Histoire d’une forêt sur les coteaux du Béarn

En trois générations, la forêt, la sylviculture et son aval ont bien changé. Tout comme la ruralité d’ailleurs.Mon grand-père avait coutume de couper cinq chênes chaque année pour approvisionner les artisans locaux. Ils sont nombreux en milieu rural à cette époque.Les chênes sont coupés à la hache et au passe-partout, débardés par traction animale, puis sciés dans une scierie hydraulique

Lire la suite...