Le bien commun et le « meste a case »

Lorsque des facteurs climatiques, voire la négligence, jettent à terre un vestige historique, on est surtout désolé. Mais lorsqu’il s’agit de facteurs humains avec l’aide d’un engin mécanique, on peut être choqué. C’est ce qui vient de se passer dans un village du Soubestre.Ainsi dans ma campagne, le patrimoine est peu considéré. Le passé est surtout synonyme de souffrances. C’est

Lire la suite...