Mes tours de France, roues fortunées sans publicités

Je n’oublierai jamais les Anquetil, Simpson, De Vlaminck, Poulidor, Darrigade, Janssens, Anglade, Mastrotto, et mon favori d’entre tous, Bahamontès. Il gagnait (presque) toutes les étapes sur le plancher où je les faisais glisser, gamin. Ils étaient en fer blanc, peints à la main, et au fil des années en plastique (ils sentaient la lessive Bonux et, mais c’est moins sûr,

Lire la suite...

La dalle, la voir, l’avoir pour queue d’ale

Deux grands draps blancs se balançaient doucement sous le vent léger, tiède, sur un fil tendu au niveau de la balustrade du balcon traversant de l’appartement tourné sur la ruelle étroite aux façades fleuries dont le crépi ocre vieillissait au même rythme que ses habitants. Dans cette farandole de linge valsaient des taies d’oreiller, deux grandes serviettes éponge sérigraphiées de

Lire la suite...

A los olvidados se abre el tiempo

Elle s’engouffra dans le métro je la suivais descendis les marches sans doute sentait-elle que Nougaro avait emprunté ce thème de Dave Brubeck blue rondo a la turk pour galoper si vite et puis elle a remonté par d’autres escaliers 127 marches je les ai comptées j’ai même failli rater la dernière mais alors elle s’est retournée et j’ai esquivé

Lire la suite...

Faites des mères !

Elle avait un cul de ramasseuse d’asperges, et comme l’aurait si bien dit le grand poète russe Ivan Wladimir Poutiniliakov, elle « avait un coffre-fort ouvert sur l’entrée des artistes et un arrière train transsibérien, qui faisait luire ses yeux comme brillaient ceux de Blaise Cendrars quand il répandit sur la table du wagon brinquebalant son sachet de diamants bruts qu’il

Lire la suite...
1 2 3 6