul n’a voulu tenir compte de mes mises en garde hormis quelques élus attentifs.
    Depuis, Montpellier a compris et annulé une commande de 51 bus H2 pour ces raisons. À PAU , on persévère béatement en niant les évidences qui sont pourtant sur la table : l’H2 entraîne des surcoûts de maintenance, de gardiennage, d’assurance particulièrement élevés ( 1 M€/ an pour 8 febus ) sans parler du gaspillage d’électricité inhérent au faible rendement que vous évoquez auquel s’ajoute les fuites permanentes des dispositifs de stockage en station ou à bord, sujet récemment divulgué par les études du GIEC et de scientifiques Britanniques.
    ENGIE émarge en partie à cette affaire dont le choix confirmé d’une deuxième station hydrogène par le syndicat PAU BEARN PYRÉNÉES MOBILITÉS pourrait ne pas rester durablement et totalement étranger à la société PAU BÉARN PYRÉNÉES ÉNERGIE SERVICES ou à sa maison mère selon mon flair personnel voyez vous .. donc pour moi le parallèle sur la légèreté des modes de décisions comme sur le partenaire qui gravite autour de ces deux dossiers a tout à fait lieu d’être .
    Ceci étant dit je suis d’accord avec vous, il est a priori vertueux de chercher à utiliser la chaleur produite par un incinérateur de déchets ménagers, mais sans doute pas à 9 kms de la grosse concentration d’habitants. Pour BILLÈRE, LONS, LESCAR, l’intérêt m’apparait a priori plus évident . Rappel : 1° perdu tous les 100 mètres .

    • Préalable : même si déjà évoqué dans plusieurs articles et commentaires sur le site Alternatives Pyrénées

      / Bus à hydrogène : des résultats contrastés ou à nuancer ?

      Pau / bus à hydrogène : y-t-il eu un pilote à la mairie de Pau pour décider de l’efficience d’un tel choix ou la volonté… d’être la première ville (sic) en France 😉 😉 ;-), à utiliser des bus à hydrogène, a t-elle prévalue par rapport à la pertinence d’un tel choix au détriment des… contribuables palois ?

      Lire l’article (Extrait) « Bruxelles : la Stib mise sur les bus à propulsion électrique et roulant à l’hydrogène- L-Post » : publié le 23 mai 2022 (Section « Transport public »)
      Source : site web L-Post (4100 Seraing, Belgique)

      Extrait du chapeau de l’article : « Quant au bus roulant à l’hydrogène, la société a loué un exemplaire pour deux ans pour faire les tests nécessaires avant de se lancer dans une commande. Mais l’expérience du bus à hydrogène connaît des ratés au démarrage… »

      URL : https://lpost.be/2022/05/23/bruxelles-la-stib-mise-sur-des-bus-a-propulsion-electrique-et-roulant-lhydrogene/

      Il existe sur le Web, plusieurs articles et villes où le choix de la mobilité via des bus à hydrogène a posé des questions, des doutes et même l’abandon du projet : des doutes, des doutes et encore des doutes !!!

      Exemple : article « Le mirage de l’hydrogène » (Québec) : par Pierre-Olivier Pineau, publié le 12 février 2022 (Affaires et économie – Environnement)
      Source : site web L’actualité (2022 Mishmash Média : Québec, Canada)

      Court extrait : « …les politiciens de tous les partis auraient intérêt à prendre connaissance des limites de cette forme d’énergie »

      URL : https://lactualite.com/lactualite-affaires/le-mirage-de-lhydrogene/

      Nota : lire aussi les commentaires qui suivent cet article…

      Parmi les doutes (Infrastructures et équipements) évoqués dans plusieurs articles : le coût d’achat et d’entretien des stations hydrogène, les surcoûts (Ex : surveillance nocturne, prime d’assurance…), et ce, sans compter les risques pour l’environnement et les nuisances pour les proches habitations (?)…

    • Rappel pour info et/ou rappel : Pau / bus à hydrogène…

      Lire l’article de l’UGAP, très grosse centrale d’achat Nationale pour les collectivités permettant d’acheter légalement sans passer par un appel d’offre local… Le lobby hydrogène s’y est engouffré pour fourguer sa chère camelote…

      Article « Pau, collectivité pionnière de la mobilité hydrogène » : publié le 22 février 2022
      Source : site web de l’UGAP (Union des groupements d’achats publics) : article section « Participer au développement durable »

      URL : https://www.ugap.fr/nos-articles/participer-au-developpement-durable/pau-collectivite-pionniere-de-la-mobilite-hydrogene_4560420.html

      Quelques techniciens cadres et quelques élus assoiffés du dernier jouet à la mode suffisent à faire plonger une collectivité dans des dépenses inconsidérés pour leur permettre de faire savoir à tous leurs petits copains que EUX ont le plus beau jouet…

      En est-on arrivé à mentir et se mentir pour caresser la belle image de l’innovation en transition énergétique de la bien-pensante classe politique de tout bord effectivement ?

      Extrait de l’interview (Lucie Kempf) : « Plus de 350 km d’autonomie par jour : « Dans le cadre de la procédure de dialogue compétitif mise en œuvre en amont du projet, la propulsion par l’hydrogène s’est vite imposée comme LE levier de mobilité durable le plus performant en terme d’exploitation avec une autonomie par jour de plus de 350 km, nettement supérieure à celle d’une motorisation électrique ! », indique l’intéressée. Et celle-ci de souligner « le caractère global de ce projet de transport zéro émission à hauteur de 14,5 millions d’euros » conduit par Pau Béarn Pyrénées Mobilités comprenant aussi l’installation et l’exploitation – par une filiale d’Engie – d’une station de production et de distribution sur place d’hydrogène vert. Et ce, via de l’électricité fournie par un barrage hydraulique basé à proximité, dans les Pyrénées. »

      Humble avis : l’imaginaire nouveau dispositif « Et ce, via l’électricité fournie par un barrage hydraulique basé à proximité, dans les Pyrénées » pour alimenter en électricité « verte » la station hydrogène de PAU le laisse supposer… comme si nos barrages hydrauliques Pyrénéens n’alimentaient pas le réseau National depuis plus de 80 ans ? C’est bien dans le réseau National d’électricité que la station hydrogène de PAU pompe son énergie, point barre ! 😉 😉 😉

    • M Duchateau, je me demande si vous lisez réellement les commentaires ! Vous m’opposez le tarif régulé du gaz pour les particuliers, alors que JUSTEMENT depuis le début de mes interventions sur cette page j’ai bien insisté sur le fait que pendant l’hiver 2021/2022 ce tarif bloqué ne s’appliquait pas aux collectivités (copropriétés avec un chauffage collectif au gaz) et plus généralement aux entreprises. En d’autres termes la chaufferie gaz du réseau de chaleur a utilisé du gaz au prix (très) fort pendant la saison de chauffe 2021/2022.

      Quant au chiffre de 1°C de perte tous les 100m, vous l’avez lu ici, vous le répétez maintenant, mais il est faux. Dans le sens où il n’existe pas un chiffre magique de ce genre qui s’appliquerait à toutes les configurations. Regardez les cartes du réseau, il y a à minima un réseau de transport et un réseau de distribution. Le réseau de transport est l’équivalent d’une ligne haute tension, conçu pour minimiser les pertes sur les longues distance.

      • Je vous remercie de votre contribution au débat Mr Cabrera, elle participe à m’intéresser de plus en plus aux détails de ce dossier et soyez en certain, à vous lire très attentivement . Le lien que vous avez vous même apposé dans votre commentaire du 17 août permet de vérifier que le dispositif gouvernemental de gel des prix du gaz a été appliqué aux copropriétés et aux réseaux de chaleur comme pour les particuliers dès Novembre 2021 avec un effet décalé pour les fournisseurs d’énergie qui ont dû faire des demandes de remboursement des excédents de prix payés pour la période novembre 2021 à Avril 2022.
        ENGIE étant complètement associé à l’élaboration de ce dispositif, je ne vois pas pourquoi ils auraient répercuté en juillet à Pau Béarn Habitat des surcoûts remboursables dès MAI – JUIN, ce qu’il n’ont peut être pas fait d’ailleurs, nous saurons peut être en Octobre !
        Les prix forts dont vous parlez ( 500% pour le pic de mars 2022 ) sont ceux des prix des marchés mondiaux qui ont plusieurs références mais qui ne sont en aucune manière à prendre en compte pour expliquer notre affaire locale puisque ces augmentations considérables sur les marchés sont compensées aux fournisseurs par le mécanisme convenu avec l’ETAT . Je peux aussi préciser ici de surcroît que le gaz qui aurait été utilisé par nos chaufferies « de secours, de garantie et d’appoint » entre octobre 2021 et décembre 2021 pour le quartier Saragosse a été acheté 6 mois auparavant (soit vers Avril Mai Juin 2021 à un prix certes en début de période d’augmentation mais qui était loin d’avoir subi les augmentations auxquelles vous vous référez ) puisque c’est ainsi que fonctionne les marchés du gaz .
        Enfin ma référence au prix sur le tarif réglementé qui semble vous heurter ne visait qu’à confirmer vos affirmations sur la forte augmentation observée en 2021… j’observe que les tarifs en offre de marché pratiqués par les 3 principaux opérateurs restent proches ou légèrement supérieurs des 0,0873 € le kwh du tarif réglementé mais en dehors de toute multiplication .
        Gardons toutefois à l’esprit que le principal problème des factures suscitant une légitime indignation des locataires repose sur la partie R2 « entretien chauffage » et non sur les hypothétiques 25% de chauffe au gaz des mois de novembre et décembre 2021 à des prix qui ont été de toute façon gelés !
        Je reviendrai un peu plus tard sur la deuxième partie de votre commentaire concernant les techniques appliquées au RCU de PAU.

      • Je reviens donc comme promis muni de nombreuses informations supplémentaires, la première venant d’être diffusée aujourd’hui sur France Info et chiffrant à 24 Milliards d’Euros, l’énorme contribution de l’Etat pour compenser les fournisseurs d’énergie du gel des prix appliqués aux particuliers, copropriétés et réseaux de chaleur depuis Novembre 2021. Ceci pour compléter et confirmer mon commentaire précédent.
        S’agissant du réseau de chauffage Urbain de Pau confié au printemps 2019 à la filiale d’Engie PBPES, j’ai donc appris ces jours ci qu’il avait déjà fait l’objet de trois avenants en novembre 2019, décembre 2020 et mars 2022 notamment pour faire face « au succès commercial » en redimensionnant le projet de 40.135.235 € HT à 52.442.741 € HT .
        Sur le plan technique ces décisions ont impliqué le surdimensionnement des tuyaux en moyenne de 19% sur le linéaire du réseau de 44 KMS et le nombre de sous stations à raccorder est passé de 169 à 208 .
        Alors oui Mr Cabrera il y a un réseau de transport primaire qui a bénéficié des tuyauteries les plus efficaces en matière de qualité thermique mais comme vous le savez sûrement cela peut n’empêche pas une perte ( certes limitée ) de 10 – 16 % selon les distances sur le réseau primaire.
        Mais vous savez sûrement aussi que plus vous augmentez les diamètres des meilleures tuyauteries les plus isolées et plus vous augmentez le nombre de sous stations, plus vous augmentez la dégradation de l’efficacité thermique du réseau notamment pour les sous stations qui alimentent des copropriétés ou résidences du parc HLM qui ont des réseaux de distributions et des logements mal isolés en renvoyant dans le réseau de retour des eaux aux fortes pertes caloriques pour lesquelles il faudra consommer beaucoup d’énergie pour remettre la chaleur au niveau du réseau primaire de transport .
        Pour le 1° tous les 100 mètres de perte, ce n’était pas une donnée fausse, c’est une donnée reconnue pour les réseaux classiques construits sur de petites distances et il y a plusieurs années. Elle ne s’applique donc pas au RCU de PAU, tant mieux mais malheureusement cela ne le sauve pas d’autres carences .
        L’une de ces carences est que pour faire circuler l’eau depuis LESCAR il faut 7 pompes de 100kw 24h/24, ça fait beaucoup beaucoup d’électricité cela qui serait fournie par l’utilisation de l’incinérateur qui ne serait donc pas entièrement consacré à la production d’eau chaude .

        Autre soucis : il est établi que la puissance de la chaudière bois de LONS est de 11 MW , la chaufferie gaz de LONS est de 9 MW et la chaufferie gaz de l’UPPA de 30 MW …
        De quoi sérieusement mettre en doute la belle présentation des communicants sur les chaudières gaz d’appoint et de secours qui représente une puissance 3 fois supérieure à la chaufferie bois alors que ces deux sources de chaleur nous sont présentées sous l’angle équilibré d’un 25% / 25 % .
        Pour ne pas alourdir on parlera plus tard des formules de calculs du R2 «  entretien chauffage » qui semble assez délirantes dans leur complexité mais surtout exorbitantes et non justifiées pour certaines bases de ses calculs .

        Par contre cerise sur le gâteau : Valor Béarn qui gère l’incinérateur a priori avec une partie de nos taxes d’ordures ménagères ( la TOM ) facture au réseau de chaleur sa fourniture de chaleur pour renchérir encore un peu plus l’affaire ! Quand on sait que de gros excédents budgétaires de plusieurs Millions d’€uros des recettes issues de la TOM ont été basculés à deux reprises au moins ( et peut être + ) depuis 2014 sur le budget général de l’agglo, on est en droit de se demander s’il y a un gestionnaire cohérent dans la boutique qui réfléchi aux conséquences pour les factures des gens avant de décider de ces jeux comptables .

        • Plusieurs choses :

          – Les remboursements du blocage rétroactif du prix du gaz pour les chauffages collectifs peuvent s’étaler jusqu’en Octobre (et ensuite Engie remboursera les copropropriétés, et ensuite les copropriétés rembourseront les occupants individuels, qui ne verront peut-être rien avant le printemps prochain… Rien d’inhabituel, les régularisations de charges arrivent souvent au printemps qui suit un exercice complet). La situation n’est pas propre à Pau, on trouve de nombreux articles sur les copropriétés partout en France qui ont vu leurs factures exploser.

          – Les 500% d’augmentation (atteints dès l’automne 2021) concernent le marché européen, pas mondial. En Amérique du Nord le prix du gaz est resté beaucoup plus stable. Et bien sûr c’est à prendre en compte pour expliquer notre affaire puisque c’est sur le marché libre que les collectivités se fournissaient à ce moment là, sans bénéficier du blocage qui n’a été décidé rétroactivement que plus tard (je ne sais plus comment le dire…). Je vous accorde juste une chose : on ne sait pas réellement à quel prix Engie se fournissait et refacturait, vu que les contrats en la matière sont très variables.

          – Je prends acte des 10 à 16% de pertes sur le réseau primaire, ce qui me parait plausible (et acceptable). Le problème des chiffres sortis du chapeau (1°C tous les 100m) énoncés hors contexte c’est qu’ils induisent les gens en erreur, et à l’ère des réseaux sociaux l’erreur se propage à la vitesse de l’éclair, surtout quand elle conforte les indignations.

          – Je ne comprends pas pourquoi vous parlez d’une chaufferie gaz à Lons ? A Lons c’est une chaufferie bois de 9MW qui est installée. Sur les plans du réseau je ne vois rien d’autre.

          – La chaufferie gaz de l’UPPA a deux rôles : servir d’appoint lors des pics de froid, et de secours en cas d’arrêt de l’incinérateur de Lescar. Il est donc logique que sa puissance maximum soit dimensionnée assez largement. Cela n’est pas contradictoire avec une puissance moyenne effective bien plus faible sur l’année. C’est comme si vous avez une voiture de 100ch : vous n’utilisez sa pleine puissance que très ponctuellement (sinon vous consommeriez 25L/100km) et la puissance moyenne d’utilisation est peut-être de l’ordre de 20ch seulement.

          – 7 pompes de 100kW (si vos données sont exactes) ce n’est pas rien, mais ça ne représente finalement que 4% de l’énergie thermique transportée par ces pompes. A nouveau ça ne me parait pas rédhibitoire.

          Pour le reste, je ne me prononce pas sur les questions comptables pures et leurs anomalies (La TOM détournée de son objet et autres…)

          • Plusieurs choses : ..

            Extrait du site gouvernemental :

            « L’aide en faveur de l’habitat collectif résidentiel

            Comment fonctionne le dispositif ?
            Les logements chauffés collectivement au gaz peuvent bénéficier d’une aide visant à couvrir la hausse des prix du gaz sur les marchés de gros. Il s’agit des logements (copropriétés, logements sociaux), chauffés collectivement au gaz :
            par un contrat d’achat direct de gaz naturel ;
            dans le cadre d’un contrat d’exploitation de chaufferie ;
            par un réseau de chaleur.
            Cette compensation apportera aux ménages concernés une aide équivalente au gel des tarifs réglementés du gaz du 1er novembre 2021 au 30 juin 2022, basée sur la différence entre le TRV gelé et le TRV non gelé, dans la limite de l’écart réel entre le prix du gaz facturé et le prix du TRV gelé.
            Les ménages n’auront aucune démarche à effectuer pour bénéficier de cette aide qui sera répercutée automatiquement sur leurs charges. »

            Peut être êtes vous le génial concepteur d’une ressource de trésorerie au bénéfice d’Engie qui réinterprète les décrets ministériels à son profit, c’est à se le demander ? Où avez vous vu dans le décret du 9 avril 2022 qu’il était préconisé d’encaisser les prix forts du gaz entre Novembre 2021 et juin 2022 auprès des bailleurs sociaux ou des copropriétés pour qu’ils les répercutent eux-mêmes sur les habitants avec un remboursement ultérieur en cascade dont le délai entre l’achat du gaz sur les marchés en juin juillet 2021 devrait aboutir à des remboursements s’effectuant à la saint glinglin ?

            Ainsi dans le cas de notre affaire de PAU, le gaz acheté en mai juin ou juillet 2021 pour livraison en octobre novembre décembre 2021 a pu, le cas échéant, entrer dans le dispositif gouvernemental de remboursement au fournisseurs pour les mois de novembre et décembre. Il appartenait à ces derniers de se faire rembourser le delta différentiel entre le prix payé sur les marchés et le prix bloqué et de facturer à PAU BÉARN HABITAT au prix bloqué légalisé par le décret ministériel .

            Toutefois cette discussion nous éloigne toujours de la réalité du problème posé qui est le Tarif R2 « entretien chauffage » dont les règles de calculs modifiées par la délibération du conseil communautaire du 31 Mars 2022 laissent clairement apparaître pour les critères R22 R23 et R24 des bases déterminées par des prix au KWH qui n’ont aucunement lieu d’être, ces notions étant réservées au tarif R1. Pour rappel les critères cités concernent le coût des prestations de conduites, de petits entretiens, des frais fixes administratifs, le gros entretien et le renouvellement de matériel, l’amortissement des ouvrages de la délégation et les frais financiers associés .
            Une base de calcul construite sur le nombre d’agents réellement mobilisé, leurs frais d’équipement et un ratio progressif d’usure des matériels me semblerait beaucoup plus lisible et transparente pour la collectivité et les citoyens. Quant à l’amortissement des ouvrages, sachant que la taxe d’agglomération de Pau a été multipliée par 4 entre 2020 et 2022, on serait en droit d’attendre une prise en charge intégrale des 50 % de l’investissement du réseau de chaleur restant à la charge de l’agglo après déduction des 50 % de subventions diverses … plutôt qu’une répercussion sur les factures des usagers ! A bon entendeur.
            Après .. vous avez le droit de ne pas vous prononcer sur les questions comptables et leurs anomalies mais avec un tel postulat, autant dire que vous refusez par avance et par principe tout élément de preuves qui justifie l’indignation et notamment celle qui consiste à ne pas prendre en compte la modestie des conditions de vie des premiers usagers recevant les premières factures de PAU BÉARN PYRÉNÉES ÉNERGIE SERVICES alias ENGIE pour légitimer d’abord l’ordre établi par les accords officiels et totalement opaques dans leurs complexité bien orchestrée.
            Notre ADN des priorités diffère manifestement .

            Il y a bien une deuxième chaufferie gaz de 11MW à LONS sur le site de la chaufferie bois. La communication officielle reconnaît d’ailleurs 2 chaufferies de secours et de garantie .

          • POUR INFO :
            L’extrait du site de l’Agence des services et de paiement , en charge du remboursement par l’État des sommes différentielles entre les prix du marché international du gaz et le prix bloqué depuis Novembre 2021 montre malheureusement que le gouvernement a laissé une fenêtre ouverte qui permet aux gros fournisseurs de gaz de faire de la trésorerie sur le dos des pauvres gens .. ( Mea culpa, c’était donc bien dans les modalités d’applications du décret, ce qui n’honore pas le législateur dans sa capacité à tenir son objectif de protection concrète des citoyens jusqu’au bout ..) en pratiquant le prix fort remboursé ultérieurement, mais qu’ils avaient aussi la possibilité de ne pas le faire en déduisant la compensation financière de leurs factures .

            Dans le cas Palois, pour une livraison automnale 2021 de gaz acheté 4 mois plus tôt sur les marchés internationaux et facturée en juillet 2022, ENGIE via PBPES avait largement le temps de procéder selon la deuxième modalité pour ne pas impacter au prix fort le bailleur social et ses locataires .

            Extrait :

            « A qui s’adresse la compensation financière de l’Etat ?
            Le dispositif a pour objectif d’étendre le bouclier tarifaire gaz aux résidents :

            d’un immeuble d’habitation en copropriété, en location privée ou en HLM chauffés collectivement par l’intermédiaire d’une chaudière fonctionnant au gaz naturel ou d’un réseau de chaleur utilisant du gaz naturel ;
            d’une maison raccordée à un réseau de chaleur.
            L’Agence de services et de paiement (ASP) assure le versement de la compensation financière de l’Etat aux fournisseurs de gaz naturel, aux exploitants d’une chaufferie au gaz naturel, et aux gestionnaires d’un réseau de chaleur urbain, que ces derniers doivent ensuite reverser à leurs clients ou la déduire de leurs factures . »

  • Aujourd’hui a eu lieu une réponse qui nous a été adressé par un article de la république à nous habitants de Saragosse qu’une réunion aura lieu le 7 octobre sauf que nous n’avons pas ni d’heure et ni de lieu. J’attends de lire l’article demain sur papier.
    De plus, hier 1 er septembre, nous avons déposé à la mairie et à la préfecture une date de rassemblement qui aura lieu le 10 septembre. Bizarre de chez bizarre…..

  • P’tit retour sur ce qui s’est passé ailleurs qu’au quartier Saragosse à Pau et aussi lire quelques informations officielles disponibles sur les réseaux de chaleur… 😉 😉 😉

    Rappel : jusqu’en 2021, les hausses successives du kWh pour le prix du gaz et de… l’électricité, n’étaient pas encore autant d’actualité… ;-( ;-( ;-(

    ① Lire l’article « Rouen. Factures de chauffage : des habitants de l’écoquartier Luciline dénoncent un « racket » » : par Raphaël Tual, publié le 16 avril 2021
    Source : site web 76actu (Actu > Normandie > Seine-Maritime > Rouen)

    Chapeau de l’article : Certains habitants de l’écoquartier Luciline de Rouen s’aperçoivent des sommes exorbitantes qu’ils paient pour se chauffer, loin des promesses de sobriété.
    URL : https://actu.fr/normandie/rouen_76540/rouen-factures-de-chauffage-des-habitants-de-l-ecoquartier-luciline-denoncent-un-racket_41057201.html

    ② Article « Lyon : les très chers tuyaux du chauffage urbain : publié le lundi 18 février 2019
    Source : site web LyonMag (La News : 69002 Lyon)

    URL : https://www.lyonmag.com/article/99582/lyon-les-tres-chers-tuyaux-du-chauffage-urbain

    ③ Article (Extrait) « Les dérives et les abus du chauffage urbain dénoncés : par Isabelle Rey-Lefebvre, publié le 31 octobre 2017
    Source : site web du journal Le Monde (Économie)

    Chapeau de l’article : L’association Consommation logement cadre de vie souligne l’opacité et les excès tarifaires des réseaux de chaleur.
    URL : https://www.lemonde.fr/economie/article/2017/10/31/les-derives-et-les-abus-du-chauffage-urbain-denonces_5208277_3234.html

    ④ Dossier « Coût d’investissement d’un réseau de chaleur : quelques repères » : publié le 01 octobre 2021
    Source : site web du Cerema (Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement)
    URL : https://reseaux-chaleur.cerema.fr/espace-documentaire/cout-investissement-reseau-chaleur-quelques-reperes

    ⑤ Dossier « Réseaux de chaleur » : publié le vendredi 8 juillet 2022
    Source : site web du Ministère de la Transition écologique et de la Cohésion des Territoires – Ministère de la Transition énergétique
    URL : https://www.ecologie.gouv.fr/reseaux-chaleur

  • Nos élus, consorts et spécialistes en économie d’énergie (?) victimes d’un rapport de la Cour des comptes ? : non, je plaisante… une fois de plus ! 😉 😉 😉

    ① Lire le rapport public thématique « LE CHAUFFAGE URBAIN : UNE CONTRIBUTION EFFICACE À LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE INSUFFISAMMENT EXPLOITÉE » publié en septembre 2021 par la Cour des comptes . Chambres régionales & Territoriales de la Cour des Comptes
    Nota : rapport au format .PDF = 172 pages et… bonne lecture 😉 😉 😉

    URL : https://www.ccomptes.fr/sites/default/files/2021-09/20210907-rapport-chauffage-urbain.pdf

    ② Lire aussi, l’article « Le chauffage urbain est-il avantageux ? » , publié le 31/10/2017
    Source : site web Ista (CIS ista : Comptage Immobilier Services . 91300 Massy)

    Extrait (en fin de l’article) :
    « Ajoutons que le raccordement d’un immeuble à un réseau de chaleur présente pour ses copropriétaires deux difficultés. D’une part le vote en Assemblée Générale est très difficile à obtenir, puisqu’une majorité de 75% des copropriétaires votants est requise. D’autre part les usagers en situation économique précaire ne pourront pas prétendre au tarif social du gaz, si le réseau de chaleur est alimenté par l’incinération des ordures ménagères ou par une chaudière au bois. Néanmoins, si vous êtes raccordés à un réseau de chaleur, forme particulière de chauffage collectif, pensez à exiger l’individualisation des charges grâce à l’installation de répartiteurs de chauffage.
    URL : https://www.ista.com/fr/ista/blog/le-chauffage-urbain-est-il-avantageux/

    Plus de précisions / « Le répartiteur de chauffage » (Copropriété & Habitat Social : Individualisation des frais de chauffage en immeuble collectif) via l’URL suivante :

    Nota 1 : Consulter, le guide pratique de l’ADEME + Étude ADEME « Évolutions des consommations d’énergie avant/ après l’individualisation des frais de chauffage »
    URL : https://www.ista.com/fr/chauffage/individualisation/

    Nota 2 : sur le sujet évoqué j’ai encore plus de biscuit 😉 😉 😉 mais j’hésite à diffuser encore plus d’informations, de crainte de faire déprimer les habitants des HLM du quartier Saragosse…

  • Avis de grosse canicule sur les factures de chauffage des HLM dans… les Hauts-de-Seine : encore une inflation non contrôlée ? 😉 😉 😉

    Lire l’article « Hauts-de-Seine : la facture de gaz explose pour plus de 24.000 locataires d’un bailleur social » : par Yanis Boulmerka avec Laurène Rocheteau, publié le 23/08/2022
    Source : site web de BFM Île-de-France

    Chapeau de l’article : Le bailleur social anticipe une augmentation de 66% du coût du chauffage au gaz sur l’ensemble de l’année. Une hausse qui se répercute sur les charges des locataires.

    URL : https://www.bfmtv.com/paris/hauts-de-seine-la-facture-de-gaz-explose-pour-plus-de-24-000-locataires-d-un-bailleur-social_AV-202208230678.html

    Pour se consoler (?), ces locataires devraient peut-être consulter le dossier RCU (Réseau de chauffage urbain) des HLM du quartier Saragosse à Pau et lire… l’article « Chauffage urbain » publié sur Alternatives Pyrénées ! 😉 😉 😉

    Pas vraiment raisonnable, comme suggestion de lecture, quoique… ET en prévision des économies d’énergie pour cet hiver… 😉 😉 😉

  • Et ce , c’est sans compter , la détérioration des voies de circulation . Quelle que soit la rue empruntée ou ont eu lieu les travaux ,en voiture nous sommes secoués comme dans un panier a salades Bonjour les maux de dos

    • En effet, personnellement, je l’expérimente tous les jours, et en vélo, c’est pas mal. L’état des revêtements des rues est lamentable. On dit merci qui ?

      • Le projet comme la mise en place du chauffage urbain sont en cours et rencontrent un succès de raccordement bien supérieur à ce qui était annoncé au départ et la communauté de l’agglo négocie âprement avec Engie.
        Nous subirons de toute façon une augmentation du gaz liée à la spéculation des cours internationaux ou une augmentation liée aux intermédiaires qui géreront ce circuit aux objectifs vertueux. Ce qui me semble bien c’est la recherche d’indépendance énergétique par rapport aux énergies fossiles importées. Ce qui me semble manquant c’est une intervention de l’état pour légiférer sur le prix de la chaleur. Pour ceux qui ont besoin de diplômes certifiés sur mon intervention, je suis présidente d’un conseil syndical d’une résidence paloise qui a souscrit à ce raccordement en prenant le temps d’y consacrer des lectures et des mises en perspectives comme par exemple le rapport de la cour des comptes sur le sujet au niveau national. Il me semble qu’il ne faut pas tirer trop tôt sur ce sujet même si la vigilance reste de mise.

        • … »un succès de raccordement bien supérieur à ce qui était annoncé », dites-vous. Cela veut dire quoi ?? Le sujet n’est pas là puisque le choix des sites de raccordements avait été fait avant le début de travaux. Cependant ce qu’il faut considérer c’est qu’il y a eu des promesses de Bayrou disant que ce serait moins cher et que les utilisateurs feraient des économies et ne seraient pas tributaires des fluctuations du prix du gaz. Et au résultat, des résidents des immeubles de Saragosse constatent des augmentations très importantes du prix chauffage et eau chaude.
          Voici les promesses qui leur avaient été faites par qui vous savez :
          Une énergie renouvelable à 75 %, grâce à des sources d’énergie locales, contribuant à l’économie locale. L’Agglomération va ainsi redonner du pouvoir d’achat aux locataires HLM à hauteur de 4 millions d’euros, estimation établie en fonction de l’évolution du prix de l’énergie et qui se veut très réaliste début 2020 au regard des évolutions des dernières années.
          Un prix de la chaleur maîtrisé dans le temps
          Un évitement de 20 000 tonnes par an de CO2, soit l’équivalent de 9 000 voitures
          La simplification du suivi et de l’entretien des chaufferies pour les gestionnaires des bâtiments : plus de contrat d’approvisionnement de combustibles, plus d’obligation de visites de sécurité pour la chaudière et les équipements, plus d’obligation de ramonage des cheminées
          La garantie de la continuité du service, grâce à la mutualisation de la maintenance et aux équipements d’appoint-secours prévus à cet effet.

          Oui vous avez bien lieu lu : »redonner du pouvoir d’achat aux locataires HLM ». Et aussi ; estimation établie en fonction de l’évolution du prix de l’énergie très réaliste : Ce qui suppose que des études techniques ont été faites.
          Vous pouvez parler d’augmentation du gaz liée à la spéculation des cours internationaux, à l’augmentation liée aux intermédiaires, à la recherche d’indépendance énergétique, vous faites un hors sujet.
          Je me répète pour vous et ceux qui cherchent à démontrer que le prix énergie augmente, le sujet n’est pas là. Il est dans le fait que des promesses ont été faites et, qu’à l’évidence, elles ne seront pas tenues, bien au contraire, en fait d’économies, ce seront des dépenses supplémentaires auxquelles devront faire face les habitants des HLM.
          C’est là qu’est le scandale et pas dans les arguments que vous développez.

          • M Braud : que les politiques aiment à enjoliver la réalité de leurs actions, ce n’est pas nouveau. Mais il ne faut pas non plus tomber dans le travers de l’interprétation au pied de la lettre de leurs discours au mépris de toute logique élémentaire. La promesse « ce sera moins cher avec le réseau de chaleur » est à entendre « par rapport à si vous conserviez une solution 100% gaz », et pas dans l’absolu comme si Bayrou pouvait protéger les Palois de tous les soubresauts du monde. Les premiers abonnés paient plus chers cette année ? Visiblement oui, mais peut-être auraient-ils payé encore plus cher en restant 100% gaz. Peut-être aussi les copropriétés chargent-elles indûment les locataires pour amortir les frais de raccordements (ça ne parait pas normal, mais…).

            Et peut-être également y a-t-il un vrai problème caché du réseau de chaleur qui coûterait plus cher que prévu, c’est possible. Mais en l’état il est tout à fait impossible de conclure quoi que ce soit tant il y a une superposition de cause possibles ou probables aux augmentations constatées.

          • Ah comme j’aime vos remarques !
            Il ne faut pas tomber dans le travers de l’interprétation au pied de la lettre des discours des politiques au mépris de toute logique élémentaire. Vous êtes sérieux en écrivant cela ? Autrement dit, selon vous, il faut toujours les excuser les pauvres même et surtout lorsqu’ils font des promesses que, par la suite, ils ne tiennent pas. Il a bien dit autre chose que ce que vous croyez avoir entendu et en rapportant ses propos, ce que vous omettez soigneusement de faire, je n’ai pas fait d’interprétation. Il a garanti qu’il n’y aurait pas d’augmentation et de fluctuation des prix et au contraire une baisse du coût de l’eau chaude. Bravo pour votre logique élémentaire qui considère que lorsqu’un politique a parlé, il faut interpréter ce qu’il dit toujours à son avantage et avec beaucoup de complaisance. Avec vos peut-être vous êtes formidable. En écrivant cela vous admettez être vous-même dans l’incertitude ce qui ne vous empêche pas, par ailleurs, de formuler des affirmations de manière péremptoire et de donner des leçons.
            Au fait il vous remercie de temps à autre Bayrou pour le soutien inconditionnel que vous lui apportez.
            Mettez-vous à la place des gens modeste des HLM de Saragosse qui ont cru ce qu’on leur disait et qui par la suite s’aperçoivent qu’on les a trompés. Car il est là le vrai problème. Mais vous mettre à la place des autres semble être au dessus de vos compétences.

          • Vous le dites vous-mêmes : « estimation établie en fonction de l’évolution du prix de l’énergie et qui se veut très réaliste début 2020 au regard des évolutions des dernières années. » Qui, début 2020, aurait pu anticiper une hausse brutale de 500% du prix du gaz à l’automne 2021 ?? Vous, peut-être ? Ce que vous interprétez comme une promesse n’est rien d’autre qu’une projection raisonnable (oui, raisonnable) à un instant T, ce que font en permanence toutes les entreprises pour leurs projets en interne. Le budget prévisionnel 2022 dans la mienne a été complètement rendu caduque par la hausse du prix de l’électricité (dont nous avons un gros usage) : faut-il mettre au pilori ceux qui ont établi ce budget en disant qu’ils ont menti ? C’est ridicule.

            Par ailleurs je vous saurai gré d’arrêter vos attaques personnelles à mon égard. Votre charte ne dit-elle pas « critiquez les idées, pas les personnes » ?

        • A Carola. Vous écrivez : « je suis présidente d’un conseil syndical d’une résidence paloise qui a souscrit à ce raccordement ».
          Dans un de mes commentaires j’ai posé une question qui n’a eu aucune réponse. J’ai demandé si les logements des résidences concernées disposaient d’un comptage de chaleur pour le chauffage et/ou pour l’eau chaude sanitaire.
          Depuis le 1er janvier 2022, les gestionnaires de Copropriétés ont l’obligation de poser des compteurs pour chaque logement pour le chauffage et/ou le froid ainsi que pour l’eau chaude. Avez-vous ces compteurs d’individualisation de consommation de chauffage et d’eau chaude ?
          Avez-vous aussi des robinets thermostatiques installés sur chaque radiateur ?
          D’autre part, ENGIE, dans sa pré-étude de projet, vous-a-t-il demandé ou fait dans votre résidence un bilan énergétique, ou demandé le ou les DPE de quelques logements.
          De quand date la construction de votre résidence?
          En fonction de cette date de construction, ENGIE a-t-il fait référence à la Réglementation Thermique ?

          Si les locataires trouvent la note de chauffage excessive, dans le cas de logements qui disposent de compteur de chauffage, ils peuvent toujours fermer les robinets des radiateurs et passer au radiateur électrique ou poêle à pétrole.

          • Bsr,

            Je tenais juste à réagir sur 2 points. Les tours n’ont aucun compteur individuel pour ce chauffage urbain. La plupart des tours du quartier Saragosse ont le chauffage au sol. C’est un compteur collectif aux résidences dont les factures sont éclatées sur la base des m2 des logements. Et le 2 e point, il est interdit d’utiliser le poêle à pétrole dans les logements pour motif sécurité article bail . Cordialement

        • Bjr Mme Carola,

          Avec tout le respect,
          Je serais curieuse de savoir combien vous facturez à vos résidents le contrat de chauffe. Vous êtes hors sujets le gaz n’est qu’un faux prétexte . Je me permets de vous rappeler que le chauffage urbain fonctionne en grosse partie avec nos déchets que nous payons en plus dans la TOM et dans nos charges locatives, et en plus nous faisons le tri. Le chauffage urbain devait être économique et non explosif avec un contrat de chauffe quintuplé = Engie et une consommation gaz explosive qui varie de +30% à +71% par rapport à une consommation annuelle avec chaudière collective GAZ. Si ceci n’est pas alarmant pour vous, je souhaite que ça soit de même pour les locataires de la résidence que vous représentez. Ce que je vois c’est qu’engie gagne le pactole sur le dos des locataires avec un type de chauffage que nous n’avons pas choisi et qui était censé faire des économies. Il n’ y a pas question non plus de diplôme pour moi , ce que nous voyons c’est la facture salée et réelle. Cordialement

          • Monsieur Moreau,
            Peut-être avez-vous une nourrice (ou répartiteur) installée sur une colonne commune à l’entrée de votre logement pour votre circuit de chauffage au sol ?
            Il existe d’autres systèmes de chauffage.
            Avez-vous à votre disposition l’audit thermique de votre immeuble ?

  • Vivement une réponse de la Ville !

    • Essayons de résumer la situation après l’avis de grosse canicule sur les factures de chauffage des HLM à Pau… 😉 😉 😉

      Avant d’espérer « vivement une réponse de la ville« , rappelons :

      1) que nous sommes en pleine période d’été, SAUF pour l’envoi aux habitants des HLM de Saragosse, des premières factures du réseau de chaleur urbain, scandaleusement élevées

      2) que le premier édile de la ville de Pau et les responsables de ce dossier, doivent avoir ou ont quelques hésitations pour répondre et >SURTOUT donner des explications plausibles et recevables…

      3) que l’on peut toujours rêver ou continuer à rêver ET surtout être très, très patient pour obtenir (bis repetita), des explications plausibles et recevables… 😉 😉 😉

      4) que la partie contrat d’entretien de chauffe des bâtiments HLM, est susceptible, sauf indications contraires, d’attirer ou… devrait attiser la curiosité de beaucoup de personnes…

      5) que les communications officielles de la ville sur le réseau de chaleur urbain (RCU) à Pau, ne pouvaient pas susciter de réserves de la part des habitants des HLM Saragosse, surtout, lorsqu’on (re)lit ce qui suit :

      . Article « Le réseau de Chaleur Urbain à ses premiers abonnés » : publié le 08 janvier 2020 (Site web de la Ville de Pau)
      URL : https://www.pau.fr/article/le-reseau-de-chaleur-urbain-a-ses-premiers-abonnes

      Court extrait de cet article :
      . « L’agglomération va ainsi redonner du pouvoir d’achat aux locataires HLM à hauteur de 4 millions d’euros. »

      . Article « Le réseau de Chaleur Urbain arrive dans l’écoquartier Saragosse » : publié le 11 janvier 2021 (Source : site web de la Ville de Pau)
      URL : https://www.pau.fr/article/le-reseau-de-chaleur-urbain-arrive-dans-lecoquartier-saragosse

      Courts extraits / vidéo (interview du Maire de Pau) :

      . « Les prix seront garantis pendant les décennies qui viennent… »
      . « Saragosse, c’est, je crois, un projet absolument remarquable pour tous les habitants… »

  • Michel LACANETTE.

    Maintenant reste à savoir si le réseau de chaleur de Mr Le Haut Commissaire au Plan, est réversible pour pouvoir refroidir l’ été avec l’ eau du gave, s’ il en reste encore. Car on est arrivé au point où l’ on va consommer plus
    d’ électricité en été pour refroidir qu’ en hiver pour chauffer. Isoler les maisons actuelles contre le froid n’ est peut être pas une réponse adaptée pour le chaud. Cela risque de créer plus de problèmes que ça compte en résoudre.
    Il serait peut être temps aussi de revoir notre façon de bâtir autrement que par des clapiers à lapins et des couvertures de sol par du béton et du goudron, sans quoi tous ces projets ne seront que des gesticulations politiciennes de neurones hypertrophiés par des intérêts particuliers. Dans le temps les  » pays de soleil  » construisaient des rues étroites et des maisons hautes que notre bien pensance s’ est empressée de critiquer considérant que cela était le fait  » d’ esprits fermés » , alors que cela était fait tout simplement pour se protéger du soleil et aérer les maisons par climatisation naturelle. Il serait peut être temps qu’ aussi chez nous on repense ce problème. Cela s’ appelle l’ architecture bioclimatique, mais malheureusement ne relève pas de faibles coûts immédiats, alors que le temps de nos décideurs actuels est l’ immédiateté, tout au plus un mandat. Ce qui a pour corollaire d’ engager la société dans des années d’ erreurs, compte tenu de l’ inertie administrative, alors que nous devrions être réactifs en la matière. Tout simplement, une autre façon de voir les choses que sous le couvert d’ un modèle standard imposé et pas cher sur le moment que l’ on traîne après pour des décennies.

  • La réalisation du réseau de chaleur urbain (RCU), s’est transformé en projet foireux, à… incinérer, apparemment pas une transformation réussie ! 😉 😉 😉

    Ce sont les habitants du quartier Saragosse, qui sont (seront) contents (…) après lecture de l’article suivant, sauf pour l’addition salée de l’augmentation des charges sur leur facture de consommation de chauffage, « conséquences de l’installation du chauffage collectif et plus précisément du contrat qui y est rattaché. »

    Lire l’article « Le Plan de rénovation urbaine du quartier Saragosse » : publié le 08/08/2022
    Source : site web de la Ville de Pau

    URL : https://www.pau.fr/article/le-plan-de-renovation-urbaine-du-quartier-saragosse

    A force d’articles dithyrambiques via le canal officiel de communication de la ville de Pau, ce n’est plus « Pau, Capitale humaine » mais… « Pau, la métamorphose » comme… la métamorphose du montant des factures de chauffage pour les habitants du quartier Saragosse ! 😉 😉 😉

  • « Une locataire témoigne que la partie qu’elle doit en chauffage est passée de 375 € à 607 € soit 62 % de plus à payer. »
    Pour quelle surface de logement ?
    Pour rappel : Copropriété : individualisation de la consommation de chauffage et de froid
    Vérifié le 01 janvier 2022 – Direction de l’information légale et administrative (Premier ministre)

    Tout immeuble équipé d’un chauffage collectif ou d’une centrale de froid doit avoir une installation permettant de déterminer la consommation de chauffage ou de refroidissement de chaque logement. Cette obligation n’est pas exigée lorsque l’installation est techniquement impossible à mettre en place ou qu’elle entraîne un coût excessif au regard des économies attendues.
    Arrêté du 6 septembre 2019 relatif à la détermination individuelle de la quantité de chaleur et de froid et à la répartition des frais de chauffage et de refroidissement, dans les immeubles collectifs à usage d’habitation ou à usage d’habitation et professionnel
    Dernière mise à jour des données de ce texte : 11 septembre 2019

    NOR : LOGL1909858A

    JORF n°0210 du 10 septembre 2019

    Les logements sont-ils pourvus, à l’entrée des logements, de compteurs de chaleur ou/et compteurs d’eau chaude ?

    • « Une locataire témoigne que la partie qu’elle doit en chauffage est passée de 375 € à 607 € soit 62 % de plus à payer. »
      En plus de connaître sa superficie, quel est le classement du logement de A à G du DPE si il y a eu un classement?
      Date de construction du bâtiment, année de l’installation du double vitrage, isolé pas isolé en façade, dans les combles, rez de chaussée. Ventilation statique ou simple flux.
      Raccorder des logements à un réseau de chaleur, nécessite avant tout de faire ou d’avoir fait au préalable des travaux d’isolations adaptées, non ? Question de bon sens.

  • Robert Contrucci

    Encore un projet qui fait… « Pschitt » ou/et encore une affaire de branquignols… bien évidemment responsables mais pas coupables ?!?

    Outre le décideur qui a avalisé le choix de plusieurs personnes (Conseillers… specialistes, techniciens, intervenants extérieurs et personne(s) en charge de ce dossier plus que… « fumeux » à la Mairie, la principale question (?) qui se pose encore est la suivante :

    Qui, au final, dédommagera les habitants des HLM de Saragosse, ET renflouera les caisses de la ville de Pau pour compenser les pertes ?

    P’tite précision / compensation des pertes : ce ne sera évidemment pas à la charge de la société gestionnaire de ce réseau de chaleur urbain (RCU), sauf modification ou dénonciation du contrat de gestion…
    Je pense que les contribuables de Pau et son agglomération risquent de faire les frais de cette décision et/ou choix… désastreux !

    Après, les rocambolesques épisodes CSG / Élan Béarnais, les contribuables Palois que nous sommes, peuvent être légitimement révoltés par tant de désinvolture dans la gestion de ce projet !

    Cette tromperie, si avérée, est encore plus scandaleuse que les épisodes de l’Élan Béarnais / groupe CSG…

    Comme je l’avais déjà écrit dans l’un de mes commentaires :
    « Une histoire de branquignols : Filochard, Ribouldingue and Co » : oui, comme il est écrit dans cet article, un épisode peu glorieux de ce qui pourrait s’apparenter à un scandale palois…

    À (re)lire ci-après, ou quand… l’optimisme régnait (Communication officielle de nos élus et consorts), les 4 articles suivants, d’où, j’en ai extrait quelques courts et savoureux passages… 😉 😉 😉 :

    1) Article « Le réseau de Chaleur Urbain à ses premiers abonnés » : publié le 08 janvier 2020 (Site web de la Ville de Pau)
    URL : https://www.pau.fr/article/le-reseau-de-chaleur-urbain-a-ses-premiers-abonnes

    Court extrait de cet article :
    . « L’agglomération va ainsi redonner du pouvoir d’achat aux locataires HLM à hauteur de 4 millions d’euros. »

    2) Article « Le réseau de Chaleur Urbain arrive dans l’écoquartier Saragosse » : publié le 11 janvier 2021 (Source : site web de la Ville de Pau)
    URL : https://www.pau.fr/article/le-reseau-de-chaleur-urbain-arrive-dans-lecoquartier-saragosse

    Courts extraits / vidéo (interview du Maire de Pau) :
    . « Les prix seront garantis pendant les décennies qui viennent… »
    . « Saragosse, c’est, je crois, un projet absolument remarquable pour tous les habitants… »
    .

    3) Article « Le réseau de Chaleur Urbain effectif en octobre à Saragosse – Pau Béarn Habitat » : publié le 6 octobre 2021 (Site web Pau Béarn Habitat)
    URL : https://www.paubearnhabitat.fr/actualites/le-reseau-de-chaleur-urbain-effectif-en-octobre-a-saragosse/
    Lire le paragraphe suivant :
    . « Qui en bénéficiera ? Et quand ? »

    4) Article « Agglomération paloise : le Réseau de Chaleur Urbain poursuit ses travaux » : publié le 20 août 2021 (Site web Tout Horizon, section « Énergie »)
    URL : https://touthorizon.fr/agglomeration-paloise-le-reseau-de-chaleur-urbain-poursuit-ses-travaux/#:
    Court extrait de cet article :
    . « Le réseau de chaleur urbain va nous permettre de faire le saut d’une agglomération en retard à une agglomération à l’avance en matière d’énergie renouvelable » (François Bayrou, Maire de Pau)

    Autres questions… subsidiaires :

    1) Est-ce que le Maire de Pau, Président de l’agglomération Pau Béarn Pyrénées, va oser se vanter de cette réalisation après l’avoir portée aux nues ? 😉 😉 😉

    2) Est-ce que le Maire de Pau, Président de l’agglomération Pau Béarn Pyrénées, pourra déclarer que Pau, est la première ville en France et… dans le monde 😉 😉 ;-), à avoir mis en place un réseau de chaleur… performant et bénéfique pour ses utilisateurs ? 😉 😉 😉

    À ce jour, un projet, et sauf indications contraires, pas si prometteur que prévu SURTOUT pour les usagers… = un projet à incinérer ??? 😉 😉 😉

    • Bonjour Monsieur,
      J’ai apprécié votre article et je tenais à vous informer qu’une action est à venir début septembre, on vous invite à vous joindre à nous.

  • Une fois de plus, le saigneur de Béarn dans ses œuvres charitables. On attend son discours sur ce sujet. Qui va-t-il condamner ?

  • Oui ces premières factures du réseau de chaleur Urbain sont scandaleuses comme la décision hasardeuse de confirmer le projet alors que les mauvais résultats des études de géothermie auraient dû sceller son échec définitif en 2017.
    C’est la raison pour laquelle, avec quelques élus Billiérois au sein du conseil communautaire, j’avais voté CONTRE son lancement massif.

    L’article de la République des Pyrénées est en effet précis en de nombreux points mais appelle à des compléments et des éclaircissements comme la mise en perspective que vous nous proposez par votre article.

    Ainsi, au regard des promesses de Mr BAYROU, d’une eau chauffée à 100 degrés par les fours du centre de traitement des déchets de Lescar, pour 75% , il serait bigrement intéressant de juxtaposer les consommations de gaz inscrites sur les factures des locataires victimes de cette très mauvaise farce, pour établir les raisons de ce fiasco.

    Du reste, à relire les communications officielles de la collectivité Agglo sur le réseau de chaleur, l’augmentation des prix du gaz évoquée par le directeur de PAU BÉARN HABITAT ne devrait même pas être un sujet puisque de gaz il n’est jamais question !

    Selon moi, il découle d’une vaste tromperie bien masquée par ENGIE et le président de l’agglomération qui ont présenté les deux chaufferies GAZ du réseau de chaleur comme des dispositifs de secours et de garantie de continuité du service alors qu’au vu des facturations envoyées aux locataires, elles semblent en être des éléments constitutifs principaux du maintien de la chaleur sur un circuit beaucoup trop long pour être efficient avec une eau de départ à 100 degrés.

    Quant à l’exorbitante gourmandise constatée sur le poste « contrat d’entretien chauffe » , il faudra que Pau Béarn Habitat nous explique rapidement si elle émane de sa propre responsabilité ou si elle n’est qu’une transposition de celle de la filiale d’ENGIE dénommée PAU BÉARN PYRÉNÉES ÉNERGIE SERVICES créée pour l’occasion avec l’entière complicité de la collectivité.

    Quoi qu’il en soit, ces facturations et celles qui s’annoncent pour 2022 sont inacceptables pour les habitants du quartier Saragosse déjà largement touchés par l’inflation des prix alimentaires depuis six mois. Ils n’ont en aucun cas à subir l’inconséquence des décisions du Maire de PAU , Président de PAU BÉARN HABITAT, Président de l’agglomération .

    • Bonjour Monsieur,
      Une action est à venir début septembre, on vous invite à vous joindre à nous.

    • « maintien de la chaleur sur un circuit beaucoup trop long pour être efficient avec une eau de départ à 100 degrés. »

      En un clic de deux minutes, effectivement lorsque l’on mesure la distance (France cadastre-mesure de distance) du circuit primaire entre l’incinérateur de Lescar, la chaufferie en relève de Lons et celle de UPPA, il y a plus de 9000 mètres.
      Dès le début du projet, un doute n’aurait-il pas pu s’installer dans la tête du décideur?

      Logiquement plus on est proche de la source d’énergie et plus on limite les pertes.

      Transporter de la chaleur liquide ou vapeur (on ne sait pas trop bien à Pau), avec une température de départ de 100°C, dans un réseau enterré avec des tuyaux isolés en polyuréthane, la perte de chaleur est de 1°C/100 mètres.
      Le site « d’ENGIE solutions » présente, succinctement, le projet avec une chaufferie d’exploitation de 30Mw, avec 3 chaudières de 9Mw et une de 3Mw. Cependant rien n’est dit sur les pertes de chaleur sur les 9000 mètres de réseau primaire (réseau bleu 2020-2021) les x mètres de réseau vert (2021-2022) et x mètres de réseau rouge (2022-2023).

      Ces tuyaux étant maintenant faiblement enterrés, il serait intéressant, en hiver, d’en connaître leurs déperditions par caméra thermique en vue aérienne.

      Pour tout transport d’énergie il y a des pertes comme par exemple en électricité :
      50% de l’électricité transportée est perdue par effet joule sur 1500km soit 1400Mw environ sur tout le réseau français.
      Tout le réseau électrique européen est interconnecté, quelle est la part de pertes par effet joule de toutes ces interconnexions qui sont exportés ou importés, selon les besoins, sur plusieurs centaines de km ?

      A Pau, attendons 2023 lorsque tout le réseau de chaleur sera connecté, la note sera-t-elle en baisse ou en hausse ?
      Ces grosses entreprises qui surfent sur la phase du « développement durable à toutes les sauces » ne profitent-elle pas, de la naïveté de certains politiciens et de l’instant présent de l’urgence et l’angoisse climatique en manipulant les chiffres et les idées parfois pas très lumineuses ?

      Tout ces projets de mégas centrales solaires, gigantesques éoliennes, bio masse etc… ne demanderaient-elles pas plus de réflexions en y associant la société civile avec ceux qui devront gérer nos erreurs.

      • + que les questions d’équipements individuels des logements qui n’ont en rien changé depuis l’année précédente , c’est bien sûr cette question de la distance de la source de chaleur d’origine du réseau de chaleur qu’apparaitront les véritables causes ou explications à cette dérive hautement prévisible des factures de chauffage.
        Merci à vous d’avoir apporté cette intéressante contribution qui démontre pour les sceptiques éventuels du moment à propos de l’utilité et de la pertinence de ce site,
        qu’une expression d’arguments sur les questions énergétiques peut aussi être tout à fait juste sur ce site et digne de compétence afin d’enrichir le lecteur d’éléments d’éveil à sa réflexion propre.

        Ceci étant dit au passage et au vu des éléments précis que vous nous délivrez, vous avez raison de vous demander pourquoi le décideur n’a pas mis sa capacité de doute en éveil au début du projet ?
        C’est bien ce que l’opposition avait tenté d’exprimer au moment du vote d’engagement des budgets nécessaires au lancement de cette affaire. Il n’y a de pire sourd que celui qui ne veut rien entendre ….

        Et pour anticiper les habituelles démonstrations de mauvaise foi de notre Maire qui ne manquera pas de tenter d’échapper à ses responsabilités en pointant le doigt sur ses prédécesseurs, Je rappellerai que FONROCHE, entreprise à l’origine du lancement des études de géothermie sous couvert de l’ademe et du ministère de l’industrie sous gouvernement FILLON, avait mis en avant des potentialités de ressources souterraines d’eau chaude au niveau de «PISSARD SANTARRELLI et du secteur du stade Gérard Forgues de LONS , ce qui semblait à l’époque bien plus crédible en terme de faisabilité d’un réseau de chaleur urbain que les 9000 mètres de distance du site de LESCAR validés en 2018-19 par François BAYROU et sous la seule et unique responsabilité des élus qui ont voté POUR !

        Pour ce qui est des grosses entreprises de l’énergie qui se jouent de la naïveté des politiques pour faire du Méga business sur le dos des contribuables, je crains que le petit exemple local de Fonroche suivi de celui de ENGIE est malheureusement transposable aux niveaux les plus élevés de la Nation sur des dossiers très en vogue comme celui de l’hydrogène par exemple. Personnellement, ma conviction est faite à ce sujet . A chacun de s’y intéresser et de s’en faire son idée.

        • Merci Monsieur DUCHATEAU.
          Dans le document de présentation (https://www.rezomee.fr/agglo-pau/votre-reseau) il a été oublié le plan de réseau bleu 2020-2021 qui fait parti des 44km du réseau de chaleur et de ses169 sous stations de relevage. Rien que ça !
          Il y a beaucoup de bâtiments qui datent des années 1960-1970-1980 avec des performances énergétiques de « passoire thermique ».
          Y-a-t-il eu un audit thermique de tout ces bâtiments administratifs et logements qui seront raccordés ?
          Un plan de patrimoine de travaux pour plus de « sobriétés énergétiques » est-il ou sera-t-il engagé pour ces mêmes bâtiments raccordés.
          « L’exemplarité » de la rénovation de la Mairie de PAU de 2015 ( lire article AP du 25 juillet 2022) sera -t-elle le fil conducteur pour plus d’économies d’énergies dans ce patrimoine ancien ?
          Sur le site, le lien « votre réseau de chaleur » ,  » suis-je raccordable », les maisons individuelles qui peuvent être raccordées sont-elles soumises à l’obligation de travaux d’économie d’énergie et donc entre autre d’isolation de façade. Question d’équité !

          Pour rappel, depuis le premier choc pétrolier de 1973, il y a eu 6 règlementations thermiques : RT 1974- 1988 – 2000 – 2005 -2012 -2020. Le 1er juillet 2021, les DPE habitations ont été encore renforcés, rétrogradant d’une case la classe d’énergie du logement.
          Une TVA à 5.5% est appliquée pour les factures de chauffage et eau chaude. Au nom de l’équité énergétique cette même TVA ne pourrait-elle pas être appliquée pour tous les logements de classe énergie A avec un GES de A ?

      • Les pertes par effet Joule sur le réseau électrique français ne sont que de 3% de la consommation totale (source RTE). Une interconnexion à large échelle (à l’échelle européenne) ne signifie pas que l’électricité est transportée sur de très longues distances pour autant. L’interconnexion avec l’Allemagne par exemple sert principalement à alimenter les zones frontalières, dans un sens ou dans l’autre, et Pau n’est jamais alimenté par une centrale allemande.

        Concernant la pertinence du réseau de chaleur de Pau je ne me prononce pas, néanmoins évoquer simplement sa longueur de 9000m depuis la chaufferie principale ne suffit pas à le disqualifier : le diamètre des tuyaux (et bien évidemment leur isolation) est un paramètre tout aussi important (un tuyau de 20cm de diamètre a deux fois moins de pertes thermiques qu’un tuyau de 10cm). Sans pouvoir le vérifier, je suppose que le réseau dit « de transport » (en violet sur vos plans) a été dimensionné en conséquence.

        Enfin, sur le sujet initial, il me semble que jusqu’à février 2022 les réseaux de chaleur ne bénéficiaient pas du blocage du prix du gaz. Même si le gaz n’intervient à qu’à hauteur de 25% de la production de chaleur, cela a pu avoir un impact non négligeable, sachant que dès l’automne 2021 le prix non bloqué était en hausse de 250% par rapport à 2020. A vérifier, mais cela suffirait largement à expliquer le « scandale » que vous dénoncez (et qui n’en serait en fait pas un).

        • Sauf que l’augmentation du prix constaté par les habitants des différentes tours du quartier Saragosse porte uniquement sur la tarification du contrat et pas du tout sur le prix du gaz.
          Tiens, une idée, allez vous planter au milieu du quartier en question et dites leur haut et fort qu’ils ne sont pas victimes d’une augmentation exagérée du prix de leur fourniture en chaleur.
          Vous verrez bien…

        • Mr, laissez-moi vous dire qu’ un contrat qui se quintuple en une année et une augmentation de + 10000e voir 15000 e dans certaines tours en gaz en une année pour 3 mois de chauffage urbain par rapport à une année 2020 que les tours étaient chauffées avec une chaudière collective et bien ça fait mal au derrière en restant poli. Nous avons pris une augmentation entre 60% voir 118% sur une tour. Alors si ceci pour vous n’est pas scandaleux ou explosif comment l’appelez- vous?
          L’augmentation du gaz est qu’un faux prétexte.

        • Merci Mr Braud.

        • La distance de 9000 mètres n’est pas du tout la seule raison évoquée Mr CABRERA dans les différentes interventions. Il a été évoqué les 100° au départ des 9000 mètres de parcours, les chaufferies gaz présentées officiellement comme des dispositifs de secours et de garanties et le projet initial de géothermie.
          Sachant que ce dernier s’appuyait sur des réserves supposées gigantesques d’une eau à 180° avec une distance de 4500 mètres et des études générant des gains de coûts de l’ordre de 10 % pour le consommateur final, il ne m’est point besoin de m’appuyer sur les compétences de mon grand oncle autrefois directeur de centrale supelec Rennes pour venir émettre de très sérieux doutes sur la pertinence des choix que l’agglomération de PAU à cru bon de décider sur la foi des seules promesses de la société ENGIE émises dans un cercle si restreint que ce début de conséquences financières ne m’étonne malheureusement en rien et ne doit pas étonner non plus quelques cadres territoriaux soigneusement oubliés dans le processus de décision. Ceci étant dit, j’attends comme vous sans doute, avec impatience les explications officielles au regard de ce qui avait été présenté comme une solution d’avenir exceptionnelle qui engendrerait « des économies de 4 Millions d’€uros pour les Palois » dixit ! L’utilisation du gaz pour les 25% que vous évoquez n’avait fait l’objet d’aucune communication de la part des élus comme de la collectivité, soit dit au passage puisqu’il n’était question que de dispositifs de secours et de garanties. Je me répéte pour que vous puissiez vérifiez par vous même le contenu des liens officiels diffusés dans les premiers commentaires de cet article qui en attestent . Les ignorer volontairement dans la recherche de vérité serait un signe pas très objectif, voir partisan me semble t’il.
          Donc partant de là, les calculs tentant de s’appuyer sur les fortes augmentations des prix du gaz pour justifier ces injustifiables factures révèlent autre chose que le temps établira. A moins que l’on vienne nous expliquer que les consommateurs du réseau de chaleur sont appelés désormais à payer doublement le gaz des fours de Lescar qui l’était jusqu’ici dans le cadre de la TOM ( taxe d’ordures Ménagères) … Patientons encore un peu !

          • À MM Braud et Moreau :

            Je conçois bien qu’il soit désagréable de voir des factures doubler d’une année sur l’autre, mais je ne vois pas comment vous pouvez affirmer avec autant de certitude que l’explosion des prix du gaz sur le marché n’a pas eu d’impact sur le coût de la chaleur distribuée dans le réseau palois, sachant que sur ce réseau il y a une chaufferie à gaz. Pour ma part en tant que particulier chauffé au gaz dans une maison individuelle, mes factures de l’hiver 2021-2022 ont bondi de 100% par rapport à l’hiver précédent ; et encore suis-je protégé par le blocage des prix du gaz qui a limité les dégâts. Comme je l’ai écrit plus haut le blocage ne s’appliquait pas initialement aux réseaux de chaleur, et là c’est une augmentation du prix du gaz de 500% qu’il y a eu d’une année sur l’autre : même si le gaz n’est utilisé que pour 25% de la production de chaleur, une augmentation de 500% peut facilement expliquer le doublement des factures.

            Ce n’est peut-être pas du tout cela, mais au moins je cherche une explication plausible plutôt que simplement rester sur une posture d’indignation. Et mon explication me parait d’autant plus plausible après avoir lu ceci : https://www.ecologie.gouv.fr/face-laugmentation-du-prix-du-gaz-naturel-bouclier-tarifaire-est-etendu-lhabitat-collectif . Ce lien confirme que les réseaux de chaleur ont payé le gaz plein pot l’hiver dernier, et que l’état va appliquer rétroactivement le blocage en remboursant la différence entre le prix bloqué et le prix payé. Les gestionnaires des réseaux de chaleur devront ensuite rembourser leurs clients (copropriétés), qui à leur tour devront rembourser les occupants des appartements.

            À M Duchateau :

            Tous les liens sur les sites de la ville (y compris celui posté par « pécé ») mentionnent que la part d’énergie renouvelable sur le réseau de chaleur est (ou plutôt sera à terme) de 75%, fournis par l’incinérateur de Lescar et la chaufferie bois de Lons. En creux cela signifie forcément que les 25% restants sont fournis par du non-renouvelable, qui ne peut être que la chaufferie gaz de l’UPPA. Ce document de 2020 le dit même beaucoup plus clairement : https://www.pau.fr/allmedias/docs/20200529-DP-1e-pierre-RCU-vf.pdf

            « La première source d’énergie renouvelable sera issue du traitement des déchets ménagers de l’usine d’incinération de Lescar, pour 50 % du mix énergétique.
            25 % seront issus d’une centrale biomasse, qui sera construite prochainement à Lons.
            Les 25 % restants seront fournis par le gaz, dont la souplesse d’utilisation permet d’assurer l’appoint et le secours de tout le réseau sans rupture de service. 2 centrales seront construites, pour un maximum de
            souplesse : une sur le site de l’UPPA, et une à Lons »

            Il est donc inexact de dire que cela n’a fait l’objet d’aucune communication, ni qu’il n’était question que de secours (l’appoint étant clairement mentionné, avec une prévision de 25% en moyenne sur l’année).

            Notons aussi que la centrale de bois de Lescar n’était pas encore en service durant l’hiver dernier, donc que la part de gaz était sans doute plus élevée que 25% pour compenser.

            Je ne sais pas ce qui était prévu au départ avec la géothermie, mais il existe beaucoup de réseaux de chaleur qui n’utilisent pas du tout de géothermie. Pau n’est donc pas une étrange exception. Le blocage des prix du gaz ne sera pas éternel, et quand il prendra fin il est prévisible qu’être raccordé au réseau de chaleur sera un avantage indéniable, car dépendre du gaz à 25% c’est toujours mieux que d’en dépendre à 100%.

          • Et des engagements/promesses de François Bayrou, vous en dites quoi?
            – que c’est le rôle d’un politique de faire des promesses.
            – que les promesses n’engagent que ceux qui y croient.
            – qu’en raison de la grande considération que vous lui portez, il n’est pas question que vous le critiquiez.
            – qu’il aurait dû mieux se renseigner sur l’évolution du prix du gaz avant de décider de mettre en place le réseau chaleur urbain.
            Parce que c’est dans le discours de Bayrou pour présenter le projet que se trouve le noeud du problème et le véritable scandale. Aussi maintenant, il évite avec grand soin de répondre aux habitants du quartier

          • Il est assez désagréable de se voir accusé d’un discours non sincère car supposément motivé par une « grande considération » portée à Bayrou (dont je n’ai par ailleurs que faire). Ce n’est pas une façon de débattre.

            Il n’y a pas de scandale dans la présentation du projet, pour ce que j’en vois. D’une part parce qu’il est déloyal et même surréaliste de reprocher à quiconque (Bayrou ou autre) de ne pas pas avoir prévu plusieurs années à l’avance que le prix du gaz sur le marché libre allait subitement exploser (+500%) pendant l’hiver 2021/2022 à cause d’une guerre en Ukraine, et d’autre part (et surtout) parce qu’au contraire vu la situation actuelle il faut justement se féliciter qu’un tel projet ait été lancé !

            Je le répète : même si ce réseau dépend à 25% du gaz, c’est toujours mieux que d’en dépendre à 100% comme quand on a une chaudière à gaz individuelle (ou collective dans le cas d’un immeuble). La facturation de l’hiver dernier résulte d’une distorsion du fait d’un blocage des prix qui n’était pas appliqué à tout le monde; c’est désormais corrigé.

        • A Monsieur Yves CABRERA.
          Vous écrivez dans votre commentaire : « et Pau n’est jamais alimenté par une centrale allemande. »
          Vous ne relevez pas le débat en écrivant une telle ânerie. Cela faisait longtemps que je n’avais pas lu ça depuis l’idée, il y a quelques années, de transporter de l’électricité depuis le Sahara parce qu’il y a beaucoup de soleil ! La technique sur de longues distances sans perte existe mais a un prix très élevé.
          Lorsque le bassin de consommation Palois n’a pas assez d’électricité hydraulique, il se tourne vers la production du nucléaire de BRAUD St LOUIS (260kms) qui alimente toute l’Aquitaine ou de GOLFECH ( 200kms) qui alimente le Tarn – Tarn et Garonne- Haute Garonne – Lot etc…
          Il y a les échanges transfrontaliers dans les deux sens, le Pays basque comme les Pyrénées Atlantiques sont alimentés en électricité éolien, éoliennes implantées par plusieurs centaines en Galice à plus de 500kms.
          C’est ça la solidarité énergétique en matière d’électricité.
          Espérons que cela soit aussi vrai pour le gaz Russe qui ne sera pas coupé pour la HONGRIE par le grand ami de Victor ORBAN ou pour les Italiens en septembre, ça sera un nouveau test de la solidarité européenne des 27.

          • Peut-être pour mieux se comprendre dans ce débat qui tangue vers un dialogue de Sourds, faudrait il repartir de l’extrait de l’article du 2 août de la République des Pyrénées qui précise que c’est la partie contrat de maintenance chauffage qui explose de 391% pour certains bâtiments bien plus que celle du gaz.. c’est quand même très très contradictoire avec la promesse rappelée et citée mot pour mot par MR Braud ! Ne peut on simplement en convenir en attendant les explications officielles ?

            Pour le gaz, sa présence était inscrite en creux pour le moins
            ( secours et garantie) dans 4 communications sur 5 et en appoint dans une ( ce qui reste une notion bien vague pour qui serait scrupuleux d’exactitude ) . L’unité biomasse ( ou bois ) de Lescar ne devant être opérationnelle que dans un second temps, on peut imaginer que les deux chaudières Gaz ont dû constituer 50% de la chaleur pour le démarrage du réseau en 2021 ? …
            Sauf que le conflit en Ukraine ne s’est déclaré qu’en Février 2022 au passage et que les factures 2022 ne sont pas encore parvenues aux locataires.
            Cumulée à l’autre information livrée par Mr Cabrera sur les avances au prix fort des coûts du gaz avec rectification ultérieure, ça peut toutefois commencer à ressembler pour partie à une explication de la situation.
            Pour la partie maintenance chauffage, là, ça reste un mystère que pour le moment, je ne m’explique que par l’inadéquation structurelle du projet réel en opposition au projet romancé par les voix officielles .

          • M Duchateau, vous avez bien sûr raison : la guerre en Ukraine n’explique pas les prix de 2021, j’ai amalgamé trop rapidement les causes. Néanmoins, pour d’autres raisons les prix du gaz ont effectivement explosé dès l’automne 2021, avec un prix qui flirtait déjà avec les 100€/MWh en octobre 2021, contre moins de 20€ les années précédentes. Voir le graphique au milieu de cette page : https://www.lalibre.be/economie/conjoncture/2022/03/07/record-pour-le-prix-du-gaz-europeen-qui-franchit-la-barre-des-300-euros-par-megawattheure-ce-lundi-G3SNEW35QBEPBORUKVGUR33NCI/ .

            Dans un de vos autres messages vous faites un parallèle entre le réseau de chaleur et le bus à hydrogène : il n’a pas lieu d’être. Autant déployer des bus à h2 est un test industriel, autant les réseaux de chaleurs existent depuis longtemps. Et autant on pouvait anticiper à priori l’absurdité d’une double conversion électricité/h2/électricité au niveau rendement, autant il est à priori vertueux de chercher à utiliser la chaleur produite par un incinérateur (au demeurant il me semble qu’il y a aujourd’hui obligation de le faire, bien que je ne connaisse pas les détails pratiques et la portée de cette obligation).

          • M Pécé, je vous remercie pour les « âneries » que je profère selon vous. Décidément ça a l’air difficile de discuter ici. Où ai-je écrit qu’il n’y avait pas d’échanges transfrontaliers ?? Convenez par contre que Golfech (200km), Le Blayais (260km) ou au pire la Galice (500km) ce n’est pas l’Allemagne et ses 1000km à 1800km depuis Pau.

    • Monsieur DUCHATEAU, merci pour votre soutien, un article va paraître samedi 3 septembre sur le journal la republique papier, ce soir ce n’est que sur le site internet, la encore nous apprécions votre implication. Pour faire suite au message de Mme ZARAGOZA, une date à été arrêtée pour notre manifestation, ce sera la samedi 10 septembre à 10h30 place Laherrère, nous serions ravis de vous compter parmi nous.

      • Merci à vous. Les gaspillages d’argent ou de biens dans la gestion publique locale doivent être dénoncés parce qu’ils mènent toujours à des injustices directes ou indirectes pour les habitants qui se traduisent soit par des réductions de service, soit par des hausses tarifaires. Le réseau de chaleur a été monté sans assurance démontrée d’un effet économique bénéfique pour les habitants et sans connaître l’origine intégrale de la chaleur et donc de son coût final . Cela s’appelle de la gestion au doigt mouillé ou au « pifomètre » si vous préférez.. Ici le résultat est particulièrement immédiat et visible .
        D’autres décisions comme le choix hydrogène pour les bus, très onéreux et pas écologique du tout contrairement aux apparences, aboutissent à des réductions de fréquences pour les usagers, des baisses de rémunération importante pour le personnel ainsi que des conditions de travail dégradées. Le résultat est plus lent à percevoir mais dans les 2 cas il représente un net recul pour les gens et je note que dans les deux dossiers ENGIE est le partenaire choisi par l’autorité locale . Dans quelles conditions de marché public pour le RCU d’ailleurs ?
        C’est le devoir de chacun de s’intéresser à ces sujets qui nous concernent tous et de combattre ces décisions néfastes pour le bien commun. C’est pourquoi je serai là le samedi 10 Septembre .

  • Merci pour votre soutien. Très bel article de même.

  • Merci pour ce magnifique article, et votre soutien.
    Locataire d’Arbizon il est vrai que l’angoisse est présente depuis l’arrivée des charges.
    Encore merci.
    Je suis désolée de m’être trompée sur la note, mauvaise manipulation.je vous note 10 sur10.

  • Très bel article, j’aime beaucoup la patate chaude, merci pour votre soutien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *