Questions diverses…

2.8
(130)

« J’ai déjà eu l’occasion de me questionner sur les compétences des auteurs d’articles sur les questions d’énergie » nous dit M. Cabrera dans un précédent commentaire. C’est en effet une réflexion à prendre en compte et cela pose la question même de la pertinence de ce site pour une part de ses contributions : Peu de recul sur ce que nous assènent les médias et tout simplement peu d’esprit critique. Les domaines scientifiques voir macro-économiques ou techniques sont devenus si complexes que tout point de vue, toute suggestion s’apparentent souvent à un simple propos de comptoir. Ceux qui s’y risquent le font avec une légèreté souvent déconcertante et un aplomb parfois désarmant.

Il faudrait donc « vitupérer l’époque » (comme le disait Aragon), dispendieuse, suicidaire et de toute manière sans avenir. On retrouve sous la plume de certains de nos contributeurs le refrain des tenants de l’écologie punitive dont les porte-drapeaux sont les maires de Bordeaux, Lyon, Grenoble et les prédicateurs les Sandrine Rousseau, Aymeric Caron et autres Nupes avides de voix lorgnant sur une jeunesse qui questionne le monde -démarche légitime et saine.

Il est facile d’apporter des réponses toutes faites à ces angoisses générationnelles. Il est facile de prêcher la contestation radicale, le soulèvement permanent : il faut tirer la nappe nous disent les Nupes et -si je les comprends bien- ceux qui monopolisent ces colonnes et reprennent l’antienne anti-science, anti-élite, anti-gouvernement et anti-état de la plupart des médias ; propos colportés, amplifiés, souvent en exagérant encore le trait, par les réseaux sociaux.

 N’y a-t-il pas eu des précédents en effet ? Mai 68 n’est pas si loin : la nostalgie du romanesque, des barricades et des monômes est toujours présente chez ceux qui ont vécu ces journées de printemps et, plus encore, chez ceux qui ne les ont pas vécues mais qui en ont tant entendu parler. Pourtant quand ont fait le bilan, sans cracher dans la soupe, il ne reste pas grand-chose de concret de ce moment sanctifié par les médias, et ses « meneurs » sont tous rentrés dans le rang. Dany Cohn Bendit, rangé des voitures, devenu  macronien malgré son algarade avec Bayrou, en est  l’exemple type. Il reste, oui c’est vrai !, la chaleur du printemps, le souffle des grenades lacrymogènes –la révolution sans morts ni blessés graves, c’est beau mais rare-, l’élan lamartinien, le souvenir brûlant des amours interdits comme le dépeint si bien Bertolucci dans les « Innocents » revu sur Arte ces jours derniers… De concret quoi ?

Désormais donc, ici, sur ce site, on spécule sur des énergies qui pourraient sauver la planète de sa disparition imminente. Chacun y va de sa solution miracle : l’éolien, le solaire, que sais-je encore, ces solutions sont présentées comme nouvelles c’est l’essentiel (solutions anciennes, en fait, pourtant). Pendant ce temps, l’Allemagne, grande nation au poids économique déterminant, fait son coming out sur le nucléaire et reconsidère une option prise un peu rapidement sans doute –les citoyens en conviennent eux-mêmes. La question de l’indépendance énergétique revenant, dans ce pays, au centre du débat mené par un premier ministre social-démocrate allié à des écologistes censés qui ont accepté, sans renâcler, l’augmentation très forte du budget de l’armée face à la montée des dictatures –danger avéré pour le coup. En France, à gauche, le « guedisme » ayant triomphé sous l’égide de M. Mélenchon de la ligne de Jaurés, ce sont les solutions extrêmes et souvent irréalistes qui prévalent ; la protestation prend le dessus sur la proposition.  

La question du climat qui est devenue un let-motif commode, un gri-gri mis à toutes les sauces, revient régulièrement sur Alternative. Ce matraquage est habilement récupéré par les marchands du temple pour vendre leurs salades (cf. la pub pour les voitures électriques). Restons modestes : qui lit les rapports de 2000 pages du Giec ? Tout le monde se réfère à ce nouvel évangile, ce « Good book », sans savoir réellement ce qu’il contient et en tire des conclusions hâtives et, plus grave, définitives. C’est en quelque sorte « Le capital » de Marx que tout le monde évoque ( bien qu’il ne soit plus à la mode) sans jamais avoir lu le premier paragraphe du premier tome de cette somme énorme et indigeste.

Ce n’est pas le fond que nous contestons ici mais la méthode : ces solutions toutes faites sont bien vite assénées et comme le dit avec modération -elle s’impose- M. Cabrera : « J’ai déjà eu l’occasion de me questionner sur les compétences des auteurs d’articles sur les questions d’énergie ». Car restons lucides, pour évoquer Jack Kerouack un auteur relu durant ces soirs d’été, emblématique de ce désir de liberté et de fraternité de la jeunesse: « Nous mourrons tous. Et les étoiles s’éteindont les unes après les autres« .

Pierre Michel Vidal

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 2.8 / 5. Nombre de note : 130

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

10 commentaires

  • Lorsque les esprits s’échauffent quelque peu, il n’est pas inutile de rappeler les principes évoqués dans notre charte à propos du forum :
    Règles du forum

    1. Participez aux discussions. Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l’intéressent, et à faire profiter l’ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

    2. Partagez vos connaissances. Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d’expertise des articles.

    3. Échangez vos idées. Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

    4. Faites preuve de tolérance. Qu’il s’agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d’entraide.

    5. Restez courtois. Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

    6. Publiez des messages utiles. Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d’humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

  • Merci, messieurs. Je lis ici des propos qui se veulent sages. N’oubliez-vous pas que la notion essentielle qui sous-tend tout comportement, tout acte, toute décision, est le « respect », avec un grand R ? Comment voulez-vous voir les élites, les décideurs, les politiques, les financiers, et vous-mêmes peut-être, respecter les gens, les animaux, les végétaux, les réserves minérales et l’atmosphère si, à la base, ils ne respectent pas leur famille, leurs parents. Là, c’est un fait aisément prouvable et prouvé, depuis environ soixante ans, sans discussion. Cette situation est normale, car la société humaine est, à cause du progrès technologique constant, constituée surtout de personnes de plus en plus centrées sur le besoin d’assouvir leurs désirs. Sachons nous souvenir de la formule qui dit : »Un fait n’a pas de MAIS. », pour ne pas nous trouver des excuses humaines, pour des constats scientifiques.

  • Article pas inintéressant! voulait-il évoquer le « guesdisme » et non le « guedisme »

  • C’est l’autruche qui écrit, la tête dans le sable : « La question du climat qui est devenue un let-motif commode, un gri-gri mis à toutes les sauces, revient régulièrement sur Alternative. »

  • Il fallait oser écrire :  » La question du climat qui est devenue un let-motif commode, un gri-gri mis à toutes les sauces, revient régulièrement sur Alternative » , « ce matraquage »…
    L’autruche M. P-M. V. l’a fait !

  • Qui veut « sauver la planète des sa disparition imminente »?
    Comme le dit Aurélien Barrau (à chacun ses références), il n’y a aucun risque de disparition de la planète, la planète continuera avec ou sans nous…(dilemme à l’origine de l’écologie punitive de P.M. Vidal).
    Quant à l’amélioration des compétences des auteurs d’articles sur l’énergie, on pourrait leur recommander, ainsi qu’aux lecteurs d’AP, le site de l’ADEME(Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie); l’ADEME est un établissement public.

  • Qui est ce Monsieur Cabrera, j’en ai trouvé plusieurs sur internet?
    Ah! La compétence! La critique est aisée mais l’art est difficile!
    Par contre on est vraiment sensible à la qualité de l’écriture.

    Remarque; Jack Kerouac, toujours dans l’incapacité de faire du sport, décide de faire le tour des États-Unis avec ses amis. Menant une vie dissolue faite de drogues et de road-trips.
    Est-ce cela la manifestation « de ce désir de liberté et de fraternité de la jeunesse »?

    • Pierre-Michel Vidal

      La description de la vie de Kerouack par Vallet c’est comique. « Fallait oser » comme l’écrivent les champions de l’intolérance qui s’expriment ici.
      Pour ma part je ne traiterais personne d' »autruches » ou d’autres noms d’oiseaux. Un peu de retenue SVP! La modération et l’écoute mutuelle devraient être la ligne directrice de ce lieu d’échange qui se dégrade (hélas!) par la faute d’une minorité active et parfois brutale dans son expression.
      Il en est ainsi de la société dans son ensemble: le temps des anathèmes est revenu et il y a des dogmes désormais intangibles. Pour ma part je suis adogmatique sur tous les plans et j’admets des points de vue différends à condition qu’ils soient argumentés (ce qui souvent n’est plus le cas sur ce site).

Répondre à DUDULE Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *