Institut Confucius de Pau-Pyrénées : Rue Valéry Meunier / Rue des Démocrates de Hongkong embastillés

5
(239)

Ne faudrait-il pas supprimer le terme Pyrénées de l’intitulé de cet Institut ? Pour nous, PYRÉNÉENS, dans la mémoire collective, la CHAÎNE DES PYRÉNÉES représente le CHEMIN vers la LIBERTÉ, vers l’Angleterre, pendant la seconde Guerre mondiale.

De quel droit associer « nos PYRÉNÉES » à ce projet mondial de soft-power du dictateur chinois auto-proclamé ?

À HONGKONG, pas une semaine sans arrestation arbitraire au nom de la « sécurité nationale » et ce depuis la reprise en main musclée de l’ex-colonie anglaise par Pékin, dès juillet 2020.

Des milliers de jeunes Hongkongais se sont exilés, s’inscrivant dans les universités de Taïwan,

Une majeure partie de la société civile hongkongaise tente de fuir, initiant ainsi de nouveaux CHEMINS DE LA LIBERTÉ.

Ce 19 septembre 2022, Ronson Chan, président du Syndicat des journalistes est arrêté au nom de la-dite loi de « sécurité nationale«  décrétée par Pékin.

Ce même 19 septembre 2022, le Cardinal Joseph Zen, 90 ans, retraité, comparaît* en même temps que quatre autres accusés**.

La semaine précédente, condamnation de cinq orthophonistes Hongkongais : 19 mois de prison pour « sédition » en raison de la publication de trois livres destinés aux enfants. Des moutons défendant leur village contre des loups*** ! Bien sûr, Pékin n’a pas apprécié. Lai Man-ling, Melody Yeung, Sidney Ng, Samuel Chan et Fong Tsz-ho, tous membres fondateurs du Syndicat des orthophonistes à l’origine de ces livres, ont été maintenus en prison pendant plus d’un an avant ce procès. Inutile d’ajouter que ces livres subversifs sont déjà retirés des écoles.

Tous les Syndicats, quels qu’ils soient, passent ou vont passer à la moulinette de Xi : Syndicats du livre, des avocats… En outre, des parlementaires, des conseillers de district, tous élus au suffrage universel se voient actuellement retirer leurs fonctions.

Notons aussi la rétrogradation de Hongkong à la 148e place sur 180 dans le classement international pour la liberté de la presse.

En absence de tout soutien, les leaders du « Mouvement des parapluies jaunes » doivent aussi trouver les temps bien amers.

Qui en Occident se soucie encore du Mouvement démocrate de Hongkong ?

Il y a des silences complices, il y a des silences assourdissants, il y a aussi des silences qui tuent.

À Pau, SILENCE encore et toujours, depuis l’inauguration de l’Institut Confucius le 27 octobre 2019 en présence du loup guerrier Lu Shaye. Ce dernier, ambassadeur de Chine en France, déclarait encore tout récemment sur une chaîne d’info continue que « le massacre de la place Tiananmen était une fake news« .

À Pau, SILENCE total sur tous ces embastillés, qu’ils soient de Hongkong, de Chine, du Turkestan Oriental, de Mongolie Intérieure, du Tibet ; qu’ils soient enseignants, journalistes, avocats, constitutionalistes… PAS UN MOT.

Quel courage, quelle lâcheté!

Pyrénéens, ne nous laissons pas insidieusement manipuler.

A Pau le 02 octobre 2022

MR/PC pour France-Tibet

* https://alternatives-pyrenees.com/2022/05/18/le-cardinal-joseph-zen-de-hongkong-arrete-pour-collusion-avec-des-forces-etrangeres/

** https://www.rfi.fr/fr/asie-pacifique/20220918-hong-kong-le-cardinal-zen-devant-la-justice-un-proc%C3%A8s-test-pour-les-relations-sino-vaticanes

***

La Bête est morte : « La guerre mondiale chez les animaux« 

Auteur Edmond CALVO édition Gallimard : en vente chez CULTURA

Descriptif du fournisseur :

C’est « la guerre mondiale chez les animaux ». Dessiné et peint en pleine occupation allemande, l’album « La Bête est morte«  ! est publié dans le troisième mois de la Libération.
Cette oeuvre unique, ce bestiaire sanglant qui s’inscrit dans la longue tradition du symbolisme animal, est à l’image de cet épisode le plus monstrueux de l’histoire de l’humanité : féroce et impitoyable… Et s’il est vrai que Victor Dancette, auteur du scénario, ignore les nuances, on trouve dans cet ouvrage le témoignage émouvant d’une indignation nationale et, surtout, une éclatante démonstration d’art dans la bande dessinée. Un style d’une grande vitalité.

1er partie : « QUAND LA BÊTE EST DÉCHAINÉE »

2me partie : « QUAND LA BÊTE EST TERRASSÉE« 

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 5 / 5. Nombre de note : 239

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

3 commentaires

  • Sur France info le 23 octobre 2022 où l’Institut Confucius de PAU est mentionné : https://www.francetvinfo.fr/monde/chine/congres-du-pc/propagande-voire-espionnage-au-profit-de-la-chine-des-associations-demandent-la-fermeture-des-instituts-confucius-en-france_5433802.html#xtor=CS2-765-%5Bautres%5D-

    Propagande, voire espionnage au profit de la Chine : des associations demandent la fermeture des instituts Confucius en France
    Alors que le congrès du Parti communiste chinois vient de se terminer, des associations demandent la fermeture des instituts Confucius en France, l’équivalent chinois des alliances françaises, d’importants relais d’influence de la Chine.
    C’est une grande première en France : des associations, soutenues par des élus, demandent ouvertement la fermeture et l’interdiction des instituts Confucius dans le pays. Ces structures participent au « soft power » chinois, une capacité d’influence à l’étranger qui permet de faire découvrir une culture ou une langue. Il y en a une vingtaine sur le territoire français et depuis plusieurs années, des collectifs ouïghours, tibétains, mongols ou encore hongkongais appellent la France à revoir sa position sur la présence de ces associations sur son territoire.
    Une méfiance qui n’est pas nouvelle en France, mais qui ne s’était jamais affichée aussi ouvertement, alors que le 20e congrès du Parti communiste chinois vient de se tenir à Pékin. D’autres pays, comme les Etats-Unis, l’Angleterre ou encore la Belgique, ont fermé ces instituts, dénonçant la propagande, l’espionnage et une surveillance des opposants au régime chinois.

    Des instituts influents, financés en partie par l’argent public
    En France, la prise de conscience est un peu plus lente, se désolent certains élus, malgré des alertes répétées. « Je ne me gêne pas, quand je vois le président de la République, de lui dire ce que je pense de la mansuétude qu’on a à l’égard d’un Etat qui est totalitaire et qui a pignon sur rue, et pas qu’à travers les instituts Confucius », s’agace André Gattolin, sénateur de la majorité présidentielle, et présent lors d’un rassemblement d’opposants à ces instituts à Paris, le 21 octobre 2022.

    « Aujourd’hui, il y a plusieurs milliers d’associations qui sont financées ou infiltrées par des représentants chinois. »

    André Gattolin, sénateur à franceinfo
    Ce maillage associatif, financier et universitaire, dense, n’est pas sans incidence sur la liberté des chercheurs français. Certains peuvent par exemple se voir interdire de visa, si la nature de leurs travaux déplaît à Pékin. C’est l’expérience qu’a vécu la sinologue Marie Holzman : « Il est difficile d’étudier des sujets qui déplaisent au gouvernement chinois dans une université où on a un institut Confucius, raconte-t-elle. Moi-même, j’ai défendu les prisonniers politiques, les grands dissidents chinois des années 1970. À partir de 1995, le gouvernement chinois m’avait repérée et m’a privée de visa pour aller en Chine. »
    Interdire les instituts Confucius, c’est aussi demander aux collectivités locales d’arrêter de subventionner ces instituts dans leurs régions avec de l’argent public. « Pourquoi les instituts Confucius demandent en France de l’argent et des subventions aux municipalités et aux collectivités locales ? », s’interroge Brigitte Guiraud, présidente de l’association Initiative citoyenne.

    « Cela ne devrait pas exister », insiste-t-elle, citant plusieurs exemples : « On a eu le scandale de 40 000€ à l’Institut Confucius d’Angers en 2021, la même chose à Pau avec 40 000 € pour 40 élèves d’un institut Confucius. J’ai trouvé ça aberrant. » Brigitte Guiraud demande à la ministre de l’Enseignement supérieur d’interdire les instituts Confucius en France, au nom des valeurs démocratiques de notre pays.

  • Pingback: Des idees nouvelles ! – Alternatives Pyrénées

  • Pierre-Michel Vidal

    Beaucoup de grands discours, des leçons de morale que l’on ne s’applique pas à soi-même c’est la pratique politique de trop d’élus. L’Institut Confucius est une verrue dans le paysage béarnais. Les citoyens courageux n’ont pas d’autres moyens que de se mobiliser et agir selon leur conscience. Bravo! Que la rue rue Meunier reste celle des DES DÉMOCRATES DE HONGKONG EMBASTILLÉS c’est ce qu’il faut souhaiter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *