Elles sont où les féministes ?

4.9
(77)

Une jeune femme meurt en Iran dans les locaux de la police des mœurs où elle a été conduite parce que le voile qu’elle portait laissait apparaître une mèche de cheveux, péché grave dans ce pays où la charia doit être rigoureusement respectée. Quelques femmes se sont révoltées mais leurs manifestations ont été vite dispersées par la police d’état.

En Afghanistan, les femmes sont reléguées au rang d’incultes. La scolarité des filles était déjà aléatoire malgré la présence des Etats-Unis. La situation a empiré depuis leur départ. La scolarité obligatoire (officiellement ! ) jusqu’à l’âge de 14 ans, permet d’atteindre le niveau d’un cours élémentaire. Après ? Alors que deviendra le pays privé de la valeur ajoutée de la population féminine ? Où les talibans trouveront- ils la base humaine nécessaire au fonctionnement du pays, médecins, enseignants, ingénieurs. *La population masculine,  souvent illettrée n’y suffira pas et tôt ou tard c’est encore l’occident, s’il en a les moyens qui devra combler les trous.

Et l’Afrique ? Les femmes en sont la main d’œuvre première. Pendant que les hommes adeptes de Mahomet palabrent à longueur de journée, elles font tout ou presque. De nombreux enfants, évidemment, mais aussi l’entretien du foyer, la garde du maigre troupeau et l’excision leur interdit le moindre plaisir intime.

La liste est longue et pourtant on ne voit guère nos féministes et d’autres bonnes âmes manifester leur compassion à toutes ces malheureuses qui ont la malchance de vivre sous l’empire de la charia. Bien mieux, elles vont jusqu’à soutenir comme une liberté et un droit le port par la femme d’une tenue vestimentaire ne laissant apparaître que leurs yeux, accoutrement d’ailleurs très dangereux puisqu’il peut être porté par un homme.

Alors, pourquoi moins de bruit que pour défendre l’avortement, la pilule du lendemain, le mariage stérile de personnes du même sexe, les mères porteuses ? Parce que tout simplement il faut en venir à combattre l’islam et ses dérives. Mais au nom de pas d’amalgame, de halte à l’islamophobie ou du droit à une liberté religieuse même si elle conduit à ignorer la moitié du genre, on se tait par crainte de représailles. La force, la violence l’emportent sur l’ouverture du cœur.

Les conventions prônant les droits de l’homme sont bafouées. Et, face à des idéologies totalitaires comme l’islam et le communisme, sources de tous les conflits armés actuels, on se contente de condamnations morales. Il incombe aux pays démocratiques d’instruire leurs citoyens sur leurs dangers à partir de ce qu’on peut voir ou entendre et de soutenir activement celles et ceux qui tentent de s’élever face à des dictatures mortifères.

Pierre ESPOSITO

Crédit photo : https://women.ncr-iran.org/fr/2020/11/24/le-voile-obligatoire/

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 4.9 / 5. Nombre de note : 77

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

3 commentaires

  • Plasticienne (féministe !), je me permets un commentaire en image… avec une série intitulée « S-4 » sur ce sujet de la violence du port du voile. A découvrir : https://1011-art.blogspot.com/p/s-4.html Vive le combat des femmes iraniennes et afghanes !

  • Oui, mais… non ! C’est trop loin, et ça ne paie pas !

  • Je ne suis pas souvent de votre avis mais vous avez tout à fait raison. Ce samedi soir on se bat dans le centre de Téhéran contre le régime des Mollahs qui fait usage d’armes de guerre contre des manifestants. En France un député LFI, Louis Boyard (ex-vedette de la télé), ose comparer cette lutte héroïque au prétendu combat des femmes qui désireraient porter le voile dans notre pays. La comparaison est écœurante comme l’est aussi le peu de répercussion médiatique en France de la lutte pour la liberté que mènent les femmes et les hommes en Iran.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *