L’art d’imposer des réformes.

4.5
(58)

E. Macron sait cultiver l’art et la manière de perdre du temps pour faire baisser la pression  afin de faire aboutir ses projets ; la dernière trouvaille est le C.N.R. le « machin » aurait dit De Gaulle.


 Il a été créé, d’après lui, parce que « Les Français sont fatigués des réformes qui viennent d’en haut » ; il faut inverser la « pyramide ». Pour cela, le Conseil National de la Refondation associera « les forces politiques, économiques, sociales, associatives, des élus des territoires et de(s) citoyens tirés au sort ».

Mais,

*Les réformes qu’il veut planifier viendraient bien toujours d’en haut !

*Le citoyen de base résultant de l’inversion de la pyramide n’aura pas droit au chapitre puisque les interlocuteurs sont les ténors des forces politiques, économiques, sociales, associatives et des élus.

*La présence de citoyens tirés au sort est plus du ressort de la pub que de la force vive participative.
Le CNR portera sur cinq thèmes : plein emploi et industrialisation, école, santé, « bien vieillir » et transition écologique.  Une fois le dialogue lancé, chaque ministre chargé d’un des thèmes devra poursuivre les réflexions en CNR thématiques, a indiqué l’Elysée. « Pour chaque thème, les acteurs concernés seront conviés », a affirmé la Première ministre Elisabeth Borne. Le débat sera étendu aux collectivités territoriales. L’Elysée souhaite « aller vite », et « avoir des traductions concrètes dès 2023. » 

Aller vite, un vœu pieu !

Par expérience, la rapidité ne fait pas partie des choses politiques ; en admettant qu’un consensus soit trouvé rapidement sur un sujet, il faudra un débat au parlement et au Sénat, avec retour, et un vote définitif pour que ce soit  validé, puis un décret publié ! Compte tenu de l’hostilité de bien des élus, à la fois pour la méthode utilisée et sans doute pour les réformes prévues, le vote n’est pas acquis d’avance ou alors grâce au 49-3.

D’ailleurs, ce n’est pas un consensus qui règlera les vrais problèmes car il est obtenu dans le cadre de la politique libérale voulue par le Président, ce sont des mesures rationnelles, pragmatiques, urgentes, résultant des  données des nombreux  rapports obtenus par des organismes  indépendants. Ces mesures nécessaires sont connues depuis longtemps mais elles sont systématiquement repoussées à plus tard par ceux, dont Macron, qui n’y ont pas intérêt, que ce soit financier, lobbys, politiciens ou autres comme le syndicat FNSEA….

Démocratiquement c’est vexant pour les élus qui ne font que se pencher sur ces sujets, sans grands succès c’est vrai ! Macron souhaite les contourner en s’adressant directement à toutes les organisations pour obtenir des  accords allant dans le sens de ses projets. A chaque fois qu’Emmanuel Macron a créé des structures de ce type, il a, en réalité, fait fi des conclusions qui en sortaient.

Celles du Grand débat, de la Convention citoyenne pour le climat ont bien été publiées, mais les principales préconisations ont été petit à petit abandonnées ou jetées à la poubelle !

 
 Voyons ce qui interpelle dans ce nouvel organe et  à quoi sert-t-il ?

Un CNR pour faire quoi ? 

*Élaborer des réformes et des lois ? Mais alors dans ce cas, à quoi sert l’Assemblée nationale, à quoi est utile le Sénat ?

*Ou bien est-ce pour écouter les Français ? Mais alors pourquoi ne pas plutôt se replonger dans les cahiers de doléances du Grand débat national ?

*Est-ce pour consulter les forces vives de la Nation ? Mais dans ce cas à quoi sert le CESE (Conseil économique, social et environnemental), la troisième chambre, dont c’est précisément le rôle garanti par la constitution ?

*A moins qu’il s’agisse d’élaborer des pistes pour le moyen terme ?

C’est une autre hypothèse. Mais là encore, attention au doublon. Il existe déjà un grand plan d’investissement sur la décennie, dénommé France 2030, plan d’investissement sur la décennie, lancé pas plus tard… qu’il y a huit mois, par Emmanuel Macron. Les priorités de ce plan ont déjà été définies, transition écologique, numérique, santé, espace… Et les milliards de crédit ont déjà été affectés.

Un débat qui porte sur des priorités déjà tranchées et des budgets déjà alloués, cela s’appelle du bavardage ! 

*Il reste une dernière hypothèse : ce Conseil national de la refondation aura pour but d’explorer le long terme, malheureusement délaissé au quotidien par la tyrannie de l’immédiateté.

Mais si c’est le cas, alors à quoi sert le Haut commissariat au Plan, dirigé par François Bayrou et déjà chargé de cette mission de prospective ?

Bref, les attributions de ce CNR, Conseil National de la Refondation, et sa complémentarité par rapport aux institutions existantes, ne sont pas précisées. Il apparaît donc au mieux comme superflu, au pire comme contre-productif.  « Le Président est gardien des institutions, il n’est pas là pour les affaiblir au travers de machins, qui sont des objets politiques non identifiés », tranche le président du groupe PS. Pour l’ancien ministre, Patrick Kanner, il  ne croit pas aux bonnes intentions du Président, qui assure vouloir gouverner autrement. « Chien échaudé craint l’eau froide ». Le grand débat, la convention citoyenne… ont donné quoi ? Des centaines d’heures ont été prises bénévolement sur les emplois du temps pour échanger, décider, transmettre, des masses de cahiers de doléances ont été remplis.. Ce que veulent les Français est donc bien connu, inutile de recommencer. Pour lui,   « Ce conseil, c’est de la procrastination. Il gagne du temps et amuse la galerie »

signé Georges Vallet

Crédits photos : https://pbs.twimg.com/media/FUjP5pUXsAAP1KJ.jpg&imgrefurl=

CNR « clin d’œil » qui fait tousser [Le point de vue de CL] https://www.charentelibre.fr › Editorial

Qu’est-ce que le Conseil national de la refondation, lancé par l …

Conseil national de la refondation : la fin de non-recevoir de …https://www.publicsenat.fr › article › politique › conseil-n…

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 4.5 / 5. Nombre de note : 58

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

3 commentaires

  • Collectif Au pied des arbres

    Sire, si le CNR est un outil pour repenser la « refondation » de la République, la première des choses serait de s’engager à écouter, laisser la parole et ouvrir les doléances au cahier du Tiers Etat, le peuple, non ?

  • Collectif Au pied des arbres

    le collectif Au pied des arbres, mouvement citoyen et a-partisan, a lancé une pétition à l’attention du maire de Pau et président de l’agglo « Arrêtez le massacre des arbres, écoutez les habitants ! ».
    Notre pétition a recueilli, à cet instant, presque 5000 signatures.

    Beaucoup de paloises et de palois que nous rencontrons sont choqués. Des milliers d’arbres ont été abattus en quelques années pour des travaux de « requalification », du bus Fébus, d’aménagement de parkings, de promotions immobilières, pour les Halles, pour la salle de spectacle du Foirail, à l’Université… Ils sont mal placés, ils bouchent la vue (Parc Beaumont, boulevard des Pyrénées…) Tout est bon pour couper les arbres. Pouvez-vous nous aider à faire connaitre notre combat pour les arbres et dénoncer la politique d’urbanisme, béton-bitume-dalles en pierre ou ciment, faite à Pau et agglo depuis quelques années ?

    En ce moment, il y a une révision du PLUi -modification n°2- et adoption d’un PSMV (Plan de Sauvegarde et Mise en Valeur) qui met en danger les arbres de la place Gramont (12 magnolias), 18 tilleuls de la place royale, ces arbres seront déprotégés (donc susceptibles d’êtres abattus), d’autres arbres sont non répertoriés sur les plans d’urbanisme place de Verdun… C’est illégal de les faire disparaître d’un PLUi à un autre. C’est un massacre qui s’annonce et un déni total du réchauffement climatique.

    Cette modification sera prochainement soumise au vote en Conseil municipal et nous nous opposons fermement à ce PLUi et son PSMV. Le Préfet a validé le PSMV le 4/08/2022 alors que cet été le 13/07/2022 ils ont abattu un alignement entier de marronniers place de la Monnaie, des arbres « protégés » sur le PSMV, validés par le Préfet, sans remarque particulière. Nous avons l’arrêté, on le trouve sur le site de la ville de Pau.
    Ca signifie que le Préfet a validé un document d’urbanisme qui est faux et il fera loi. Mais alors sur quelle base ? Ainsi on pourrait abattre des arbres cinquantenaires, les laisser marqués comme « arbres protégés » sur le plan validé par la Préfecture et continuer les travaux comme si de rien n’était. Mais ce plan est faux avant même d’avoir été soumis à validation.

    Nous avons une page Facebook très documentée sur le fond : https://www.facebook.com/APDA64

    Merci de votre aide, éventuellement. Vous pouvez signer, partager et le faire savoir.
    A bon lecteur, salut !

    https://www.change.org/p/arr%C3%AAtez-le-massacre-des-arbres-sur-pau-et-l-agglo-%C3%A9coutez-les-habitants

  • Comme l’ écrit le Canard Enchaîné, les réformes Macron c’ est travailler plus pour mourir mieux …..

Répondre à Collectif Au pied des arbres Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *