«La cause ôtée, les effets cesseront*.»

Les grandes catastrophes qui nous submergent de plus en plus : climatiques, sociales, sanitaires, économiques, pandémiques… sont le résultat d’un oubli volontaire de distinction entre cause et conséquence ; dommage, car si on peut agir, pour l’avenir, sur la ou les causes, on ne peut que subir les conséquences. «En toute chose, quand l’effet devient plus grand que la cause, arrive

Lire la suite...

De quoi j’me mêle !

La convention citoyenne veut nous obliger à manger moins de viande ; «de quoi je me mêle» disait Yves Thréard à C dans l’Air, sans doute suivi par bon nombre de citoyens. On en sortira jamais de cet individualisme ambiant ! Parmi les responsabilités des gouvernements, la sécurité sanitaire des citoyens est en bonne place ; elle a d’ailleurs été sollicitée

Lire la suite...

La biodiversité, de l’origine au futur de l’humanité.

Cette notion est considérée le plus souvent comme «un détail de l’Histoire» ; sa chute est vécue comme triste sentimentalement, bénéfique commercialement, source de nombreux engagements bidons par les politiques mais sans réelle préoccupation majeure, par beaucoup. A côté de l’ignorance voulue par la politique libérale, il y a une ignorance réelle de beaucoup de concitoyens sur son enracinement dans

Lire la suite...

Gouverner, c’est prévoir.

Cela fait des décennies que la science alerte les peuples et les gouvernants qu’il ne faut pas jouer avec la Nature, que cette dernière limite les activités humaines et que l’irrespect de ses contraintes pourrait conduire à la catastrophe pour l’espèce humaine Les «écolos» et la transition écologique sont toujours passés pour des rigolos puis des empêcheurs de piller et

Lire la suite...

Davos, Australie, retraites..mêmes combats.

Deux conceptions de la vie s’affrontent : celle de l’homme-machine (à sous) et celle de l’homme complexe, partie incarnée et interconnectée d’une Nature incertaine dont il dépend entièrement. Pour le capitalisme mondialisé, l’Homme n’est pas le but, il est le problème car il en a de moins en moins besoin ; par ses réactions souvent violentes actuellement, il devient un

Lire la suite...

Bien des choses échappent à notre Président

« Le paradoxe, c’est qu’à mesure que les choses empirent sur le terrain, les mesures politiques semblent reculer» Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres. On est passé de la franchise de dire bien haut«L’environnement, ça commence à bien faire»d’un ancien Président, à d’hypocrites promesses voulant dire la même chose. Elles sont liées au fait que la pression de l’opinion publique, pour une action significative contre une politique

Lire la suite...

À chacun sa vérité !

Depuis «Fin du monde ou fin du mois, …..nous devons traiter les deux», la transition écologique est au point mort. La seule préoccupation est  Croissance et  PIB. L’économie est devenue religion, le langage utilisé une langue morte psalmodiée, la dette une faute, un péché même, il faut faire pénitence ; comme l’observait, jadis, Bernard Maris, l’idée (crédule) d’une croissance infinie

Lire la suite...
1 2 3