Délit de légèreté

Je crains de vous avoir choqué(e) par ma précédente chronique. Au lieu d’évoquer un livre sulfureux, j’aurais pu comparer la grisaille de notre vie publique à la couleur du ciel. Mais cela n’aurait pas été très original. Qui ne parle de ces deux sujets en ces temps de récession et de trombes ? J’aurais pu aussi noircir le tableau. Rien de

Lire la suite...