Destruction et reconstruction, la facture n’est pas pour les mêmes !

5
(20)

L’actualité nous a habitués à vivre constamment  des situations dramatiques, que ce soit dans le domaine sanitaire des maladies rares et neuro-musculaires (myopathies), de la recherche scientifique  fondamentale et appliquée,  de la lutte contre la Covid… Les aides de l’État  sont ridicules par rapport aux besoins ;  Il a  décidé d’autres destinations pour elles. 

Entre l’aide à la recherche contre la mucoviscidose et les aides aux industries polluantes, pas d’hésitation, croissance oblige !
 Le Réseau Action Climat a analysé le projet de loi de finances et révèle que 25 milliards d’euros seront utilisés par l’État en 2022 pour soutenir des secteurs polluants tels que l’aviation ou la construction. Cadeau du gouvernement aux secteurs polluants : 25 …

https://reporterre.net › Cadeau-du-gouvernement-aux-sect..

Aide pour les industries les plus polluantes : une bonne … https://www.francebleu.fr › … › Infos › Environnement

8 nov. 2022 —  Emmanuel Macron annonce ce mardi doubler l’aide financière pour les industriels les plus polluants faisant des efforts en vue de réduire leur impact carbone.
Les financements sont alors assurés de plusieurs manières :  

*La sécu, donc le citoyen contribuable, en remboursant  les industriels du médicament.

*Des téléthons dont le but est de récupérer de l’argent par les dons.

*La contribution d’associations alimentées par des dons de particuliers.

*La contribution personnelle et l’entraide  du voisinage dans des cas particuliers où la vie  de son enfant est en jeu.

*La recherche fondamentale financée, Ô combien modestement par l’État !
Le domaine environnemental, et par contrecoup, le milieu social, humain, agricole… est soumis à des catastrophes dîtes naturelles, en réalité  d’origine anthropique. Les pertes en vies humaines, en biodiversité, en matériel, en habitat, en vie animale et végétale, sont considérables mais L’État reconstruit surtout par la parole.

Les assurances ont de plus en plus de mal à faire face et deviennent si chères que bien des propriétaires ne peuvent plus s’assurer ; l’entraide pare au plus pressé. Comment l’État Intervient-il dans l’indemnisation des catastrophes naturelles ? Après publication au Journal Officiel de l’arrêté interministériel reconnaissant l’état de catastrophe naturelle, l’indemnisation est effectuée par l’assureur du propriétaire du bien. Elle intervient dans la limite des garanties souscrites, uniquement pour les biens couverts par le contrat « dommages aux biens ».

Tiens ! 

Pertes et Préjudices – Catastrophes climatiques Annonce·https://www.cncd.be/

« Ce mécanisme devrait donc être financé par des sources innovantes, telles qu’une réorientation des subsides publics alloués aux énergies fossiles (qui représentent 13 milliards par an à ce jour en Belgique), une taxe sur les transactions financières ou encore une taxation internationale sur l’aviation. » En France : En 2019, les exonérations fiscales en faveur des énergies fossiles ont atteint près de 18 milliards d’euros. 

Pas un euro d’argent public pour les énergies fossileshttps://www.amisdelaterre.org › campagne › pas-un-euro-.
Dernièrement, un exemple illustre bien  le »reste à charge » par l’État.  Le mardi 8 novembre 2022, Léa Salamé, spécialiste des problèmes politiques et Hugo Clément, journaliste engagé dans les problèmes environnementaux, se sont réunis à l’écran pour la première fois afin, dit-on, de sensibiliser les téléspectateurs de France 2 à l’environnement dans Aux arbres citoyens ! Un événement médiatique qui a eu lieu au cœur des serres du parc André Citroën à Paris, dans un décor végétalisé et en public.

Vous avez dit sensibilisation ? Comme c’est bizarre !  Cela fait des années qu’on sensibilise par tous les moyens ! 

*La radio invite des spécialistes à l’occasion des catastrophes, des publications du Giec, des manifestations mondiales comme les Cop, les manifestations des jeunes et les désobéissances civiques qui s’accompagnent hélas de violences.

*La télévision, surtout sur bien des chaînes parallèles, sur la 7, et à certaines heures, montrent la vie animale et ses dangers du fait de l’impact humain ;  certains sites internet sont sérieux, la presse régionale ne manque pas de relater les conséquences du changement climatique sur les côtes, la pêche, la pollution…

*Il y a 48 ans René Dumont  a été le premier candidat à l’élection présidentielle sous l’étiquette écologiste.

*En 1965, Jean Dorst a publié son fameux « Avant que nature meure », analyse vivante et prémonitoire de la crise d’érosion de la biodiversité aujourd’hui avérée.
La sensibilisation était donc déjà faite, pour ceux qui sont «sensibilisables» ; c’était donc une de plus qui n’apportait rien de nouveau si ce n’est un débordement d’autosatisfactions, de congratulations, de paroles bien peu  justifiées des animateurs.
Par contre, on espérait, enfin, avoir des informations objectives sur les causes politiques de l’effondrement de la nature, avec son climat, sa diversité animale et végétale, véritable système immunitaire pour l’espèce humaine entre autres, ses réserves potentielles pour affronter l’évolution. La disparition des arbres et de leurs habitants, c’est la disparition de l’éventualité de trouver de nouvelles molécules pour de nouveaux médicaments. Une émission montrait la recherche de nouvelles molécules dans les endroits les plus reculés de l’Amazonie où il reste quelques endroits où « la main de l’homme n’a pas mis les pieds » 
On espérait aussi avoir des informations sur la prise en charge financière, par un gouvernement condamné pour inaction climatique, de la réparation des dégâts réalisés «grâce à lui» ; par exemple, en ce qui concerne les arbres, le financement d’une replantation écologiquement réfléchie pour s’ adapter à une nouvelle orientation afin d’assurer une véritable transition écologique. Malheureusement, c’est très compliqué car les parcelles sont partagées entre public et privé !  Un article de Sud Ouest du 16 /11/2022 montre des recherches à Lanton (33138) pour la replantation  par un partenariat Vimorin-Mikado et deux pépinières Forelite et Planfor, l’ensemble absolument pas écologiquement-compatibles ! C’est mal parti !
Pour en revenir à l’émission, tout était réuni pour assurer notre information ; les spécialistes étaient nombreux et divers : Paléo-climatologue, Ministre de la transition écologique, biologiste, professeur à la Sorbonne, ONF, journalistes,  membre de la Convention Citoyenne pour le Climat`

Tout était réuni, oui, mais  le véritable objectif sous-jacent, s’est bientôt manifesté ; le but n’était pas celui-là ;  mais, pompeusement et de façon grandiloquente, de récolter le plus d’argent possible « pour sauvegarder la nature et procéder à la reforestation mondiale. » !!!!!! Une sorte de téléthon ultra-green.

Bien modeste ambition, n’est-elle pas ????
La démarche n’a pas trop mal réussi malgré une bien modeste audience, 1,8 million d’euros, selon une source, ont été collectés pendant l’émission.
Par conséquent, au lieu de s’attaquer aux vraies causes pour les éliminer, on reste politiquement correct, « motus et bouche cousue »;  la demande de dons sera sans cesse renouvelée puisque les causes ne sont pas éliminées, amplifiées même, par l’augmentation de l’intensité et des conséquences..
L’État va donc :

*Continuer à favoriser le réchauffement climatique par une politique aberrante basée sur le profit immédiat et le mépris des conséquences pour les générations présentes et à venir. 
*Intensifier les tempêtes, la sécheresse, les inondations, les feux.. la destruction de millions d’arbres, de matériel, d’habitations, de vies humaines.
*ne pas engager les fonds nécessaires pour respecter la notion du pollueur-payeur.
*solliciter la générosité publique, des téléthons,  pour assurer la réparation des dégâts.
Une critique a été faite ; la non reconnaissance des espèces d’arbres par beaucoup a agacé le public, c’est vraiment secondaire par rapport à la méconnaissance de leurs besoins, de leur milieu de vie qui se dégrade, de leurs fonctions rafraichissante, dépolluante, oxygénante… et déterminante dans la décarbonation. Croyez-vous que beaucoup de nos ministres, la première d’entre eux, le Président lui-même, la souriante Lea Salamé… soient plus au courant ?  Ne pas reconnaître la marque et le modèle d’une voiture, ce n’est pas important, ce qu’il faut c’est savoir la conduire, assurer un fonctionnement durable et ne pas la détériorer en demandant à son voisin de la réparer !

                                                                                                                                                 signé Georges Vallet


crédits photos :
etelegramme.fr/france/ecologie-le-principe-pollueur-payeur-en-peril-

 « Aux arbres citoyens ! » : « Grand moment de solitude » pour les …

https://www.lindependant.fr › Actu › Environnement

Notez cet article

Cliquez sur une étoile

Note moyenne 5 / 5. Nombre de note : 20

Aucun vote jusqu'à présent ! Soyez le premier à noter cet article.

Nous sommes désolé que cet article ne vous ait pas intéressé ...

Votre avis compte !

Souhaitez vous nous partager un avis plus détaillé ?

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *