Remue-méninges sur l’Antarctique.

4
(116)


L’océan Austral, autrefois couramment appelé océan glacial Antarctique, entoure le continent antarctique, au sud des océans Atlantique, Pacifique et Indien.  

C’est le plus grand puits de carbone de la planète.

L’océan Austral est connu des scientifiques pour son efficacité à absorber de la chaleur et du dioxyde de carbone (CO2) en excès dans notre atmosphère. Il joue ainsi un rôle important de régulateur de notre climat, plus encore dans le contexte de réchauffement climatique anthropique que nous vivons. Et aujourd’hui, des chercheurs du National Center for Atmosphéric Research (NCAR, États-Unis) rapportent même que l’océan Austral pourrait s’avérer encore plus efficace en la matière  que ce qu’ils avaient imaginé jusqu’alors.

 Les mesures du CO2 et des propriétés associées dans l’océan suggèrent que 40 % de tout le CO2 produit par les activités humaines et stocké au fond des eaux a été absorbé par l’océan Austral. Le mécanisme est simple. L’eau froide de l’océan profond a tendance à être transportée vers la surface. Une fois en contact avec l’atmosphère, elle absorbe du CO2 avant de plonger à nouveau. De plus, l’intérêt est stimulé par une découverte ; la revue Science, révèle que, sous les glaces de l’Antarctique, se cache une quantité invraisemblable d’eau jusqu’ici totalement inconnue. A l’heure du bouleversement climatique et des craintes qui entourent la calotte glaciaire, cela pourrait modifier les modèles d’évolution à long terme.

Rien que pour cela la protection contre toutes les formes de pollution, chimique, physique, climatique, anthropique… doivent être l’objet de toutes nos préoccupations.


L’Antarctique et l’océan Austral sont parmi les zones sauvages les plus précieuses et vulnérables présentes sur Terre. Le milieu marin concentre une vie végétale et animale riche où il est possible de croiser des manchots, otaries et éléphants de mer, baleines, albatros et pétrels… En dépit de conditions météorologiques extrêmes et de leur éloignement, l’Antarctique et l’océan Austral sont une source de vie pour certains des organismes les plus merveilleux au monde parmi lesquels des spécimens impressionnants de la mégafaune. Une espèce fondamentale, le krill, soutient tout l’écosystème de la région puisqu’il alimente les grandes baleines de l’hémisphère sud, ainsi que les phocidés, les manchots et les oiseaux de mer. Pour plus d’information consulter 

Antarctique – Wikipédia https://fr.wikipedia.org › wiki › Antarctique  

Le krill, un petit crustacé qui consomme les microalgues sous la surface gelée, est particulièrement vulnérable. Or, la perte de cet animal à la base des réseaux trophiques (ou chaînes alimentaires) pourrait faire « boule de neige » et entraîner dans son sillage les espèces qui s’en nourrissent : manchots Adélie et baleines à bosse. 
Rendu célèbre par La Marche de l’empereur (film de Luc Jacquet paru en 2005), ce majestueux oiseau endémique de l’Antarctique est menacé par la disparition rapide de son habitat : la banquise. Cette surface plane, idéale pour pondre et élever ses petits, fond plus vite que jamais.  Comme pour l’ours polaire, le destin des manchots empereurs est étroitement lié à celui de la glace. Les parcelles d’eau gelée sur lesquelles ils s’installent pour se reproduire et muer sont méticuleusement choisies. Si la glace doit être située près du littoral, elle doit dans le même temps être suffisamment proche du large pour permettre aux oiseaux d’avoir facilement et rapidement accès à la nourriture. Mais à mesure que le climat se réchauffe, la glace de mer est amenée à progressivement disparaître, privant les oiseaux de leur habitat, de leurs sources de nourriture et de leur capacité à élever des poussins. En 2016, année marquée par une météo particulièrement chaude et orageuse, la glace sur laquelle les couples de manchots élèvent leurs petits a cédé, causant la mort de presque tous les poussins. Le phénomène s’est répété en 2017 et en 2018.
Une découverte explique, malgré cela, la protection de la biodiversité.

La fiente des manchots royaux, une fois tombée au sol, se mélange avec des bactéries  et produit du protoxyde d’azote (N2O), un gaz hilarant, ressenti par les chercheurs pendant leurs déambulations. Cette étude est parue dans la très sérieuse revue Science of the total environnement. « Les émissions de N2O sont 100 fois plus élevées que dans un champ fertilisé », assurent les Danois pour qui le régime alimentaire des manchots à base de Krill, des crevettes microscopiques, serait à l’origine de cette pollution. Le protoxyde d’azote est aussi un gaz à effet de serre 300 fois plus polluant que le CO2.  Mais, en contrepartie, cette pollution a aussi un coté très positif ; en déféquant, ces vertébrés marins permettent de déplacer l’azote originaire de la mer vers la terre. Or, cet élément chimique contribue au développement d’organismes végétaux, comme des mousses et des lichens qui contiennent des champignons. Les fientes des manchots apportent ainsi des éléments propices pour fertiliser les terres en Antarctique. L’azote dégagé par leurs excréments a une influence à l’intérieur des terres qui va jusqu’à 6 km² de distance des groupes de manchots ou d’éléphants de mer rassemblés dans la péninsule Antarctique.

C’est l’équivalent de 240 fois la superficie des colonies d’animaux.

Un exemple de plus qui illustre un mécanisme naturel assurant le maintien d’un équilibre.
Mais ce système en équilibre dynamique est soumis a bien des dangers déstructurants qui s’abattent sur ce continent :
*Le réchauffement climatique : à la fin de l’été austral, en février 2022, la banquise avait rétréci à son plus bas niveau historique. Elle était 30% plus petite que la moyenne sur trois décennies entre 1981 et 2010. Ceci avait pour conséquences la perte d’habitat pour de nombreux animaux et populations locales mais aussi la modification des courants océaniques et l’élévation du niveau des mers qui laissent planer un risque d’inondations dans bien d’autres régions du monde.
*En quête de nouveaux horizons à découvrir, les touristes s’intéressent aujourd’hui à des territoires hors des sentiers battus, qu’il s’agisse de pays et régions désertiques ou peu habités (Sahara, Mongolie, Sibérie, Namibie) ou des régions polaires arctique et antarctique. L’Antarctique, continent des extrêmes par son climat, son aridité, son altitude, son absence de peuplement, sa difficile accessibilité, est de fait devenu une nouvelle destination touristique, comme en témoigne le nombre de visiteurs. Si on en recensait moins de 5000 en 1990, ils étaient presque 25000 dix ans plus tard.

La présence croissante de touristes sur cette terre vierge et réservée à la recherche fait peser des risques sur un environnement jusqu’alors préservé. Ces visiteurs, et leurs moyens de transport, véhiculent des plantes et des animaux (en particulier des insectes) qui risquent d’entrer en conflit avec les espèces locales, et de potentiellement en menacer le devenir. Le réchauffement climatique crée un terrain favorable, en facilitant la formation d’espaces sans glace permanente et en réduisant les obstacles à l’établissement d’espèces animales et végétales invasives.

*L’antarctique  est un continent sans gouvernement : c’est le seul continent où les gens œuvrent ensemble pour la paix et la science”; mais tout le monde n’est pas sur la même longueur d’onde. Le système du traité sur l’Antarctique qui maintient l’ordre sur le continent depuis soixante ans, bute sur un nombre croissant de questions. De nouveaux défis géopolitiques qui sont de plus en plus difficiles à gérer par un groupe qui agit sur la base du consensus. Les scientifiques et les diplomates craignent de plus en plus que le système actuel ne soit pas en mesure de répondre aux nouvelles pressions. En jeu : le dernier continent qui contient les plus grandes réserves d’eau douce du monde, des gisements de pétrole et de gaz qui pourraient être considérables !

Qui sauvera l’Antarctique ?

Comment justifier auprès des générations futures que nous aurions fait passer la préservation d’un environnement irremplaçable après certains intérêts nationaux ou commerciaux​.

Le président de la République a prononcé ces mots, jeudi 24 juin 2021, au dernier jour de la réunion des soixante ans du Traité de l’Antarctique à Paris. Il a particulièrement insisté sur son volet environnemental, le protocole de Madrid, qui prend une importance particulière avec le changement climatique en cours.

Ce serait une bonne conclusion d’annoncer que l’Antarctique est entre de bonnes mains, mais, malheureusement, il est difficile de faire confiance à ce sauveur révélé quand on connaît :

  • sa position prioritaire pour les intérêts nationaux ou commerciaux ;
  • sa façon de traiter les problèmes environnementaux ;
  • sa façon de dire de dire les choses et de faire l’inverse.

Deux propos d’Henri Queuille s’adaptent bien à son personnage : « La politique ne consiste pas à faire taire les problèmes mais à faire taire ceux qui les posent. » « Les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent ».

signé : Georges Vallet

crédits photos: https://www.laboutikcreativederives.com/ateliers-de-l-ete/fait-carre-manchot/&tbnid
*Changement climatique en Antarctique : quel sort attend …
Annonce : https://www.30millionsdamis.fr

Annonce·https://www.30millionsdamis.fr/

Annonce·https://www.30millionsdamis.fr/Annonce·https://www.30millionsdamis.fr/ngement climatique en Antarctique : quel sort attend les…*Sous la glace de l’Antarctique, de l’eau jusqu’ici restée inconnue
https://www.lemonde.fr › Sciences › Géophysique  
*Réchauffement climatique : le manchot Adélie victime de la …

https://www.francetvinfo.fr › animaux › rechauffement-cl…

*Les manchots, vigies du changement climatique

*https://www.lexpress.fr › Sciences
*La biodiversité de l’Antarctique est en danger-Numerama
https://www.numerama.com › … › Animaux
 *Y a-t-il quelqu’un pour sauver l’Antarctique ? https://www.courrierinternational.com › … › Énergie

*Réchauffement Climatique Antarctique – Environnement

https://www.voyage-antarctique.com › environnement

*Comment Macron dit tout et son contraire en 11 exemples

https://www.buzzfeed.com › assmamaad › comment-ma…  .

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 4 / 5. Nombre de note : 116

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

19 commentaires

  • Des compléments d’informations / indications de références : suite… mais peut-être pas fin car j’ai encore du « biscuit dans ma gibecière »… 😉 😉 😉

    Préalable : même si dans le cadre du site web Alternatives Pyrénées, nous ne sommes pas dans le cadre de travaux de recherches universitaires, je doute fort que des auteurs d’articles ou de livres puissent accepter que des centaines ou des milliers de personnes copient sans vergogne, même partiellement, leurs écrits ou déclarations (Ex : interviews…) SANS qu’il y ait de citation de leur nom, du nom du site internet, du journal, du magazine où apparaît leur intervention écrite ou orale (En bref : de tous médias + livres : titre avec date de publication + bibliographie).

    Bis, ter repetita… : l’auteur d’un article et/ou commentaire ne doit pas ou devrait pas (?) « emprunter » des extraits ou fragment de pages d’un autre auteur, même pour effectuer une synthèse de plusieurs articles SANS en préciser l’origine…

    Rappels / indications de références : sélection de sites web spécial « Plagiat » (Liste non exhaustive…) = bonne lecture 😉 😉 😉 :

    ① Article « « Risques et sanctions encourus en cas de plagiat ou de contrefaçon ? » : publié le 22 mai 2019
    Source : site web de Fidealis (Propriété intellectuelle) : 75001 Paris, France
    URL : https://www.fidealis.com/actualite-propriete-intellectuelle/risques-encourus-plagiat-contrefacon/

    ② Article « Le plagiat au défi du droit » : texte par Arnaud Latil, publié le 22/01/2020 (Revue Droit & Littérature 2017/1 [N°1], pages 61 à 79)
    Source : site web des éditions Cairn (Cairn-info France : 75011 Paris, France)
    URL : https://www.cairn.info/revue-droit-et-litterature-2017-1-page-61.htm

    ③ Article « Plagiat d’un site internet » : publié dans la section « Publications » (Mai 2021)
    Source : site web du Cabinet d’avocats Murielle Cahen (75005 Paris : France)
    URL : https://www.murielle-cahen.com/publications/plagiat-site.asp

    ④ Article « Le plagiat » + divers articles : projet porté par l’Université Nantes-Angers-Le Mans (Auteurs / Contributeurs : Evelyne Moreau (IMTA) et Sonia Guedon (Université du Maine)
    Source : site web IMT-Atlantique Bretagne Val de la Loire (CARAE : Centre d’Appui et de Ressources pour l’Apprentissage et l’Enseignement : 44300 Nantes)
    URL : https://ledroitdesavoir.imt-atlantique.fr/res/resource/kkwg1/co/Le_plagiat.html

    ⑤ Article « Vos droits : victime de plagiat et d’un vol d’images, que faire ? » : par Maître Deborah Carmagnani, publié le 24 mars 2014
    Source : site web Ici-c–Nancy (Editeur : Carlanweb 54280 Seichamps)
    URL : https://www.ici-c-nancy.fr/vos-droits-vie-pratique/item/7039-vos-droits–victime-de-plagiat-et-dun-vol-dimages-que-faire-?.html

    ⑥ Article « Le plagiat, une impunité française » : divers articles (Séries + Récits) par plusieurs auteurs (Jérôme Dupuis, Florent Georgesco, Virginie François, Hélène Maurel, Nicolas Weill), publié en juillet 2021
    Source : site web du journal Le Monde (Section « Séries d’été »)
    URL : https://www.lemonde.fr/le-plagiat-une-impunite-francaise/

    ⑦ Article « Tout savoir sur les logiciels et les sites de plagiats » : par Gaspard Claude, publié le 29 octobre 2020, mis à jour le 24 mars 2021
    Source : site web de Scribbr (SCRiBBR B.V. : 1017 AZ, Amsterdam, Pays-Bas)
    URL : https://www.scribbr.fr/le-plagiat/site-plagiat/

    ⑧ Article « Plagiat : 5 outils gratuits pour repérer les contenus dupliqués » : par A. Halsenbach et C. Jost, publié le 18/11/2021
    Source : site web du magazine Archimag.(Stratègies & Ressources de la Mémoire & du Savoir) : 75009 Paris, France
    URL : https://www.archimag.com/bibliotheque-edition/2021/11/18/plagiat-3-outils-gratuits-reperer-contenus-dupliques

    Par ailleurs, ci-après 5 autres articles pour étudiants, professeur(e)s et même plus… 😉 😉 😉

    1) Article « Le plagiat en matière de recherche universitaire : comment le sanctionner en droit ? » (Droit applicable au plagiat de la recherche : une synthèse) : par Emmanuel Barthes (Juriste documentaliste, formateur), publié en octobre 2021
    Nota : Billet en licence « Créative Communs » (CC : « Creative Commons »)
    Source : site web Precisement.org (Un blog pour l’information juridique)
    URL : https://www.precisement.org/blog/Le-plagiat-en-matiere-de-recherche-universitaire-comment-le-sanctionner-en.html

    2) Article « Plagiat durant vos études : quels sont les risques, sanctions et conséquences ? » : publié le 2 juin 2022
    Source : site web Compilatio (74650 Chavanod, France)
    URL : https://www.compilatio.net/blog/plagiat-etudes-risques

    3) Articles « Produire une ressource pédagogique : parlons droits d’auteur » : projet porté par l’Université Nantes-Angers-Le Mans.
    Auteurs / Contributeurs : Evelyne Moreau (IMTA) et Sonia Guedon (Université du Maine)
    Source : site web IMT-Bretagne Atlantique Val de Loire (CARAE : Centre d’Appui et de Ressources pour l’apprentissage et l’Enseignement : 44300 Nantes)
    URL : https://ledroitdesavoir.imt-atlantique.fr/produire-ressource-multimedia/

    4) Article « Le plagiat, une fraude courante (et souvent involontaire) » : publié le 11/12/2019
    Source : site officiel du Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (Vos études > Formations, stages, césure) : 75231 Paris Cedex 05, France
    URL : https://www.etudiant.gouv.fr/fr/le-plagiat-une-fraude-courante-et-souvent-involontaire-472

    5) Article « Université : une pétition contre le plagiat, pour arrêter de « fermer les yeux » » : par Quentin Blanc, publié le 19/11/2012
    Source : site web du journal Le Figaro étudiant
    URL : https://etudiant.lefigaro.fr/les-news/actu/detail/article/universite-une-petition-contre-le-plagiat-pour-arreter-de-fermer-les-yeux-496/

  • Dans ce débat qui d’ailleurs n’en est pas un je partage pleinement ce que dit André Duchateau. Je le félicite pour son sens de la mesure et son objectivité.
    Le sujet abordé par Georges Vallet est pourtant d’importance sans que l’on aille s’attarder sur des éléments de présentation. Certes il y a des règles à respecter. M. Vallet le reconnait, mais l’essentiel est le fond et à l’évidence il prime, et de loin, sur cette forme qui lui est reprochée.
    Le forum est fait pour permettre le débat d’idées et ceux qui s’attachent à la forme peuvent le faire évidemment ; qu’ils sachent cependant que cela n’est pas sans conséquences pour l’auteur de l’article. Je crois pour ma part que le respect de la personne est essentiel. Attention à ne pas blesser.
    Pour en dire encore davantage, sachez que ceux qui écrivent des articles le font bénévolement et ne sont intéressés que par cette possibilité qui leur est faite de faire passer un message, d’afficher leurs convictions. Ici le message de Georges Vallet est essentiel pour l’avenir de notre planète. Il faut en être conscient.

    • Je ne partage absolument pas votre point de vue !

      Même en étant bénévole, il y a un minimum de règles à respecter, en particulier sur l’origine des textes « empruntés » (Source du fragment du texte + bibliographie)…

      Ou alors… :

      1) On signale en préalable de son article : « Avertissement au lecteur : c’est partiellement du « Copié-Collé » » 😉 😉 😉

      2) On signe ses articles… « M. Copier-Coller« , c’est aussi simple et honnête que ça, de la part de l’auteur de l’article ! 😉 😉 😉

      Il en est de même pour l’utilisation d’une photo pour illustrer un article, et ce et… en plus, sans citer le nom du photographe et éventuellement de l’agence qui le représente (Obtention au préalable de reproduction de photo(s) par accord écrit du photographe ou son représentant…).

      • Comme vous persévérez dans votre critique, pourquoi ne montrez-vous pas l’exemple en publiant des textes libellés comme vous le préconisez?
        La critique est aisée mais l’art est difficile n’est-ce pas!! (Philippe Néricault)

        +Aucun des textes présentés sur le site ne mentionne les considérations figurant sur votre dernière intervention.
        *(Source du fragment du texte + bibliographie)…
        *(Obtention au préalable de reproduction de photo(s) par accord écrit du photographe ou son représentant…)
        * Pour les deux autres c’est de la malhonnêteté intellectuelle c’est-à-dire l’utilisation déloyale, pernicieuse d’arguments en vue d’une orientation particulière de la pensée; manque d’objectivité.
        Définition de malhonnêteté;
        https://www.cnrtl.fr › definition › malhonn

        +Je n’écarte pas l’idée que vous sélectionnez vos boucs émissaires et que votre jouissance est grande en développant toutes ces critiques. Chacun trouve son plaisir où il peut!
        Si votre objectif est de me pousser à ne plus publier, vous vous trompez; je ne vois pas pourquoi je ferais différemment des autres rédacteurs et lecteurs qui n’ont jamais été « offusqués » par mes carences formelles justifiées par le manque de temps pour les appliquer:
        Même en courant
        Plus vite que le vent
        Plus vite que le temps
        Même en volant
        Je n’aurai pas le temps
        Pas le temps…
        ….
        de suivre les règles du parfait écrivain.
        Contrairement à mes habitudes, je ne citerai pas l’auteur!

        Je continuerai comme avant puisque tous les lecteurs, sauf deux, ne voyaient aucun désagrément à ce que les textes ne suivent pas scrupuleusement toutes les obligations des vendeurs de prose.

        Naturellement le fond et la forme sont indissociables, il faut donc ne pas les séparer car :
        *le fond c’est le contenu, c’est là que l’on évoque les aspects scientifiques, politiques, environnementaux, technologiques..Il est dépourvu de toute affectivité mais s’efforce d’être le plus objectif possible. C’est mon domaine d’intervention.

        *La forme, c’est le contenant, l’esthétique du texte et sa sensualité donc sa subjectivité C’est la manière dont on parle du sujet, c’est le style littéraire. En d’autres mots, ce sont les procédés employés pour transmettre les idées de l’auteur.
        C’est ce qui permet de recevoir, de comprendre et de mémoriser.
        https://lepigeondecoiffe.com › quest-ce-que-le-fond-et-la-.

        Ce n‘est pas obligatoirement une façon codifiée, figée, rigoureuse de l’exprimer…. C’est une voix, un geste, un écrit, un dessin, une émotion, une histoire, un film, une tentative de connexion à autrui, en bref une pédagogie, c’est-à-dire « une aptitude à enseigner et à transmettre à un individu ou un groupe d’individus de tous âges et de toutes conditions un savoir ou une expérience par l’usage des méthodes les plus adaptées à l’audience concernée.(wikipedia).

        Hélas, beaucoup sont bien plus sensibles à la forme du discours qu’à son contenu; les politiques le savent et en profitent, certains sur le site aussi, pour critiquer.

        Si, comme je le pense, vous souhaitez que durent les échanges constructifs sur notre site, respectons les rédacteurs, les lecteurs et le choix de chacun dans sa manière de s’exprimer, donc la devise d’Alternatives Pyrénées.
        « A chacun sa vérité. »

        Si vous ne lisez pas mes propos jusqu’au bout car vous les trouvez trop longs et fastidieux, sachez que je fais pareil avec vos nombreuses interventions qui n’en finissent pas!

        • Consternation à la lecture de votre commentaire… affligeant !

          Encore un long commentaire ambiance « masturbation intellectuelle », commentaire qui ne justifie en rien l’absence des mentions minimales en « omettant ou oubliant » (?) de préciser l’origine des extraits de texte que vous « empruntez » pour rédiger vos nombreux articles…

          Peu m’importe que vous ne lisiez pas mes interventions !

          Je pense que vous voulez avoir raison à tout prix en voulant vous justifier de la sorte, aussi, je rappelle à votre aimable (?) attention, le commentaire du 19 septembre 2022 rédigé par Willis, commentaire dont je reproduis les 2 courts extraits suivants :

          1) « … Quand on lit votre texte, on a l’impression que tout ressort de votre plume. Et pardonnez moi, mais votre liste de références ne fait apparaître que très peu de vos emprunts. »

          2) « … A la lecture, on pourrait croire qu’il est de votre plume, simplement inspiré de diverses sources. Alors qu’il s’agit d’un collage pur et simple. »

          Vrai ou… faux ?!? 😉 😉 😉

  • Pour faire suite au débat / indications de références… :

    Écrire et diffuser des articles avec des extraits « en oubliant ou omettant » (…) de citer l’auteur et l’origine de phrases, de fragments de paragraphes, de pages de livres, magazines, journaux ou de travaux de recherches (Ex : thèse…) et mémoires d’étudiant, constitue pour moi, une forme de malhonnêteté intellectuelle !

    Pour info et/ou rappel 1 : il y a des étudiants (Écoles, universités entre autres…) qui n’ont pas vu la validation de leur mémoire de fin d’études et donc a minima, le report de l’obtention de leur diplôme…

    C’est devenu presque un sport étudiant que de faire des « copier-coller » à partir de textes disponibles sur le Web (Ex : à partir de « Wikipedia »…) même si depuis, plus d’une décennie, l’Éducation nationale dispose de logiciels anti-plagiat, pour repérer l’origine de textes…

    Les auteurs d’articles même intéressants, devraient (?) avoir le réflexe de préciser toutes les informations requises, à l’origine de leurs écrits, afin d’éviter de s’attribuer la paternité de l’ensemble ou partiel d’un texte (Ex : une flopée de citations sans la moindre citation de l’auteur ou sans indiquer la note bibliographique et bibliographie !).

    Halte au plagiat ! : en effet, on peut avoir des doutes sur l’honnêteté intellectuelle de certains auteurs car je pense qu’après une citation, un extrait d’un texte ou d’un d’article, il est absolument nécessaire et toujours utile pour les internautes ou lecteurs, de citer leur source…

    Pour info et/ou rappel 2 : sélection de sites web et donc non-exhaustive…

    ① Dossier « Comment citer ses sources dans le texte ? » (Site web officiel du Gouvernement français)
    Source : site web Educnet (Plateforme d’apprentissage en ligne de l’Ecole des Ponts, ParisTech)

    Présentation : « Au cours de la rédaction de tout travail qu’il soit académique ou de recherche, il est important d’indiquer les différentes sources qui ont servi à alimenter la réflexion. Le lecteur doit pouvoir distinguer les sources utilisées, des éléments, réflexions et conclusions de l’auteur.
    Au cours de la rédaction, on peut citer mot pour mot un texte, le retranscrire dans ses propres mots ou simplement rappeler un auteur. Quelle que soit la façon dont on fait référence à ses sources, il est obligatoire de renvoyer vers la source consultée (publication, vidéo, entretien…) grâce à une note bibliographique. »
    URL : https://educnet.enpc.fr/course/view.php?id=1124

    ② Source dossier : site web de Scribbr (SCRiBBR : Scribbr B.V., 1017AZ, Amsterdam, Pays Bas)
    1) Article « Comment citer une source ? »
    URL : https://www.scribbr.fr/category/citation-des-sources/

    2) Article « Comment faire une citation ? »
    URL : https://www.scribbr.fr/citation-des-sources/faire-une-citation/

    3) Article « Citer une citation : comment citer un auteur qui cite un autre auteur ? »
    URL : https://www.scribbr.fr/citation-des-sources/citer-une-citation/

    ③ Dossier « Citer ses sources et présenter une biographie »
    Source : site web du Réseau Canopé (Savoirs cdi) : 86961 Futuroscope Cedex
    URL : https://www.reseau-canope.fr/savoirscdi/centre-de-ressources/fonds-documentaire-acquisition-traitement/le-traitement-documentaire/citer-ses-sources-et-presenter-une-bibliographie-lycee.html

    ④ Dossier « Citer ses sources »
    Source : site web de l’ UQUÀM (Infosphère) : Université du Québec (Montréal, Canada)
    URL : http://www.infosphere.uqam.ca/rediger-un-travail/citer-ses-sources

    Enfin, et pour terminer sur une bonne note (Citations) : 😉 😉 😉

    . « Je ne sais pas ce qui est beau, mais je sais ce que j’aime et je trouve ça amplement suffisant » (Boris Vian : 1920 – 1959)

    . « Quel heure est-il ? Midi cinq – Dans une minute, ce sera l’heure de Catherine – Comment cela ? Catherine de midi six !  » (Pierre Dac : 1893 – 1975, L’Os à moelle)

    . « C’est pas parce qu’on à rien à dire, qu’il faut fermer sa gueule » (Michel Audiard : 1920 – 1985)

  • « Sans que les références soient indiquées, ni en mettant en évidence que ce ne sont que des citations et pas un texte original. D’aucuns nommeraient cela « plagiat ».

    Références indiquées: 9, c’est déjà pas mal!

    *Changement climatique en Antarctique : quel sort attend …
    Annonce : https://www.30millionsdamis.fr

    *Sous la glace de l’Antarctique, de l’eau jusqu’ici restée inconnue
    https://www.lemonde.fr › Sciences › Géophysique
    *Réchauffement climatique : le manchot Adélie victime de la …

    https://www.francetvinfo.fr › animaux › réchauffement-cl…
    *Les manchots, vigies du changement climatique

    *https://www.lexpress.fr › Sciences

    *La biodiversité de l’Antarctique est en danger-Numerama
    https://www.numerama.com › … › Animaux
    *Y a-t-il quelqu’un pour sauver l’Antarctique ? https://www.courrierinternational.com › … › Énergie
    *Réchauffement Climatique Antarctique – Environnement

    https://www.voyage-antarctique.com › environnement
    *Comment Macron dit tout et son contraire en 11 exemples

    https://www.buzzfeed.com › assmamaad › comment-m

    C’est vrai, j’ai oublié de signaler le dossier consulté sur le tourisme, ce n’est pas celui que vous citez mais

    Le tourisme en Antarctique – Samuel Blanc
    https://www.sblanc.com › le-tourisme-en-antarctique

    Bien sur que ce sont des copiés collés, c’est bien plus court que les textes
    originaux consultés car ils sont d’une longueur non publiable sur notre site. De plus, si j’avais indiqué tous les textes consultés pour rechercher celui qui apporte le plus de sérieux, compte tenu des compétences des auteurs, il y en aurait eu une liste trois ou quatre fois plus importante!

    La solution est donc d’après vous de ne pas faire d’articles si on ne publie pas les textes originaux. Il y en aura alors fort peu.

    • A@P n’a pas pour vocation de publier des mémoires ou essais des chercheurs de l’université et du CNRS. L’objectif est de simplifier le langage et les contenus trop compliqués pour les rendre le plus compréhensibles possible au lectorat non spécialisé.
      De plus je revendique ma compétence scientifique pour délivrer des contenus simplifiés les plus rigoureux et justes possibles.
      Piocher n’est pas le terme approprié, il s’agit de passer en revue le maximum de données pour retenir celle(s) que ma compétence juge digne d’être utilisées dans le texte publié.

      Vous qui voulez me donner des leçons sur la forme, avez-vous la compétence voulue pour juger le fond c’est-à-dire l’essentiel à diffuser et faire comprendre ?

      • Personnellement, je pense que l’état de la planète et de la géopolitique mondiale dépasse toute question de « plagiat » ou de propriété intellectuelle dont le citoyen curieux n’a que faire, pourvu que le propos soit sérieux, factuel et accessible au plus grand nombre pour aider à la multiplication des prises de conscience . D’autant que symboliquement, la question de la propriété en général n’est pas loin d’être un des risques majeurs ralentissant la réaction de l’humanité aux dérèglements qui s’amorcent ..
        Je commente rarement les articles de Mr Vallet car ils sont souvent complets avec de multiples références et citations peu contestables mais j’en apprécie la qualité. Ces petites tentatives de déstabilisations doivent rester pour ce qu’elles sont, anecdotiques au regard des enjeux et du fond effectivement.

    • Il est assez étonnant de lire que votre supposée « compétence scientifique » (?) vous affranchirait des règles que justement tous les scientifiques connaissent, et qui s’appliquent d’ailleurs bien au-delà du cercle scientifique. Tout journaliste, tout producteur de contenu, doit les respecter, que soit que ce dans une revue scientifique, dans un journal national connu, dans un journal local confidentiel, ou sur un blog internet.

      Et quand vous écrivez « La solution est donc d’après vous de ne pas faire d’articles si on ne publie pas les textes originaux », on peut douter de votre connaissance de ces règles, car personne ne dit (et surtout pas moi) qu’il faut faut publier l’intégralité des textes originaux : au contraire il est en général interdit de le faire (sauf autorisation expresse de l’auteur). On ne peut publier que des extraits de taille raisonnable, ce qui s’appelle une citation. Je vous prie de bien lire les liens donnés par Robert Contrucci, on y lit notamment que pour faire une citation il faut (entre autres) :
      – « inscrire la citation entre guillemets et/ou la placer en retrait du texte » : l’objectif étant que le lecteur identifie clairement ce qui est de l’ordre de la citation par rapport au reste du texte
      – « référencer la source dans le texte et dans la bibliographie »

      Vous ne respectez aucune de ces deux règles. Quand on lit votre texte on a l’impression que tout ressort de votre plume. Et pardonnez-moi mais votre liste de références ne fait apparaitre que très peu de vos emprunts :

      1er et 2ème paragraphess(« L’océan Austral est connu des scientifiques… ») copié/collé depuis ici : https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/ocean-puits-carbone-etonnamment-puissant-ocean-austral-95315/ : n’est pas dans votre liste de références.

      4ème paragraphe (« L’antarctique et l’océan austral sont parmi… ») : nombreuses sources où on trouve à l’identique ce texte (par exemple https://www.lemonde.fr/sciences/article/2022/05/09/sous-la-glace-de-l-antarctique-de-l-eau-jusqu-ici-restee-inconnue_6125334_1650684.html) mais vous n’en citez aucune

      5ème paragraphe (« Le krill, un petit crustacé qui consomme les algues sous la surface gelée… ») est copié/collé depuis ici : https://www.30millionsdamis.fr/actualites/article/15419-changement-climatique-en-antarctique-quel-sort-attend-les-animaux-etude/ ). Vous donnez bien un lien générique vers le site http://www.30millionsdamis.fr, mais pas vers cet article.

      6ème paragraphe (« Rendu célèbre par La Marche de l’empereur … ») copié/collé depuis ici : https://www.geo.fr/environnement/pourquoi-les-manchots-empereurs-risquent-de-disparaitre-en-masse-198001 : n’est pas dans votre liste de références.

      8ème et 9ème paragraphes (Un exemple de plus…) : un mix entre différents sites, dont https://www.lemonde.fr/planete/article/2022/08/09/l-etendue-de-la-banquise-antarctique-a-atteint-son-niveau-le-plus-bas-pour-un-mois-de-juillet_6137601_3244.html , https://www.conservation-nature.fr/ecologie/la-fonte-des-glaces/ , https://www.cairn.info/revue-herodote-2007-4-page-167.htm : aucune réference dans votre liste.

      10ème paragraphe (« L’antarctique est un continent sans gouvernement… ») copié/collé depuis https://www.courrierinternational.com/article/geopolitique-y-t-il-quelquun-pour-sauver-lantarctique : ah, celle-là y est…

      12ème paragraphe (« Le président de la République a prononcé ces mots ») copié/collé depuis https://www.ouest-france.fr/economie/economie-de-la-mer/antarctique-emmanuel-macron-veut-accelerer-sa-protection-fb020808-d4f3-11eb-8ba8-8a08e843d49f

      L’oubli de toutes ces références serait presque véniel (mais pas justifiable pour autant), si vous identifiiez clairement ce qui est de l’ordre des citations dans votre texte. A la lecture on pourrait croire qu’il est de votre plume, simplement inspiré de diverses sources. Alors qu’il s »agit d’un collage pur et simple.

      A André Duchateau : votre réponse est basée sur un faux dilemme. Le respect du droit d’auteur (c’est ce dont il s’agit ici) n’empêche pas la diffusion de l’information. Il ne s’agit pas d’empêcher les gens de citer d’autres textes, il s’agit de donner crédit au travail d’autrui quand on l’utilise. Georges Vallet aurait pu publier exactement le même texte en identifiant clairement les parties citées et en donnant systématiquement les références.

      • Merci de vos précisions. Effectivement les guillemets sont une règle qui devrait couler de source . Je ne pense pas qu’il y ait ici d’intention malhonnête mais peut être des habitudes générationelles ancrées à la Ronéo encre d’alcool ( ancêtre du copié collé ) de nos profs anciens imprégnés de volonté de transmission des savoirs à qui nous devons beaucoup . Respectons les auteurs donc mais aussi la volonté sincère d’alerte et de relais des informations scientifiques .

      • @Willis : merci pour le contenu pertinent de votre commentaire ainsi que d’avoir rappelé les liens que j’ai indiqués hier dimanche 18 septembre à 17h 17min :

        Restons modeste : enfin quelqu’un qui lit mes commentaires parfois insolents mais… toujours aussi pertinents ! 😉 😉 😉

  • J’ai lu avec intérêt le cœur de l’article avec ses rappels scientifiques.
    Les problèmes abordés dans le cadre du Traité de l’Antarctique vont, quand même, bien au-delà de considérations franco/françaises.
    J’ai en mémoire un article du Monde (je crois), pas très optimiste, qui analysait les positions des membres du Traité de l’Antarctique, notamment celle des pays du Sud, de la Chine et de l’URSS.
    Je n’ai pas suivi tous les liens en référence de votre article . Désolé.

    • Ci-joint l’article qui analysait les positions des membres du Traité de l’Antarctique, notamment celle des pays du Sud, de la Chine et de l’URSS.
      https://theconversation.com/en-antarctique-la-marche-de-lempereur-entravee-par-la-chine-186879
      Publié: 31 août 2022, 21:14 Auteur Florian Aumond Maître de conférences en droit public, Université de Poitiers

      Titre et têts de § :
      En Antarctique, la marche de l’empereur entravée par la Chine
      Un contexte singulier
      L’exploitation des ressources au cœur des enjeux
      Des principes forts sur la protection des espèces
      L’empereur objet des controverses.
      Bataille argumentaire
      Un consensus qui s’étiole

      • J’ai lu avec un grand intérêt l’article en question. Dès que les rivalités entre états interviennent, que les intérêts s’opposent, tout devient sujets de discorde et retombe négativement sur la nécessaire protection de la faune, la flore et les habitants autochtones de l’Antarctique et, du fait que tout dépend de tout, sur l’ensemble du monde
        J’ai retenu, entres autres, car c’est long et »compliqué » à suivre, le passage intitulé: Bataille argumentaire et le suivant: un consensus qui s’étiole »
        Comme il est dit au début « l’exploitation des ressources est au cœur des enjeux et le dérèglement climatique se combine désormais au dérèglement géopolitique »
        La consultation sur internet des articles que l’on peut lire en donnant « La Chine et l’antarctique » comme mots clés, confirme et détaille certains points.
        La transition écologique et la protection des « citoyens du monde »ne sont vraiment pas entre de bonnes mains!
        Malheureusement, le sujet n’est pas local, il n’est qu’un exemple de plus des rivalités géopolitiques au niveau du monde.
        N’oublions pas les prédictions d’Alain Peyrefitte parues en 1973 chez Fayard:
        « Quand la Chine s’éveillera… le monde tremblera « 

  • Le climat d’anxiété systématique entretenu par les médias et repris ici une fois encore, favorise ce que le Figaro appelle: « La progression fulgurante des partis de droite nationaliste et radicale en Europe ». Il faut s’interroger sur les conséquences sociales et politiques de ces approches catastrophistes, pseudo-scientifiques qui remplissent en bout de ligne les hôpitaux psychiatriques de personnes en dépression ou en crises (graves souvent) d’angoisse. Non le monde n’est pas si noir. Il faut arrêter de désespérer Billancourt et au lieu d’être dans la plainte et de regarder le passé -il était forcément mieux car nous étions plus jeunes- il est nécessaire de se projeter dans un avenir éco responsable que la jeunesse fera, que l’on le veuille ou non, sans ces éternelles lamentations de Jérémie.

    • 1°) Non le monde n’est pas si noir:

      Dans la vie faut pas s’en faire
      Moi je ne m’en fais pas
      Toutes ces petites misères
      Seront passagères
      Tout ça s’arrangera
      Je n’ai pas un caractère
      A me faire du tracas
      Croyez-moi sur terre
      Faut jamais s’en faire
      Moi je ne m’en fais pas .

      2°) « pseudo-scientifiques » Avez-vous la compétence pour juger la valeur scientifique du texte présenté; dîtes-moi ce qui est « pseudo-scientifique donc inexact dans les données scientifiques évoquées à propos de l’Antarctique!

      3°) « Approches catastrophistes, pseudo-scientifiques qui remplissent en bout de ligne les hôpitaux psychiatriques…. »

      S’imaginer que les troubles psychiatriques sont causés uniquement par les « approches….. »c’est vraiment vouloir justifier votre ressenti.

      Une vue bien plus large de l’origine des maladies traitées en psychiatrie serait nécessaire.
      Les troubles psychiatriques et les souffrances psychiques peuvent être causés par de multiples facteurs et sources, toucher tout individu de sexe et d’âge différents. Au demeurant, les facteurs peuvent être psychologiques, génétiques, physiques ou environnementaux ; c’est un domaine complexe à évolution non prévisible.
      La violence, l’alcool, la drogue, le sexe ne sont pas pseudo-scientifiques; les coups de couteau, à Morlaas, d’un jeune à un autre, non plus.
      Des cas de violence peuvent se produire dans n’importe quel lieu de travail. Certaines professions et circonstances professionnelles sont plus susceptibles que d’autres d’engendrer la violence ou d’en faire l’objet, comme les travailleurs en contact avec le public, le harcèlement, le climat des relations interpersonnelles au travail…. Le stress professionnel conduit bien des personnels à l’hôpital psychiatrique.
      Tout cela, j’en passe et des meilleures, n’ a rien à voir avec vos propos!

      Grattons-nous avec joie après des piqures de moustiques. Ce n’est pas catastrophique, c’est juste le réchauffement climatique et la disparition de leurs prédateurs!!

      4°) Comment voyez-vous cet avenir éco-responsable?

      5°) »au lieu d’être dans la plainte et de regarder le passé, il était forcément mieux »

      C’est faux, il était bien pire au contraire sur les conséquences sociales et la violence; par contre on ne s’est pas contenté de se satisfaire « d’un monde pas si noir »; le monde du travail a lutté pour la conquête de droits afin d’avoir une vie meilleure; c’est dans cet esprit que bien des textes et des comportements revendiquent une lutte semblable pour un monde meilleur; ce ne serait pas du luxe quand on voit les inondations, incendies, sécheresse, grêle qui nous tombent dessus; comment ne pas comprendre « Le climat d’anxiété systématique » qui étreint les habitants de Gironde, des Landes, du Var et d’ailleurs!
      N’oublions pas non plus, dans un autre domaine, l’augmentation des prix de l’énergie et du logement…
      A moins que vous trouviez, là aussi que c’est une approche catastrophiste et pseudo-scientifique.

    • Quand vous écrivez « repris ici » vous ne croyez pas si bien dire : ce texte est à 80% (et peut-être plus) constitué de copiés/collés de paragraphes entiers piochés ça et là sur internet. Sans que les références soient indiquées, ni en mettant en évidence que ce ne sont que des citations et pas un texte original. D’aucuns nommeraient cela « plagiat ».

      Un exemple (mais vous pouvez faire le test avec d’autres parties), le paragraphe commençant par « En quête de nouveaux horizons à découvrir, les touristes s’intéressent aujourd’hui à des territoires hors des sentiers battus… », est intégralement recopié depuis https://www.cairn.info/revue-herodote-2007-4-page-167.htm (et ce lien n’apparait nulle part ici).

Répondre à André Duchateau Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *