EDF championne française ou championne du fiasco ?

4.9
(65)

Je ne répondrai pas à cette question. Mais nous sommes à l’ère du « en même temps » et il vous faudra vous contenter d’un titre à double entrée. En effet, je ne suis pas un expert en matière se soudure et d’étanchéité pour vous assurer que les problèmes techniques affrontés par EDF sont bénins ou gravissimes, mais les retards et les augmentations énormes des coûts ont de quoi alerter. Je ne suis pas non plus un expert en matière juridique pour trancher dans la réclamation récente faite par EDF auprès de l’État, donc des contribuables, de quelque 8 milliards d’euros afin de compenser les pertes de ses concurrents suite au gel du tarif de l’électricité pratiqué par EDF sur injonction du gouvernement qui fausserait la concurrence. La somme est coquette, de l’ordre du coût pour les salariés du public du défaut de rattrapage des salaires sur l’inflation. A priori, la requête d’EDF est fondée, mais le propriétaire d’une entreprise doit pouvoir baisser ses tarifs s’il le veut. Or l’État est jusqu’ici le propriétaire de la quasi-totalité de l’entreprise et de ses filiales. Cela va changer, mais prétendre que ce sera un bien pour les contribuables serait risqué si l’on pense à ce qui s’est passé pour la SNCF, Alstom ou d’autres grandes entreprises comme Arcelor.

A la demande d’un ami, penchons-nous plutôt sur l’action, ou plutôt l’inaction de Enedis, la filiale d’EDF chargée de la distribution, et des raccordements au réseau. Cet ami a investi plusieurs milliers d’euros pour équiper sa toiture de panneaux photovoltaïques. Mais depuis plusieurs mois il attend que le raccordement au réseau lui permette de profiter de sa production, ou du moins de la partie de sa production qu’il ne consomme pas. Car bien sûr, ses panneaux orientés à l’est produisent essentiellement le matin et ne produisent rien le soir. Ce qui n’est pas consommé devrait être racheté par (une autre filiale d’) EDF, mais ne l’est pas, alors que le rayonnement est important en ce moment, pour des raisons d’engorgement (?). Or ce type de raccordement est essentiellement une question administrative et de contrôle et ne nécessite pas de travaux. Si Enedis manque de personnel, ne devrait-elle pas embaucher ? Après tout, c’est le gouvernement qui veut plus d’économies en matière de consommation d’énergie et plus d’indépendance quant à l’approvisionnement, et si les citoyens suivent, faut-il le déplorer ? Or EDF semble tout faire pour ralentir les efforts des particuliers sensibles aux recommandations de la puissance publique. Le rachat à moitié prix du surplus, et sans indexation, est déjà fort discutable (voir plus haut l’argumentation d’EDF) alors qu’EDF paie le prix fort aux fournisseurs étrangers. Par ailleurs, l’aide à l’installation de panneaux n’a rien de très mirifique (moins de 250 euros par an pendant 5 ans soit environ 2 % de l’investissement), contrairement à certaines annonces sur internet, y compris d’EDFenr. Tout cela est bien loin d’une incitation ! Mais ajouter une spoliation pour des raisons d’incapacité à faire le nécessaire, c’est le comble ! Il serait intéressant de savoir si la situation est la même dans d’autres régions que le sud-ouest. Pour les fondamentaux, tout laisse à penser que c’est le cas. Ce site encourage la contradiction si vous avez des éléments plus réconfortants et la question a son importance pour les citoyens.

Paul Itaulog

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 4.9 / 5. Nombre de note : 65

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

8 commentaires

  • Jean-François de Lagausie

    Et l’EPR de Flamanville ? C’est pour cette année ou pour l’année prochaine ?

  • Vous risquez de penser que je vous en veux…

    « Le rachat à moitié prix du surplus, et sans indexation, est déjà fort discutable alors qu’EDF paie le prix fort aux fournisseurs étrangers »

    Vous ne pouvez pas comparer un prix de rachat fixe et garanti à long terme avec le prix auquel EDF achète sur le marché : ce dernier n’est pas systématiquement « fort » mais est au contraire éminemment variable suivant la saison, le jour de la semaine, et l’heure (et actuellement suivant la conjoncture internationnale). Par ailleurs quand vous parlez de rachat « à moitié prix » c’est je suppose en comparaison d’un contrat de revente totale. Vous avez apparemment choisi un contrat de d’autoconsommation avec revente du surplus : en moyenne les moments de surplus sont justement ceux où la demande générale est faible et où le prix du marché est dans les points bas. Il est donc logique que le prix de rachat soit moins favorable.

    Quant aux aides, 1250 € c’est à peu près ce qui est annoncé sur les sites officiels pour une installation de 3 KWc. Une telle installation revenant de l’ordre de 10.000 €, cela fait plus de 10% de subvention, pas 2%.

    • Vous avez raison. Mais celui qui envisage une installation photovoltaïque voit essentiellement qu’il sort de sa poche environ 10.000 euros et que l’aide ne lui apportera que 200 ou 250 euros dans l’immédiat (enfin, ce que les filiales d’EDF appellent l’immédiat…). Au total c’est bien 10%, mais sur 5 ans. Est-ce l’aide mirifique qu’annoncent certaines publicités? Je ne crois pas. Ce qui n’empèche pas de trouver appréciable une réduction de sa consommation et de la dépendance du pays aux ressources fossiles.

      Certes on ne peut comparer « un prix de rachat fixe et garanti à long terme avec le prix auquel EDF achète sur le marché ». Mais le citoyen moyen, qui ne connait pas nécessairement les prix du marché, heure par heure sait que ce qu’il paie à son fournisseur est de l’ordre du double (19 à 20 centimes le kwh) de ce que EDF lui rachète (10 centimes le kwh). Et ce rapport ne pourra que se dégrader dans les années à venir avec le renchérissement du prix de l’électricité. Donc ce prix fixe ne le rassure en rien. Une indexation paraitrait beaucoup plus juste.

  • Le terrain du photovoltaïque est semé d’embuches: publicités mensongères, en particulier sur les aides que l’on peut obtenir, difficultés de stockage, etc…Cependant on dispose maintenant de panneaux fonctionnant grâce à la lumière et pas seulement avec le rayonnement direct. Cela permet de tenir compte d’obtacles, comme des ombres pertées par des arbres, ou la présence de lucarnes rapprochées sur une façade sud ou encore de considérations esthétiques.
    Mais essentiellment, il faut partir du fait que la production ne pourra intervenir le soir ou la nuit, donc ne pourra subvenir à tous les besoins. Mais réduire la consommation de 30 ou 40% serait déjà appréciable, et cela les particulier le peuvent. Bien sûr, pour une production conséquente, il faut des installations optimisées.

  • Michel LACANETTE.

    EDF CHAMPIONNE FRANÇAISE OU CHAMPIONNE DU FIASCO ? Les deux mon capitaine.
    Edf n’ est qu’ un monstre technocratique et bureaucratique FROID, comme seule la France sait en faire, du fait que depuis des décennies elle est la chasse gardée du monde politique et administratif, c’ est pas prêt de s’ arrêter. La dernière démonstration la plus évoluée en est la construction de six nouvelles centrales, sans aucune concertation, uniquement par le fait du Maître.

  • Quand on commence par implanter les panneaux photovoltaïques orientés à l’est, l’affaire est mal partie !

    • Certainement que la rotation de la terre s’est inversée ??? 🙂

    • Pas nécessairement. Les nouveaux panneaux fonctionnent à la luminosité, et non au rayonnement direct. Par ailleurs ils reçoivent ce rayonnement de 9h à 14h l’hiver et de 8h à 17h l’été, ce qui n’est pas si mal.

      Mais il serait bon de connaître la différence de production entre un rayonnement direct et un rayonnement indirect ou par temps couvert. J’ai constaté chez mes interlocuteurs un déficit d’information fiable sur ce sujet, pourtant crucial.

      Comme personne ne s’attend à une production le soir ou la nuit, se tourner vers le photovoltaïque suppose une changement d’habitudes pour mettre en route son lave-linge, son lave-vaisselle ou la recharge de sa voiture lorsque l’on disposera d’une voiture électrique. Mais éviter d’aller à la station-service serait déjà un réconfort!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *