Micro plastiques sur la côte en Nouvelle Aquitaine, une réalité.

5
(156)

La mer commence ici.

Voilà la photo d’un ramassage de déchets sur 300 cm2 (3x10cm/10cm) le Mardi 17 mai 2022, dernière ligne de marée haute coefficient 100 à 18h47, sur une plage d’une ville balnéaire de Nouvelle Aquitaine.

Ce sont des milliers de déchets micro plastiques de quelques millimètres de toutes les couleurs qui s’étaient donnés rendez-vous ce jour là, concentrés dans des espèces de vortex, mélangés à des brindilles bois, larmes de sirène et de mousses marrons comme on peut en voir dans les stations d’épuration.

D’autres plus gros de plusieurs centimètres et plus sales étaient plus largement répartis sur d’autres lignes de marée descendante.

Deux jours plus tard, c’était au tour de milliers de vieux mégots qui s’étaient échoués, comme un retour à l’envoyeur.

Je n’en croyais pas mes yeux.

Ces plastiques et mégots sont bien visibles lorsqu’ils sont fraîchement échoués, mais disparaissent très vite au moindre coup de vent les recouvrant de sable, comme pour nous dire « circulez, y’a rien à voir« .

Ces déchets, après avoir été malaxés, triturés, broyés, abrasés par le sable et le vent sont transformés en farine extrêmement volatile, rentrant insidieusement dans les logements et pas que.

Certains jours, suivant l’orientation du vent et des courants côtiers, en se baignant sur une plage bien connue de la côte basque, vous avez, flottant à quelques mètres du rivage, ces mêmes micro déchets avec ces mêmes mousses marron. Ce n’est pas bien appétissant.

Ce n’est pas nouveau, mais c’est une réalité qu’il ne faut pas mettre sous le tapis en se disant que ça se passe ailleurs mais pas chez nous.

Nous ne sommes pas encore comme sur une célèbre plage de Bali*, mais en micro déchets nous n’en sommes pas loin. Quant aux nanos particules, elles se retrouvent dans la chaîne halieutique. C’est là aussi une réalité.

Nos communautés de communes doivent se dire qu’avons-nous à voir avec cette pollution.

Souvenez vous de la publication sur Alternatives Pyrénées du 25 mars 2022** « Jurançon ; pollution du gave de Paubelle, il y en a partout ».Les maires de Billère et Jurançon s’étaient, quelques temps après, empressés de nettoyer.

Ou cet article du 14 mars 2022*** « Nos bords de routes ne sont pas des poubelles« , là rien n’a été fait, c’est toujours aussi pollué.

Ou celui d’Emanuel Valenti du 28 janvier 2022**** « petites scènes de la vie quotidienne« .

Ou Joël Braud du 06 juillet 2020*****  » pollution par le plastique ».

Tout ces déchets finissent toujours par s’échouer et aux bords de nos gaves et rivières et sur nos plages de l’atlantique et d’ailleurs.

Je me souviens de la côte landaise dans les années 70 à plusieurs centaines de mètres au sud de L…., bouteilles verres, plastiques, jouets, casiers, chaussures, galettes de pétrole, matériels et filets de pèche, troncs d’arbres… une calamité qui venait de dépôts d’ordures bien connus de nos voisins.

Au début des années 80, le département des Landes avait pris conscience du problème.

Une structure de nettoyage avait été mise en place. Un jour de 1985, j’étais revenu sur cette plage où il fallait faire quelques kilomètres à pied pour y accéder. Quelle n’avait pas été ma surprise de voir que pour tout nettoyage, la société O…. s’était contentée d’incinérer sur place. Tout en un. Deux énormes tas pyramidaux de 4 à 5 mètres de haut de concrétion de plastiques-verres, durs comme du béton se présentaient ainsi sous mes yeux loin des regards. J’avais téléphoné au Conseil Général des Landes pour leur faire part de cette navrante première méthode de nettoyage. Ce n’était que le début d’une « prise de conscience » certainement à la faveur d’une VIP habitant non loin de là dont la photo de sa première campagne électorale de 1981 le présentait sur la côte Landaise.

Voilà le résultat des négligences des villes en amont de nos fleuves et gaves.

Les milliers de mégots, canettes alu et autres déchets sont jetés partout sur nos trottoirs et partent dans nos réseaux d’eaux pluviales. Une bonne partie revient sur nos côtes et bords de gaves. Certaines communes du littoral sont équipées de tamiseur cribleur.

Quelques dizaines de communes françaises interdisent de fumer sur les plages par arrêté municipal.

Des arrêtés municipaux obligent les cafetiers à ramasser leurs mégots.

Mais à Pau ? Je n’ai jamais vu une ville aussi sale pleine de mégots par terre, il y en a partout, jusqu’aux canettes qui bouchent les avaloirs d’égouts.

Cette situation n’est-telle pas à l’image de l’ambiguïté et la noirceur de la « conscience » collective ?

Ne faudrait-il pas passer à la vitesse supérieure en interdisant de jeter tout et n’importe quoi sur les chaussées et bords de routes, par respect de l’autre.

Une éducation générale reste à faire, il y a URGENCE.

N’y-a-t-il pas URGENCE de connaître ce qu’il y a au fond du golf de Gascogne ou dans la fosse de Cap breton ?

Arrêtons de fermer les yeux et de nous voiler la face.

Bientôt 10 tonnes ramassées, triées, pesées, détaillées sur prés de 30 chantiers sur quelques kilomètres en dix huit mois en aval du gave d’Oloron par l’association Tervid’hom******.

Faudra-t-il fêter cet affligeant constat ?

A quand un programme de nettoyage définitif de ces dizaines d’anciennes décharges, au fil de l’eau reconnaissables par leurs odeurs putrides qui s’éventrent à chaque tempête, recommençant à souiller encore et encore ce qui avait été nettoyé la veille ?

Un espoir, tout de même.

Un projet d’observatoire  » Des estuaires aux sources des macro-déchets » sur huit sites d’observation en Nouvelle Aquitaine des Pyrénées aux Charentes est en train de se mettre en place avec un ensemble d’acteurs bénévoles et d’institutions publiques.

Créer des collaborations pour réduire les plastiques venant des bassins versants et ainsi diminuer les impacts dans l’océan.

Agir avec une même méthodologie (OSPAR/DCSMM) dans les ramassages et tris afin d’avoir une même base de données, cartographier, recenser les données, réseau de surveillance, identifier les zones d’accumulation ou de transits importants, mises en places de bacs à marées et bacs à crues…

Au travail…

Pécé

* https://www.planetoscope.com/eau-oceans/2038-.html

** https://alternatives-pyrenees.com/2022/03/25/jurancon-pollution-du-gave-de-paubelle-il-y-en-a-partout/

*** https://alternatives-pyrenees.com/2022/03/14/billere-jurancon-nos-bords-de-routes-ne-sont-pas-des-poubelles/

**** https://alternatives-pyrenees.com/2022/01/28/petites-scenes-de-la-vie-quotidienne-1/

***** https://alternatives-pyrenees.com/2020/07/06/pollution-par-le-plastique/

****** https://alternatives-pyrenees.com/page/3/?s=d%C3%A9chets

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est image-1024x773.png.

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 5 / 5. Nombre de note : 156

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

10 commentaires

  • A l’ attention de Mr Pécé.
    Dernièrement a eu lieu un vote à l’ Assemblée Nationale concernant l’ interdiction de l’ usage du polystyrène,
    l’ un des plastiques les plus polluant et qui sert notamment à la confection de barquettes d’ emballages alimentaires, mais également d’ isolant pour l’ habitat. !!!! Souvenons nous de l’ incendie d’ un immeuble en Angleterre qui fit de très nombreuses victimes pas asphyxie par inhalation des fumées.
    L’ Association  » Agir pour l’ Environnement  » met à disposition de l’ électorat sur son site la possibilité de consulter qui a voté pour et qui a voté contre. Et là surprise, les Elus Ecologistes ont voté favorablement à la poursuite de l’ usage du polystyrène !!!!!! Comprenne qui pourra. Peut être sont ‘ ils plus sensibles à leurs avenir ou aux chants des sirènes lobbyistes qu’ à la santé de leur électorat et de l’ environnement qu’ ils sont censés défendre.Je pense que le travail à lutter contre les plastiques est à faire plus à ce niveau là qu’ à les ramasser sur les bords de nos ruisseaux, rivières et fleuves, après que le mal soit fait. Je suis persuadé que le seul plastique qui est bon, est celui que l’ on ne produit pas, ou que l’ on produit avec parcimonie, en sachant avant qu’ il soit recyclable après, à un coût raisonnable sans impact sur l’ environnement. Malheureusement aujourd’ hui nous sommes bien loin de tout ça, réduits par nos responsables à la politique du  » jeter dans le jardin du voisin » et si possible le plus loin possible, en Afrique ou en Asie.
    Nos députés ont à faire du travail sur eux mêmes, afin que les générations futures ne soient pas victimes de leur cécité actuelle.

    • « Les élus Ecologistes ont voté favorablement à la poursuite de l’ usage du polystyrène !!!!!! Comprenne qui pourra »

      Effectivement, mais il ne faut pas perdre de vue que nos députés, et pas que!, sont, pour la plupart, complètement « fragiles » en science, en biologie et donc en écologie!
      Des scientifiques leur ont proposé des mises à jour pour déclencher chez eux un comportement conforme à l’orientation dans laquelle ils s’inscrivent. La motivation est « modeste » et surtout il faudrait que ce soit poursuivi.

      Les nouveaux députés formés par des scientifiques à la crise …
      https://reporterre.net › Les-nouveaux-deputes-formes-p…
      15
      21 juin 2022 — À l’occasion de la rentrée parlementaire, une trentaine de scientifiques ont proposé de former les députés aux enjeux environnementaux.

      NB : Il en est de même dans le comportement de bien des élus dans leur domaine de responsabilité.

      « Ave Caesar, morituri te salutant » devient, hélas, la devise de leurs enfants, de ceux de leurs électeurs et des jeunes dont beaucoup en prennent conscience: manifestations dans les rues, abstention, troubles d’éco-anxiété…

  • Merci Messieurs VALLET et LACANETTE pour vos commentaires.
    Vous pouvez consulter le détail du ramassage du dernier chantier de l’association Tervid’hom du 08 octobre 2022 à Méritien sur le lien suivant : https://www.facebook.com/photo/?fbid=150091557720374&set=pcb.150091681053695
    Voici le résumé de ce dernier chantier :
    Bonjour à tous,
    Nous étions 3 bénévoles ce samedi 08 octobre 2022 sur le Gave d’Oloron
    à MÉRITEIN (La sablière).
    Nous avons traité 250 mètres linéaire de cours d’eau et 1500 m² de surface environnante en 3H de ramassage et 2H50 de tri, nous avons récolté 70,85kg de déchets représentant un volume de 294,10 litres.
          747 unités collectés dont 586 sont des plastiques !
    Nous avons ramassé environ 2 fois moins (en masse) que l’année passée où ce site avait été traité pour la première fois le 06/11/2021 !
    Nous remercions la Communauté des Communes du Béarn des Gaves qui se charge de l’évacuation et le traitement de la collecte.

                      Bonne lecture et à bientôt !

    Prochains et derniers chantiers de l’année :

    Samedi 05 Novembre 2022 à SUS (Les Camous de haut).
    Samedi 19 Novembre 2022 à PRÉCHACQ-NAVARRENX (Las Placas)

    Hélas beaucoup parlent ou écrivent mais nous aimerions qu’il y ait plus de bénévoles.
    C’est pourquoi nous vous invitons et nous invitons les élus de la communauté d’agglo de Pau (32 communes) à venir faire au moins un chantier de ramassage.
    Au moins un, ça serait déjà beaucoup…au lieu de fermer les yeux.

    « Un bon livre, un bon discours, mais pas autant qu’un bon exemple » CONFUCIUS

    • Pas de merci à recevoir en ce qui me concerne, mais plutôt bon courage à vous qui voulez changer le monde. En ce qui me concerne, j’ ai donné pendant des décennies avant vous, pour voir que rien n’ a évolué, bien au contraire tout s’ est dégradé au fil des années avec bien souvent l’ assentiment des plus concernés, qui auraient dû dénoncer cette situation, à commencer par les responsables politiques qui ont fermé et ferment encore les yeux et baissent la tête face aux lobbies. Le bon exemple de Mr CONFUCIUS est malheureusement dépassé, maintenant ne nous reste qu’à accepter avec résignation que ce qui pourra advenir, avec pour seul espoir que notre héritage
      n’ impactera pas l’ avenir des générations futures.

    • « Pas de merci à recevoir en ce qui me concerne signale M.Lacanette
      A moi non plus.

      Pour le reste du texte de ce dernier, compte tenu de mon âge et de mes activités passées, je m’inscris totalement, depuis le début jusqu’à la fin, dans le vécu et les propos de M.Lacanette.

  • Collecter les plastiques sur les rives de nos rivières ou nos plages, est un geste plus qu’ honorable, mais cela
    n’ est malheureusement que la pointe d’ un immense iceberg, qui est même soi-disant devenu le cinquième continent.
    Cela n’ est rien d’ autre que vider l’ océan avec une cuillère à café en plastique, car pendant ce temps là nos industriels peuvent impunément déverser des milliers de tonnes de plastique dans l’ atmosphère, ainsi que dans les milieux aquatiques pour nous polluer jusqu’ aux parties les plus protégées et intimes de notre corps. Ce n’est pas avec Mr Thierry Breton commissaire au marché intérieur européen que l’ on peut s’ attendre à une amélioration de cette situation, bien au contraire.

    …..les géants allemands de la chimie ainsi que la Fédération allemande de l’industrie de la chimie se sont opposés à plusieurs reprises à la Commission ces dernières semaines. Ils demandent une pause dans cette stratégie visant les produits chimiques.
    Nous sommes là en plein cas de figure du scénario  » jeter la pierre sur l’ autre » Ne pensons pas que les industriels
    français de la chimie et de la plasturgie soit très loin de la position Germanique. Ils sont même très contents que leurs amis Allemands aient eu le courage de mettre les pieds dans le plat de la mer de plastique. Cela leur enlève une sérieuse épine du pied.

  • Ne faudrait-il pas passer à la vitesse supérieure en interdisant de jeter tout et n’importe quoi sur les chaussées et bords de routes, par respect de l’autre. Une éducation générale reste à faire, il y a URGENCE.

    Dans ce problème arrêtons de jeter la pierre sur l’ autre, tout le monde est coupable.
    Le consommateur qui face à un produit emballé avec du plastique et un autre emballé avec du papier ne fait pas le choix, par inattention ou par sensibilisation de la différence de prix, sans se soucier des conséquences désastreuses de son choix qu’ il paiera plus tard sous d’ autres formes. (pollution, santé, taxes, etc …)
    Les autorités politiques nationales et européennes, qui connaissent parfaitement le problème depuis des décennies, mais qui préfèrent fermer les yeux par clientélisme, de peur de se mettre à dos les industriels, pourvoyeurs d’ emplois, les lobbies, etc….
    De même le corps médical, qui constate tous les jours les dégâts désastreux de ce mal insidieux, mais ne le dénonce pas, étant lui même l’ un des plus gros utilisateur de matière plastique à usage unique et surtout le plus dangereux car de type souple, donc contenant quantité phtalate, plastifiant le plus polluant de tous.
    Les plastiques ont tellement envahi et modifié notre façon de vivre qu’ il est aujourd’ hui impossible de les supprimer. La seule solution est d’ accepter d’ en limiter l’ usage des plus dangereux qui sont bien connus, mais les plus utilisés, malheureusement en perpétuelle évolution . Evolution si rapide que certains produits sont inconnus des autorités !!!!!
    Pour répondre à cette course poursuite sans fin les autorités se doivent de développer la recherche en faveur de plastiques moins impactant( bio plastiques entre autre) pour l’ environnement, mais reste la question des coûts et du  » qui va payer », ainsi que l’ éducation des consommateurs dont personne ne veut se soucier.
    Aujourd’ hui nous sommes bien loin de tout cela, alors les âmes charitables sont encore condamnées à faire les collectes en bottes et cirés ( de plastique !!!!) pour la plus grande joie de nos journalistes.

    • Vive l’ Europe et les lobbies, avec ça les âmes charitables vont avoir du travail pour le restant de leurs jours et plus si affinités.

      SANTÉ : LA COMMISSION EUROPÉENNE REPORTE SON PLAN D’ INTERDICTION DES SUBSTANCES NOCIVES
      Maxime PONSOT. – Il y a 9 h

      La révision du règlement Reach, à propos des substances chimiques dangereuses pour la santé et l’environnement, a été reportée à la fin 2023. Cela compromet grandement son adoption.

      La Présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, s’exprime lors d’un débat sur la préparation du Conseil européen des 20 et 21 octobre, lors d’une session plénière au Parlement européen à Strasbourg le 18 octobre 2022.
      La Présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, s’exprime lors d’un débat sur la préparation du Conseil européen des 20 et 21 octobre, lors d’une session plénière au Parlement européen à Strasbourg le 18 octobre 2022.
      © FREDERICK FLORIN / AFP
      La Commission européenne avait dévoilé, le 25 avril dernier, un plan pour l’interdiction de certaines substances nocives. L’Union européenne voulait alors interdire, à l’horizon 2025-2030, des familles entières de substances chimiques des plus dangereuses pour la santé et l’environnement et ultra-répandues dans produits de grande consommation (allant des composants toxiques dans les couches aux PFAS dans les cartons de pizza ou aux PVC dans les chaussures).
      Cette réforme prometteuse et sans précédent, très attendue dans le cadre de l’European Green Deal (le Pacte vert pour l’Europe), risque d’être enterrée, comme le rapporte Le Monde ce mercredi 19 octobre 2022. En effet, la proposition de révision en profondeur du règlement européen Reach sur les substances chimiques, sur laquelle elle repose, vient d’être reportée au quatrième trimestre 2023.

      Une décision actée mardi 18 octobre par le collège des commissaires européens lors de l’adoption du programme de travail de la Commission pour l’année 2023. Cette proposition comporte « en particulier l’évaluation des risques par famille de substances et non plus au cas par cas », note le journal. Elle devait initialement être présentée avant la fin de l’année, puis au printemps 2023.

      Ce report compromet l’adoption de la réforme, car il implique qu’elle n’a désormais que peu de chances d’aboutir sous la législature d’Ursula von der Leyen, actuelle présidente de la Commission européenne depuis 2019, étant donné que les prochaines élections européennes sont prévues pour 2024. La mise en œuvre dépendra donc de la nouvelle composition du Parlement européen.

      UNE VICTOIRE DES LOBBIES

      « Les profits de l’industrie chimique sont plus importants que la santé des Européens. On se souviendra du Green Deal européen comme du Toxic Deal européen ! », a déploré l’eurodéputée belge Maria Arena (Alliance progressiste des socialistes et démocrates) sur son compte Twitter. « Avec ce report inacceptable, la Commission enfonce le dernier clou dans le cercueil de la réforme Reach », a indiqué celle qui, en tant que membre de la commission environnement du Parlement, avait déposé une résolution dès juillet 2020 pour soutenir cette révision, rappelle Le Monde. « Les lobbies de l’industrie chimique ont gagné. »

      La co-présidente du groupe de la Gauche au Parlement européen Manon Aubry a aussi réagi sur son compte Twitter, dénonçant un « renoncement coupable de la Commission qui cède encore aux sirènes des lobbies en enterrant la révision du règlement Reach ! ».

      🔴 L’industrie chimique a eu la peau de la régulation 🇪🇺 des substances toxiques dangereuses pour la santé & l’environnement.

      Renoncement coupable de la Commission qui cède encore aux sirènes des lobbies en enterrant la révision du règlement Reach ! https://t.co/CeYaHWF83U

      — Manon Aubry (@ManonAubryFr) October 19, 2022
      La crise énergétique mise en avant

      En évoquant le contexte de crise énergétique lié à la guerre en Ukraine, les géants allemands de la chimie ainsi que la Fédération allemande de l’industrie de la chimie se sont opposés à plusieurs reprises à la Commission ces dernières semaines. Ils demandent une pause dans cette stratégie visant les produits chimiques.

      L’argument a également été repris par le groupe du Parti populaire européen (PPE, droite) au Parlement et par le commissaire au marché intérieur et à l’industrie, Thierry Breton, relève Le Monde.

      • Complément d’informations:

        Le collectif Beyond Plastics a publié un nouveau rapport à la fin-octobre 2021 : les industries productrices de plastique produiront plus d’émissions de gaz à effet de serre que les centrales au charbon d’ici moins de dix ans, aux États-Unis. Un phénomène qui continue toujours de s’aggraver à mesure que la production ne ralentit pas. Alerte.

        Produire du plastique polluera bientôt plus que le charbon

        https://mrmondialisation.org › produire-du-plastique-po…
        15 nov. 2021

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *